Petit-lait et babeurre – diététiques

La fabrication du beurre et du fromage donne deux produits résiduels qui ont énormément de valeur nutritive: le babeurre et le petit-lait.

Vous souhaitez boire quelque chose de rafraîchissant, bon pour la santé et qui soit peu calorique? Alors le babeurre et le petit-lait sont faits pour vous. Ces deux produits sont pauvres en matière grasse mais riches en composants sains comme le calcium et les protéines lactiques.

Babeurre

Le babeurre est un résidu de la fabrication du beurre. C’est ce qui reste après la coagulation des gouttelettes de matières grasses de la crème en beurre. Il est apprécié depuis 4500 ans: les Egyptiens, les Indiens, les Babyloniens et les Sumériens en buvaient déjà.

Le babeurre contient de précieux sels minéraux, ainsi que des vitamines hydrosolubles. En outre, il recèle près de deux fois plus de lactose et de calcium que le lait qui est bien plus riche en calories. Cependant, il est quasiment exempt des vitamines liposolubles A et D. Les bactéries d’acide lactique favorisent la digestion et le système immunitaire. Le babeurre nature est donc une boisson toute indiquée pour garder la ligne. Les variantes aromatisées, en revanche, contiennent des additifs et du sucre ou des édulcorants artificiels. Mieux vaut en rester au babeurre nature. Ou fabriquer votre babeurre aux fruits vous-même: il suffit de mixer du babeurre et des fruits.

Petit-lait

Comme le babeurre, le petit-lait ou lactosérum est un produit résiduel. C’est le liquide restant après la coagulation du lait lors de la fabrication du fromage. Le petit-lait était déjà apprécié dans l’Antiquité comme médicament. Le célèbre médecin grec Hippocrate (460 av. J.-C.–370 av. J-C.) traitait la goutte et les maladies hépatiques avec le petit-lait. Les Romains l’utilisaient comme aide à la digestion et pour avoir une belle peau. Le médecin et alchimiste Paracelse (1493–1541) prescrivait également le petit-lait comme remède contre différentes maladies.

Aux 18e et 19e siècles, les cures de lait et de petit-lait étaient très en vogue, par exemple pour traiter les maladies de la peau, la tuberculose, la goutte et les troubles digestifs. Mais cette popularité du petit-lait s’est peu à peu affaiblie. C’est dommage car le petit-lait est et reste toujours très sain. Il se compose d’environ 94 % d’eau, de 4 à 5 % de lactose et ne contient pratiquement pas de matières grasses. Il a en revanche beaucoup de protéines, de la vitamine B12, du calcium, du phosphore, du magnésium, du potassium, du fer et du zinc. Le petit-lait a un effet légèrement laxatif et aide en cas de constipation. Vous trouverez dans votre droguerie de la poudre de petit-lait à diluer ou des produits prêts à boire.

Photo: © pixabay.com
Auteure et rédaction: Bettina Epper
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann
Sources
  • Société suisse de nutrition (SSN)

  • LID Information et communication agricoles

  • «Der Brockhaus. Gesundheit», F. A. Brockhaus, 2004

  • Deutsches Bundesministerium für Ernährung und Landwirtschaft

  • Swissmilk