Conseils en cas de carences en fer

Comment bien assimiler le fer

En cas de carence en fer, des cures disponibles en droguerie pourront aider à retrouver des taux normaux. Conseils pour aider le corps à mieux assimiler le fer.

Le fer est un oligo-élément essentiel. Le corps en a besoin principalement pour la formation du sang, l’approvisionnement en énergie et en oxygène des cellules, la défense contre les infections et les fonctions cardiaques et cérébrales. Spécialiste en naturopathie, Désirée Schmid, droguiste ES, explique comment approvisionner le corps en fer en cas de carence (voir encadré «Les effets des carences en fer»).

Madame Schmid: comment se peut-il que le corps manque de fer?

Désirée Schmid, droguiste ES: c’est l’alimentation qui nous fournit du fer mais souvent pas en quantité suffisante. L’alimentation est souvent trop peu diversifiée et apporte donc trop peu de fer. Mais la trop faible absorption du fer peut aussi être due à des maladies intestinales, comme la maladie cœliaque, la maladie de Crohn, une maladie de la muqueuse intestinale, comme le syndrome de la perméabilité intestinale, ou des troubles de la fonction hépatique ou encore certains médicaments comme des antibiotiques, des antiacides et des hypolipémiants. Et les femmes sont plus souvent concernées que les hommes par les carences en raison des menstruations. Une carence peut aussi être due à des besoins accrus en fer, par exemple pendant la grossesse, pour les enfants en pleine croissance ou encore pour les personnes qui pratiquent beaucoup de sport.

Besoins et utilisation quotidiens du fer dans le corps humain

Le besoin quotidien sans carence en fer est de 10 à 15 milligrammes pour un adulte. L'alimentation fournit 5 % des besoins quotidiens, soit 1 à 2 milligrammes. Jusqu’à 95 % des besoins quotidiens sont couverts ainsi: après quatre mois environ, les vieux globules rouges (érythrocytes) sont dégradés dans la rate par les globules blancs (macrophages). Ce processus produit environ 20 milligrammes de fer. Quelque 1 – 2 milligrammes sont perdus chaque jour par la desquamation normale de la peau et des cellules intestinales ou par la perte de cheveux ou la transpiration.

Les symptômes indiquant une carence en fer sont par exemple une forte fatigue, des troubles de concentration, des maux de tête, des vertiges ou une humeur dépressive. Que faire quand on pense avoir un taux de fer trop bas?

Les mêmes symptômes peuvent apparaître pour de nombreuses autres maladies. C’est pourquoi je conseille de faire vérifier le taux de fer par le médecin. Si l’on n’a pas envie d’aller chez le médecin, on peut commencer par demander conseil dans une droguerie. Les droguistes peuvent déceler lors d’un entretien s’il pourrait s’agir d’une carence en fer.

Effets d’une carence en fer

La ferritine, une protéine dans le sang, indique quel est le niveau des réserves en fer dans le corps. Si le taux de ferritine d’un adulte est inférieur à 15 nanogrammes par millilitre (ng/ml), les réserves de fer sont épuisées. Pour les enfants jusqu’à 13 ans, le taux limite inférieur est de 24 ng/ml. En fonction de la gravité de la carence, les symptômes suivants typiques peuvent apparaître: fatigue chronique, problèmes de concentration, capacité de performance réduite, maux de tête, vertiges, crampes musculaires, syndrome des jambes sans repos, ongles cassants, chute de cheveux, rythme cardiaque rapide et respiration rapide.

L’anémie est une conséquence d’une carence en fer. Dans ce cas, la concentration en hémoglobine dans le sang est trop basse. Le colorant rouge du sang est responsable du transport de l’oxygène qui ne peut pas être suffisamment garanti en cas de carence. Pour compenser ce manque, le rythme cardiaque et la fréquence de la respiration augmentent. Cela peut conduire à une faiblesse du muscle cardiaque. Chez les femmes enceintes, une anémie peut provoquer des contractions prématurées et chez le bébé un faible poids à la naissance. Il est aussi possible que cela augmente le risque de dépression post-partum. Les enfants souffrant de carence en fer et d’anémie sont plus sensibles aux infections. Des troubles de développement, par exemple dans le cerveau, peuvent apparaître et chez les jeunes filles des troubles du cycle.

Quelles sont les préparations disponibles en droguerie?

