Thé blanc: pour les connaisseurs

On dit de lui qu’il rend immortel. Ce n’est certes pas vrai mais le thé blanc a malgré tout des choses à offrir.

En Europe, nous buvons du thé noir depuis très longtemps déjà et le thé vert est également apprécié depuis quelques années. Mais le thé blanc et son arôme doux ne sont pas très connus dans nos contrées. Il en va tout autrement en Chine. Les empereurs du lieu buvaient du thé blanc au 11e siècle avant J.-C. déjà. Non sans arrière-pensées. Ils espéraient en effet que ces feuilles précieuses allaient les rendre immortels. Le thé blanc n’en est certes pas capable mais de récentes études scientifiques ont montré que les anciens Chinois n’avaient pas complètement tort. Le thé blanc est très riche en polyphénols, des antioxydants qui neutralisent les radicaux libres. En outre, le thé blanc a une action stimulante en raison de la caféine et il favorise la concentration. Et il contient beaucoup de vitamines, de fer, de fluorure, de potassium, de calcium, de sodium et de zinc. Mais aussi des catéchines qui renforcent le système immunitaire.

Comment préparer correctement le thé blanc

Mettre une pleine cuillère à thé de feuilles par tasse dans la théière. Faire bouillir l’eau pendant quelque 5 minutes et ensuite la laisser refroidir à environ 80 degrés. Verser l’eau sur le thé et laisser tirer pendant 2-5 minutes. Conseil: le thé blanc ne devient pas amer, vous pouvez donc laisser les feuilles dans la théière ou les faire infuser une deuxième fois dans l’eau chaude. C’est intéressant de constater que chaque infusion a un autre goût.

30 000 bourgeons pour un kilo de thé

Il existe deux sortes de thé blanc, le Yin Zhen (français: aiguilles d’argent) et le Pai Mu Tan (français: pivoine d’argent). Très prestigieux, le Yin Zhen est cultivé sur de petites plantations dans les montagnes du Fujian, une province du sud de la Chine. Les paysans récoltent le thé en seulement deux jours au mois de mars le matin tôt quand il y a encore de la rosée sur les feuilles. Ils ne cueillent que les bourgeons de feuilles non ouverts des plants de thé. Ceux-ci sont recouverts d’un duvet blanc. C’est de là que vient le nom du thé. Les paysans détachent les bourgeons de l’arbre à la main. Un travail pénible et qui prend du temps. Il faut environ 30 000 bourgeons pour un kilo de thé blanc. Les bourgeons sont séchés sur des chevalets à l’air libre. Ils sont ensuite brièvement chauffés avant d’être une nouvelle fois séchés à l’air libre.

La deuxième sorte, le Pai Mu Tan, vient initialement également du Fujian, mais une bonne qualité pousse également à Anhui. Aujourd’hui, le Pai Mu Tan est aussi produit à Darjeeling ou au Népal. Le Pai Mu Tan est un peu moins cher que le Yin Zhen, car les jeunes feuilles de thé sont aussi utilisées. Mais le thé blanc est à la base plutôt cher en raison de la difficulté de sa récolte. Donc n’achetez pas de thé blanc qui coûterait le même prix que du thé «normal». Il s’agit vraisemblablement de thé vert contenant seulement une faible part de thé blanc ou simplement d’un thé blanc de mauvaise qualité. Le vrai thé blanc a un prix.

Sondage

Quelle est votre sorte de thé préférée?

Veuillez patienter...
Auteure et rédaction: Bettina Epper
Traduction : Marie-Noëlle Hofmann
Sources