Le jeûne intermittent

On l'appelle jeûne intermittent ou jeûne à intervalles réguliers. Le principe: alterner les phases durant lesquelles on mange normalement avec celles où l’on renonce à toute nourriture solide.

Bien des gens appréhendent les cures de jeûne classiques. Ne rien manger des jours durant, lutter contre ses démons personnels, surmonter ses fringales et ses envies et dominer d’éventuelles sensations de faiblesse, voilà qui n’est pas du goût de tout le monde. Il existe toutefois une autre possibilité: le jeûne intermittent ou discontinu. Durant les périodes de jeûne, seules l’eau et les boissons non sucrées sont autorisées. Mais le reste du temps, on peut manger normalement. Tout en se souvenant qu’une alimentation saine et équilibrée ne peut que faire du bien.

Le jeûne intermittent n’a pas de règles strictes, mais de nombreuses formes différentes:

Rythme 36/12

Manger normalement pendant la première journée, de 8 heures à 20 heures. Jeûner toute la nuit et le lendemain et rompre le jeûne avec le petit-déjeuner du troisième jour. Comme le jeûne dure 36 heures et la période normale 12 heures, cette forme de jeûne a un rythme de 36/12.

Rythme 16/8

Une autre possibilité est de jeûner 16 heures tous les jours et de manger les 8 heures restantes. Ce rythme de 16/8 est relativement facile à intégrer au quotidien. Les personnes qui ne prennent de toute façon pas de petit-déjeuner peuvent facilement le suivre, puisqu’en repoussant l’heure du premier repas et en soupant tôt, on peut bien respecter la période de jeûne de 16 heures. On peut ainsi manger normalement de 11 à 17 heures avant de faire ceinture. Et les personnes qui aiment bien prendre un bon souper consistant le soir peuvent simplement faire l’impasse sur le petit-déjeuner et ne recommencer à manger qu’entre 12 et 13 heures.

Rythme 20/4

Le rythme 20/4 fonctionne selon le même principe, mais avec une période de jeûne de 20 heures. La fenêtre durant laquelle on peut manger est alors limitée à 4 heures par jour.

Rythme 5/2

Ceux qui préfèrent compter en jours plutôt qu’en heures peuvent par exemple renoncer à toute nourriture deux jours par semaine. Et s’il ne s’agit pas de perdre du poids, un jour de jeûne hebdomadaire suffit aussi. De nombreuses études ont montré que cette forme d’alimentation permet de perdre du poids sans trop devoir se priver. Il s’agit là du rythme 5/2.

Les avantages

Les adeptes du jeûne intermittent sont unanimes: meilleure combustion des graisses, inhibition des processus inflammatoires et amélioration du taux de cholestérol. Ainsi, les facteurs de risque liés à l’âge diminuent et la perte de poids est facilitée. Les partisans de ce régime sont en outre convaincus que de renoncer temporairement à la nourriture rend l’individu plus robuste et plus résistant. Le corps est aussi soulagé quand il n’est pas occupé à digérer pendant un certain temps. Un bémol: chaque personne, selon sa pratique sportive et ses activités quotidiennes, a des besoins caloriques différents. En conséquence, le jeûne intermittent n’est pas adapté à tout le monde dans toutes les périodes de la vie. Au final, il s’agit de trouver sa propre voie pour se sentir bien à long terme dans son corps.

Sondage

Vaut-il la peine de jeûner?

Veuillez patienter...

Les conseils de la droguerie

Si votre estomac se met à gargouiller, essayez d’ignorer la sensation de faim et faites une promenade pour vous changer les idées. Le corps s’adapte alors automatiquement et puise dans ses réserves. L’eau, de la tisane non sucrée, une pomme ou une carotte peuvent également aider à tenir le coup jusqu’au prochain repas. Par contre, il faut éviter les boissons qui contiennent du sucre ou des édulcorants artificiels. Elles ne font qu’exacerber l’envie de sucre. Les personnes qui décident de planifier un ou deux jours de santé ou de jeûne par semaine devraient en outre miser plutôt sur les jus de légumes que sur les jus de fruits. Ces derniers contiennent en effet beaucoup de fructose alors que les jus de légumes, comparativement pauvres en calories, apportent au corps de précieuses vitamines et fibres alimentaires.

Le conseil est important

Pour stimuler encore plus votre digestion, vous pouvez demander à votre droguiste des sels de Schüssler ou des préparations spagyriques qui soutiennent le foie et la vésicule biliaire ou qui stimulent le métabolisme.

Si l’on manque d’énergie pendant les jours de jeûne ou que l’on ressent des sensations de vertige, on peut avoir une pression basse. Bouger régulièrement peut aider à la stabiliser à long terme et donc à se sentir mieux.»

En général, il faudrait toujours se faire conseiller personnellement en droguerie avant d’entreprendre un jeûne.

Auteure: Denise Muchenberger
Rédaction: Bettina Epper
Traduction: Claudia Spätig
Source
  • «Tribune du droguiste»