De nombreuses disponibles en capsules, tablettes ou encore sirop. On en trouve avec du fer bivalent ou trivalent. La viande rouge, le poisson et la volaille contiennent par exemple du fer bivalent, le fer héminique. Le fer contenu dans les aliments d’origine végétale est trivalent, c’est du fer non héminique. Un autre aspect par lequel les préparations se différencient est le dosage quotidien. Cela va de 10 à 100 milligrammes de fer.

Tout le monde ne supporte pas le fer en comprimés, en gouttes ou sous la forme de capsules. Quel est le problème?

C’est souvent le cas pour les monopréparations de fer fortement dosées à partir de 30 milligrammes. Le problème est qu’elles provoquent souvent des effets secondaires comme de la constipation, des nausées et un sentiment de malaise. Je recommande donc plutôt des préparations plus faiblement dosées. Et je suis aussi d’avis que les forts dosages n’agissent pas forcément mieux. Il est plus important que le corps assimile et valorise le fer qu’il reçoit.

Et comment le corps peut-il le faire?

J’ai fait de bonnes expériences avec les sels de Schüssler. Ils influencent le métabolisme. Le numéro 3, Ferrum phosphoricum, améliore l’assimilation du fer dans les cellules et le numéro 19, Cuprum arsenicosum, améliore l’absorption et la valorisation. La phytothérapie produit les mêmes effets, par exemple la tisane ou la poudre d’orties ou des teintures avec des extraits d’ortie. Autre possibilité: les substances amères en tisane ou en gouttes de la droguerie. Elles stimulent les sucs digestifs ce qui soulage les problèmes digestifs qui peuvent apparaître en raison de la supplémentation en fer. Et comme la vitamine C favorise l’assimilation du fer, je recommande à ma clientèle des préparations faiblement dosées en fer qui contiennent aussi cette vitamine. Une cure dure généralement trois mois environ. Nous avons déjà obtenu de bons résultats ainsi.

Quand on souffre de carence en fer, ne peut-on pas simplement manger plus sainement, davantage d’aliments contenant du fer?

Il est bien sûr judicieux d’adapter son alimentation. Mais il y a beaucoup de gens qui mangent depuis longtemps de manière équilibrée et assimilent pourtant trop peu de fer.

Certains aliments inhibent l’assimilation du fer. Lesquels?

Par exemple la caféine dans le café et le thé, le vin, les céréales ou le calcium. Celui-ci est très présent dans les produits laitiers. En revanche, la vitamine C d’une orange ou d’une pomme peut favoriser l’assimilation du fer.

De quoi faut-il tenir compte en cas de prise de préparations de fer?

Il faudrait idéalement prendre le fer le matin après le lever ou le soir avant le coucher. Au mieux accompagné d’un verre de jus d’orange ou d’une pomme pour la vitamine C qui favorise l’assimilation du fer. Ou prendre une préparation de fer qui contient déjà de la vitamine C. Il ne faudrait rien manger 30 minutes avant et après la prise, et ne pas non plus boire du lait, du café ou du thé vert ou noir. Si la préparation prise le matin à jeun donne la nausée, mieux vaut prendre le fer deux heures après le déjeuner ou le souper.

La prise simultanée de médicaments et de préparations de fer peut-elle engendrer des interactions?

Oui, les médicaments et le fer peuvent interagir les uns avec les autres. Par exemple, le fer bivalent peut provoquer une baisse d’efficacité des antibiotiques, de médicaments contre Parkinson ou d’hormones thyroïdiennes en cas de prise simultanée. Et l’aluminium, le calcium ou le magnésium diminuent la résorption du fer. C’est pourquoi il faut éviter de prendre des préparations de fer avec d’autres médicaments. Je recommande à titre préventif de respecter un délai d’une heure au moins. Il en va de même pour les compléments alimentaires. Si quelqu’un doit prendre des médicaments, je recommande de parler du traitement avec le médecin au préalable.

Les préparations de fer provoquent souvent des selles noires. Pourquoi?

Le corps élimine une grande partie du fer par les selles. Et le fer colore celles-ci de manière foncée.

Est-ce un signe que la préparation n’agit pas?

Non, le corps ne peut jamais tout assimiler. Il est normal qu’il élimine une partie de l’oligo-élément.

Auteure: Vanessa Naef
Traduction et rédaction: Marie-Noëlle Hofmann
Contrôle scientifique: Dr phil. nat. Anita Finger Weber
Source
  • Désirée Schmid, droguiste ES