Les fruits à noyau

Pruneaux, abricots ou cerises: ils sont doux et juteux, les fruits à noyau. Et ils contiennent beaucoup de fibres.

Tous les fruits qui ont un seul noyau dur font partie des fruits à noyau. La pulpe juteuse du fruit grossit autour du noyau. Ce type de fruits pousse dans les régions à climat tempéré. Mais on trouve aussi des fruits à noyau exotiques comme la mangue. Celle-ci est souvent considérée comme un fruit tropical. Les fruits à noyau bien mûrs contiennent en général beaucoup de fructose et sont donc très doux. En outre, de nombreux fruits à noyau sont riches en fibres alimentaires, ils favorisent ainsi une bonne digestion.

Abricot

L’abricot vient d’Afrique du Nord, il s’est répandu en Orient et les Romains l’ont rapporté du Turkménistan pour l’introduire en Europe. Ils ont appelé l’abricot «malus praecox», qu’on pourrait traduire par «pomme précoce». Ce terme provient du fait que l’abricotier fleurit tôt. La saison des fruits s’étend de juillet à fin août. L’ecclésiaste et botaniste Gabriel Luizet a cultivé des abricotiers pour la première fois en Valais en 1838. Son nom a été immortalisé avec la variété «Luizet». Frais ou séchés, les abricots contiennent beaucoup de provitamine A, de vitamines B1, B2 et C, ainsi que des sels minéraux comme le potassium, le calcium et le phosphore. Le fruit renforce les cheveux et les ongles, rend le teint rose, renforce le système immunitaire et stimule la circulation sanguine. L’acide salicylique qui se trouve dans le fruit a une action antibactérienne et détruit les germes dans l’appareil digestif. Le noyau du fruit contient le principe actif diméthylglycine. Il semble aider en cas de migraine et de maux de tête.

Cerise

Le général romain et fin gourmet Lucullus a découvert les cerises au bord de la mer Noire en 62 avant J.-C. Il aimait tellement ces fruits doux qu’il a ramené quelques arbres avec lui à Rome. Comme les arbres se trouvaient près de la ville de «Kerasos», les Romains ont appelé le fruit cerasum. Les Romains ont ensuite amené les cerises jusque sous nos latitudes. L’appellation cerise apparaît dans la littérature française au 12e siècle. Avec seulement 60 calories par 100 grammes, les cerises sont une douceur qui peut être dégustée sans mauvaise conscience. En plus des substances secondaires végétales, les fruits contiennent beaucoup de vitamines importantes, comme la vitamine C, de l’acide folique, des sels minéraux, comme le potassium, le calcium, le magnésium, le fer et le phosphore, ainsi que de l’acide silicique et de la pectine. Les cerises ont une action diurétique et dépurative grâce à leur teneur en potassium. Le jus de cerises agit contre la fièvre.

Nectarine

La nectarine est une variante de la pêche à peau lisse. La provenance et l’origine du fruit ne sont pas clairement déterminées. Suivant une théorie, il s’agit d’une mutation de la pêche. Une autre avance que la nectarine est apparue à la suite d’un croisement d’une pêche et d’une prune. Les nectarines contiennent beaucoup de niacine et de bêta-carotène. La teneur en provitamine A et en bêta-carotène de la nectarine est 6 à 7 fois plus élevée que dans les pêches. La nectarine détoxifie et stimule la circulation sanguine.

Pêche

Les pêches étaient déjà connues 2000 ans avant J.-C. en Chine. Environ 1000 avant J.-C., les Chinois ont commencé à cultiver les arbres. Les pêches ont gagné la Perse probablement grâce à des marchands arabes avant de s’étendre sur tout le pourtour méditerranéen. Les Romains ont introduit les fruits vers l’an 50 de ce côté des Alpes. Les pêches ont une teneur relativement élevée en vitamine C, en d’autres vitamines, en sels minéraux et en fibres alimentaires. Le fruit est digeste et stimule la digestion. Les pêches sont cultivées en Suisse mais seulement en très petites quantités et sont écoulées par la vente directe. La saison s’étend en juillet et en août.

Prune

Les Romains ont introduit la prune vers 150 avant J.-C. en Italie. De là, elle s’est répandue dans toute l’Europe. On trouve environ 2000 sortes différentes qui se différencient parfois seulement de manière insignifiante dans leur couleur, leur taille et leur temps de maturation. Les pruneaux, les reines-claudes et les mirabelles sont des sous-variétés de prunes. Les prunes contiennent des fibres alimentaires indigestibles, la cellulose et la pectine. Elles gonflent dans les intestins et régulent ainsi la digestion. Des pruneaux séchés mis à gonfler la veille au soir et consommés au petit-déjeuner peuvent aider en cas de constipation. En raison de leur teneur élevée en fibres alimentaires, les prunes aident aussi à abaisser le taux de cholestérol.

Pruneau

Le pruneau est une sous-variété de prune. Les Romains ont rapporté ce fruit d’Asie vers 150 avant J.-C. Les pruneaux sont riches en fructose et ils sont très nourrissants. Et ces fruits se prêtent très bien au séchage. Les pruneaux sont bons pour la digestion grâce à leur teneur élevée en fibres alimentaires. En plus de la provitamine A, les fruits contiennent des vitamines C et E et presque toutes les vitamines B. Ces dernières sont importantes pour le métabolisme et le système nerveux. Les fruits séchés contiennent de précieuses substances végétales secondaires (polyphénols) et présentent un rapport calcium/phosphore avantageux. C’est important pour un bon métabolisme osseux. En raison de leur teneur élevée en polyphénols et en antioxydants, les pruneaux sont bons pour le système cardiovasculaire. Les pruneaux sont de saison en Suisse de mi-juillet à fin septembre.

Sondage

Mangez-vous cinq portions de fruits et légumes par jour?

Veuillez patienter...
Auteure et rédaction: Bettina Epper
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann
Sources
  • Fruit-Union Suisse

  • 5 par jour

  • gemueselexikon.ch

  • Société suisse de nutrition (SSN)

  • LID Information et communication agricoles

  • «Der Brockhaus. Ernährung», F.A. Brockhaus, 2001