Festoyer avec bonne conscience

Les fêtes de fin d'année sont truffées de spécialités riches en calories. Il suffit d'un peu de fantaisie et d'organisation pour désamorcer ces bombes et alléger les menus.

Nul ne renonce volontiers aux friandises et autres spécialités de Noël. Mais succomber à la tentation n'est pas sans conséquences… Car avec la fondue, le pain d'épice, les tourtes et les bûches, les repas de Noël ne sont pas des plus sains. Quelques petites astuces permettent pourtant d'alléger les menus et de céder à la gourmandise le cœur léger.

Kathrin Täschler, naturopathe et nutritionniste, vous explique à quoi il faut faire attention quand on veut préparer des classiques de Noël, comme la fondue chinoise ou la dinde:

La fondue chinoise

La première opportunité d'économiser des calories, c'est l'apéritif, remarque Kathrin Täschler. Remplacez par exemple les feuilletés au beurre et les chips par des amandes ou des graines de courge. «Une fois grillées avec du thym, du romarin ou de la sauge, elles constituent un délicieux amuse-bouche», assure la nutritionniste. En outre, cela permet de réguler le glucagon - un antagoniste de l'insuline. A l'entrée, prévoyez une soupe légère, avec des pommes de terre ou des brocolis, des bâtonnets de légumes crus avec une sauce légère ou encore une petite salade (pour la sauce, n'utilisez que du vinaigre et une bonne huile d'olive, de colza ou de lin).

En ce qui concerne le plat principal, à savoir la fondue chinoise, les pièges se cachent surtout dans les sauces qui accompagnent généralement la viande. Kathrin Täschler recommande d'abord de les préparer soi-même, pour éviter les agents conservateurs et les additifs. Vous pouvez en profiter pour remplacer la mayonnaise par du séré, du blanc battu ou de la crème acidulée et donc épargner quelques grammes de matières grasses. La viande est bien entendu un élément central de la fondue chinoise. «Au lieu de la viande de bœuf, proposez des viandes plus légères, comme le veau, le poulet, le cheval ou l'autruche ou même du poisson», recommande notre interlocutrice. En accompagnement, les pommes de terre cuites en robe des champs et le riz sauvage sont beaucoup plus digestes que les pommes frites et le riz blanc. En effet «le riz sauvage contient plus de fibres alimentaires ce qui freine la montée du taux d'insuline dans le sang», explique Kathrin Täschler. Sans oublier que la peau des pommes de terre ralentit aussi le passage des glucides dans le sang, ajoute la spécialiste en nutrition.

Prendre le temps de déguster

Ne faites surtout pas l'impasse sur les fruits et les légumes! Privilégiez les légumes de saison comme les brocolis ou le chou-fleur. Si vous trouvez cela trop monotone, proposez des fruits exotiques, comme l'avocat, un aliment particulièrement rassasiant grâce à sa teneur élevée en protéines et matières grasses. La papaye et l'ananas ont quant à eux des effets positifs sur le métabolisme. Enfin, pour le vin, choisissez plutôt du rouge que du blanc – ce dernier contenant plus de sucre. Kathrin Täschler a aussi un conseil pour profiter du menu de fête sans mauvaise conscience: «Mâchez lentement et faites des petites pauses.» Déguster ainsi lentement vous permettra de savourer le dessert sans remords – optez pour un sorbet au lieu d'une crème glacée. «La variante la plus saine est naturellement la salade de fruits», rappelle notre interlocutrice. Qui recommande en revanche la plus grande retenue avec les tourtes et autres bûches de Noël.

La dinde de Noël

Pour ce plat traditionnel, mieux vaut en rester à la variante traditionnelle de la dinde, moins grasse que l'option oie. «La partie la plus grasse de la volaille est la peau. Il faut donc éviter de la manger si l'on surveille ses calories», recommande Kathrin Täschler. Pour la sauce, n'utilisez pas de produits allégés. «Ils ne font qu'ouvrir l'appétit et contiennent beaucoup d'additifs», remarque notre interlocutrice. Si vous voulez alléger un peu votre sauce, remplacez plutôt la crème traditionnelle par des produits au soja, disponibles dans les magasins diététiques, ou du lait de riz ou de noix de coco.

Les préparatifs

«Il est recommandé d'adopter une alimentation saine et équilibrée pendant toute l'année», rappelle Kathrin Täschler. Dans ce cas, on peut sans autre se permettre quelques petits écarts lors des repas de fin d'année. Mais la nutritionniste a encore d'autres conseils pour les jours qui précèdent les fêtes:

  • Boire beaucoup d'eau, cela calme l'appétit.

  • Manger léger le matin et à midi. Eviter si possible les hydrates de carbone et privilégier les légumes et les protéines (tout en surveillant sa sensation de faim).

  • Prévoir une journée de cure avec du jus de légumes ou de fruits.

  • Faire beaucoup d'exercice physique entre les invitations – de préférence au grand air.

  • Prendre une teinture ou une tisane de plantes amères, par ex. d'artichaut, de gentiane, de dent-de-lion ou de chardon-Marie, avant les repas. Ces substances calment l'appétit et stimulent l'activité hépatique.

  • Prendre les sels de Schüssler n° 6, 9 et 10 pour stimuler le métabolisme. Il paraît même que le n° 7 freinerait les fringales de chocolat!

Sondage

Vous sentez-vous coupable après avoir fait ripaille?

Veuillez patienter...
Auteure: Franziska Linder
Traduction: Claudia Spätig
Rédaction: Marie-Noëlle Hofmann