Phytothérapie

Une thérapie très ancienne

La phytothérapie est une médecine qui existe depuis très longtemps. «Phyto» vient du grec et signifie plante ou végétal.

La phytothérapie, ou médecine par les plantes, est une des thérapies médicales les plus anciennes. Son histoire remonte à l’âge de pierre. On a d’ailleurs retrouvé dans le corps d’Oetzi, la momie des glaces âgée d’environ 5300 ans, des champignons contre les troubles gastro-intestinaux.

La phytothérapie classique est parfois aussi appelée médecine monastique car, au Moyen Age, les monastères étaient les principaux vecteurs de connaissances sur les plantes médicinales. Par la suite, la médecine par les plantes est peu à peu tombée dans l’oubli. Ainsi, plus la possibilité de fabriquer des médicaments chimiques s’est développée, moins les effets des plantes médicinales étaient connus.

La phytothérapie dans le monde

De nombreuses méthodes thérapeutiques se basent sur la puissance des plantes. Surtout en Asie. Voici un petit aperçu:

Chine: La médecine traditionnelle chinoise (MTC) est une des méthodes thérapeutiques les plus anciennes. Les premières sources qui mentionnent un système médical en Chine remontent à environ 1000 ans avant J.-C.

La MTC considère l’homme comme une entité qui est intégrée dans la nature et dans le système du yin et du yang. Le yin et le yang sont des forces opposées mais aussi complémentaires. Tant qu’il y a équilibre dans le corps entre le yin et le yang, l’individu est en santé. Les maladies surviennent quand l’harmonie du système est perturbée. Un autre principe fondamental de la MTC, c’est la théorie des cinq phases de mouvement ou des cinq éléments, à savoir le bois, le feu, la terre, le métal et l’eau. Les traitements de la MTC se basent sur cinq piliers: l’acupuncture, la diététique (science de l’alimentation), la thérapie médicamenteuse avec des substances végétales (phytothérapie), animales et minérales, le massage et le mouvement.

Inde: L’ayurvéda est sans doute encore plus ancien que la MTC (voir ci-dessus). Le nom vient du sanscrit ayur (= vie) et veda (= science), et signifie donc «science de la vie». La médecine ayurvédique considère l’homme dans sa constitution physique, mentale et spirituelle, ainsi que dans ses rapports familiaux, sociaux et économiques. L’ayurvéda repose sur les cinq éléments que sont l’éther, l’air, le feu, l’eau et la terre. Les plantes sont aussi utilisées.

Japon: La médecine kampo est une forme de phytothérapie pratiquée au Japon. Importée de Chine il y a plus de 1500 ans, elle a été considérablement développée au Japon et présente une approche holistique, considérant que le corps et l’esprit forment un tout. Le traitement commence par une anamnèse détaillée du patient et son examen physique, avec outre le diagnostic de la langue et celui du pouls, l’examen du ventre, considéré comme le centre de la vie au Japon.

Ce n’est qu’à la fin du 19e siècle que les plantes médicinales ont retrouvé le devant de la scène grâce au curé-herboriste suisse Johann Künzle et au prêtre allemand Sebastian Kneipp. Et le médecin français Henri Leclerc (1870-1955) a été le premier à utiliser le terme de «phytothérapie». Auparavant, on parlait simplement de médecine par les plantes. En français, phytothérapie signifie toujours médecine par les plantes puisqu’elle consiste à utiliser des plantes, des parties de plantes et des préparations végétales à des fins thérapeutiques. La phytothérapie est une des plus anciennes méthodes thérapeutiques. Les plantes sont utilisées en médecine dans le monde entier depuis de nombreux siècles.

Enfin, dans les années 50 et 60, la recherche scientifique s’est à son tour intéressée aux plantes médicinales. Aujourd’hui, de plus en plus de médicaments contiennent des ingrédients naturels à la place de produits de synthèse.

Les remèdes à base de plantes permettent de traiter de très nombreux troubles et la phytothérapie est également indiquée dans la prévention des maladies.

Principes actifs issus de plantes

De nombreux principes actifs utilisés dans les médicaments sont issus de plantes médicinales ou vénéneuses. Voici trois exemples:

  • Acide salicylique: l’écorce de saule contient de la salicyline, transformée dans le corps en une substance anti-inflammatoire, analgésique et antipyrétique, l’acide salicylique. On l’utilise aujourd’hui dans les médicaments contre la douleur.

  • La morphine est un des principaux principes actifs du liquide blanchâtre, exsudé par les capsules de pavot somnifère, après séchage. Cet alcaloïde de l’opium présente de puissants effets analgésiques.

  • L’atropine provient de différentes solanacées, comme la belladone, le datura ou le brugmansia, et est toxique. Médicalement, elle s’utilise essentiellement en ophtalmologie et en cas d’arrêt cardiocirculatoire ainsi que comme antidote, notamment en cas d’intoxication au gaz de combat sarin.

Phytomédicaments

En phytothérapie, les médicaments sont appelés phytomédicaments ou phytothérapeutiques. Ils ne contiennent pas une unique substance chimique exactement définie, comme c’est le cas pour les médicaments «chimiques». Ils sont au contraire composés de très nombreuses substances différentes (mélange de substances).

Les phytomédicaments doivent si possible être standardisés. Cela signifie qu’ils doivent contenir une quantité garantie et constante de principes actifs. Les points de vente officiels, comme les drogueries, garantissent une qualité fiable. Il est en revanche déconseillé de les acheter sur internet.

Auteure: Bettina Epper
Traduction: Claudia Spätig
Rédaction: Marie-Noëlle Hofmann
Contrôle scientifique: Dr phil. nat. Anita Finger Weber
Sources
  • Heinz Schilcher, Susanne Kammerer, Tankred Wegener: «Leitfaden Phytotherapie», Elsevier GmbH, 2010

  • Margret Wenigmann: «Phytotherapie. Arzneipflanzen, Wirkstoffe, Anwendung», Urban & Fischer, 1999

  • Vera Herbst, Gabriele Holm: «Botanik und Drogenkunde», Deutscher Apothekenverlag, 2010

  • Société médicale suisse de phytothérapie

  • Silvia Keberle, Eva Ebnöther: «Meine Gesundheit. Der Gesundheitsratgeber für die ganze Familie» Verlag Documed, 1999

  • Vortragsreihe «Medizin: Faszination Forschung» der Universitätsmedizin Mainz und der Medizinischen Gesellschaft Mainz

  • Silvia Keberle, Eva Ebnöther: «Meine Gesundheit. Der Gesundheitsratgeber für die ganze Familie.» Verlag Documed, 1999

  • Ben-Erik van Wyk, Coralie Wink, Michael Wink: «Handbuch Arzneipflanzen. Ein illustrierter Leitfaden», Wissenschaftliche Verlagsgesellschaft Stuttgart, 2004

  • Registre de la médecine empirique (RME)

  • www.japanische-medizin-muenchen.de

  • Hartmut Derendorf, Ralf Wemöhner, Hamm Heike Steen, Anne Julia Schrank: «Arzneimittelkunde», Deutscher Apotheker Verlag, 2011