Le thé vert – un plaisir sain

Les habitants de la Chine et du Japon profitent des vertus guérisseuses du thé vert depuis des siècles.

Ces dernières années, la science n’a effectué autant de recherches sur aucune autre boisson que le thé vert. A première vue, il n’offre rien de spectaculaire. Contrairement au thé noir, le thé vert n’est pas fermenté mais seulement rapidement rôti au-dessus d'eau bouillante ou exposé à la chaleur après flétrissage. Cela permet à la plante de conserver sa couleur verte. Les feuilles sont roulées puis chauffées à 70 degrés environ. Les thés verts chinois (Gunpowder) et japonais (Sencha, Matcha) sont les plus connus.

Polyvalent

Mais la discrétion du thé vert s’arrête là. Car la liste des troubles qu’il peut éviter ou soulager est presque aussi longue que la liste des études sur ses effets. Il est recommandé d’en boire une tasse par jour. Au Japon et en Chine, le thé vert est utilisé dans de multiples cas et on lui prête les vertus suivantes:

  • aide en cas de troubles gastro-intestinaux

  • diminution d’un taux de sucre élevé dans le sang en cas de diabète

  • renforcement du cœur et de la circulation sanguine

  • prévention de l’artériosclérose

  • réduction des symptômes de stress

  • prévention des caries

  • augmentation de la concentration, des performances intellectuelles et sportives

  • propriétés antidépressives

  • diminution du taux de cholestérol dans le sang

  • inhibition des inflammations

  • propriétés antibactériennes

  • ralentissement de la propagation des virus

  • stimulation de l’irrigation et de la régénération de la peau

  • soutien du fonctionnement du foie

  • effets antirhumatismaux

  • effets diurétiques et détoxinants

Sondage

Quelle est votre sorte de thé préférée?

Veuillez patienter...

Prudence: le thé vert est relativement riche en potassium et les personnes qui ont des problèmes rénaux ou sont soumis à des dialyses devraient plutôt l’éviter. Si les reins sont endommagés, le corps ne peut pas correctement éliminer le potassium et il s’accumule dans l’organisme. Cela peut provoquer des paralysies musculaires et des troubles du rythme cardiaque pouvant aller jusqu’à un arrêt cardiaque. Par ailleurs, le thé vert contient de la caféine et n’est ainsi pas adapté aux petits enfants.

Des centaines d’études

Les scientifiques du monde entier se sont penchés sur les vertus du thé vert. Des chercheurs du Japon ont mené une étude longitudinale avec plus de 40 000 Japonais: boire au moins cinq tasses de thé vert par jour pendant toute sa vie permet de diminuer la mortalité de quelque 16 % par rapport à quelqu’un qui n’en boit qu’une seule tasse. La mortalité baisse même de 26 % pour les maladies cardiovasculaires. Mais l’étude ne peut pas simplement être transposée à l’Europe car on ignore les effets des modes de vie et de l’alimentation sur les résultats.

Des chercheurs de l’Université de Bâle ont découvert en 2014 que le thé vert améliore le fonctionnement du cerveau. Pour l’étude, des hommes ont reçu un soda contenant plusieurs grammes d’extrait de thé vert. Ils ont ensuite dû se soumettre à des exercices de mémoire. Ceux qui avaient reçu l’extrait ont obtenu des résultats sensiblement meilleurs au test que ceux qui n’en avaient pas eu. C’est la mémoire de travail des hommes en particulier qui s’améliore.

D’autres études se sont concentrées sur un composant spécifique du thé vert. Celui-ci est très riche en catéchine. C’est une substance végétale secondaire, donc des composés chimiques qui servent aux plantes de substances défensives, odorantes, colorantes et aromatiques, ainsi que de facteurs de croissance. Le composant principal de la catéchine dans le thé vert s’appelle l’épigallocatéchine gallate (EGCG). Un litre de thé contient environ 150 mg d’EGCG. L’EGCG protège très bien des radicaux libres qui sont considérés comme les causes les plus importantes de maladies telles que le cancer, l’infarctus, le diabète et l’athérosclérose. Dans des tests en éprouvette, l’EGCG a renforcé la force des cellules du muscle cardiaque. Dans d’autres expériences, l’EGCG a conduit à la dissolution d’une substance spécifique qui se dépose dans le cerveau des patients atteints d’Alzheimer.

Aux Etats-Unis, une expérience avec des souris a montré que le thé vert peut considérablement réduire l’augmentation du sucre dans le sang après un repas avec une forte teneur en amidon (pâtes, pommes de terre, céréales). La responsabilité en incombe là aussi à l’EGCG qui freine le fractionnement des amidons. Cela permet donc au taux de sucre dans le sang d’augmenter plus lentement après le repas.

Auteure et rédaction: Bettina Epper
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann
Sources
  • «Tribune du droguiste»

  • Société suisse de nutrition (SSN)

  • Peter Oppliger, «Grüner Tee. Kultur – Genuss – Gesundheit», AT Verlag, 2010

  • «Der Brockhaus. Gesundheit», F. A. Brockhaus, 2004

  • Université de Bâle

  • Deutscher Teeverband

  • Clinique universitaire de Heidelberg

  • Centre Max-Delbrück pour la médecine moléculaire (MDC)

  • Radio China international