Les effets du café sur la santé

Le café fragilise les nerfs et rend faible et malade, dit-on souvent. Mais c’est faux. Le café a de nombreuses propriétés bénéfiques.

On ne compte plus les études menées pour vérifier si le café est sain ou non. Et les résultats obtenus sont toujours différents. Parfois le café est le diable incarné, d’autres fois la panacée universelle. La vérité doit se situer quelque part entre les deux. Mais une chose est sûre: le café a de nombreuses propriétés bénéfiques.

Café et sommeil

Une tasse de café réveille. C’est dû à la caféine. Elle bloque le récepteur sur lequel l’adénosine, un neurotransmetteur, veut se fixer. L’adénosine donne normalement au corps le signal de repos. Si la caféine l’empêche de se fixer, cet effet n’apparaît pas. Avec pour conséquence entre autres qu’un autre neurotransmetteur, la dopamine, augmente dans certaines régions du cerveau, ce qui accroît la vigilance.

Une étude réalisée à Zurich a confirmé scientifiquement que le café réveille. Les chercheurs ont maintenu réveillées 40 personnes pendant 40 heures. Le soir du premier jour et le matin du deuxième, les personnes participant au test devaient avaler un comprimé. Une moitié du groupe a reçu 200 mg de caféine (environ deux tasses de café), les autres un placebo. Toutes les trois heures, les participants ont été soumis à un test sur le temps de réaction. Ceux sans caféine ont obtenu des résultats empirant après 18 heures de veille. Les résultats de ceux qui en ont reçu sont restés constants.

En outre, les chercheurs ont découvert qu’un gène qui influence la transmission du signal de la dopamine dans le cerveau joue un rôle déterminant pour savoir si quelqu’un pourra encore dormir ou non après une tasse de café. Certaines personnes ont ce gène, d’autres pas. Ce n’est donc pas un hasard si seules certaines personnes peuvent boire un expresso peu avant de dormir sans subir de conséquences négatives.

Café et douleurs

La caféine dans le café soulage temporairement les maux de tête. C’est un fait connu depuis longtemps déjà. Il ne faut pas oublier que le coca-cola, par exemple, était initialement un traitement contre les maux de tête.

Des scientifiques ont depuis lors découvert que la caféine bloque la formation d’une enzyme qui est responsable de la libération de prostaglandines. Ce sont des substances apparentées aux hormones impliquées, entre autres, dans la transmission des douleurs. Par ailleurs, la caféine seule a un effet inhibiteur léger. Mais si elle est combinée avec un analgésique comme l’acide acétylsalicylique (AAS) ou le paracétamol, elle agit bien plus fortement.

Café et asthme

L’effet bénéfique du café sur l’asthme est connu depuis plus de 100 ans. Cet effet est dû, là aussi, à la caféine. Elle permet une légère décrispation, la détente et l’élargissement des voies respiratoires et accroît l’évacuation des substances étrangères et du mucus par les cils vibratoires. En outre, la pression baisse dans les vaisseaux pulmonaires; le réflexe respiratoire et la capacité de contraction de la musculature respiratoire augmentent de leur côté.

Café et maladies cardiovasculaires

La plupart des graves maladies cardiovasculaires sont provoquées par une sclérose des vaisseaux. L’hypertension est un facteur de risques. Certaines études montrent que le café fait monter la pression artérielle – et d’autres prouvent que ce n’est pas le cas. Une nouvelle étude de l’Université Hopkins aux Etats-Unis étaie la deuxième thèse. Les chercheurs ont suivi 1000 hommes pendant 30 ans. Ceux qui ont bu régulièrement du café souffrent d’hypertension chronique exactement dans la même proportion que ceux qui n’en ont jamais touché une tasse.

Le cholestérol joue un rôle important dans les maladies cardiovasculaires. Le café ne contient certes pas de cholestérol mais des substances (les diterpènes cafestol et kahweol) qui peuvent indirectement augmenter le taux de cholestérol dans le sang. Ces substances sont moins nombreuses dans le café filtre car elles restent bloquées dans le filtre. Des études montrent que le café filtre n’a pas d’effet notable sur le taux de cholestérol dans le sang, contrairement au café préparé selon le mode expresso. Mais on ne sait pas très bien si cela a des effets sur la santé.

Café et diabète

Il existe de nombreuses études avec des résultats différents concernant l’influence du café sur le diabète. Des chercheurs de l’Institut allemand pour la recherche nutritionnelle ont exploité une étude portant sur 42'600 personnes (étude EPIC-Allemagne). La consommation de plus de quatre tasses de café par jour permet une réduction de 23 % du risque de souffrir d’un diabète de type 2 par rapport à la consommation de moins d’une tasse en moyenne par jour.

Le secret semble résider une fois de plus dans la caféine. Elle régule fortement les cellules produisant de l’insuline dans le pancréas. C’est ce qu’ont montré des essais sur des animaux. En outre, l’effet stimulant du café sur le métabolisme et le meilleur rapport muscle-graisse ainsi obtenu pourraient être bénéfiques pour les diabétiques. La science suppose en outre que l’acide chlorogénique présent dans le café améliore l’intensité de l’insuline et influence directement l’assimilation du glucose en collaboration avec d’autres substances. Finalement, les phénols (composés organiques) dans le café ont un effet réducteur sur le taux de sucre dans le sang.

Sondage

Sous quelle forme buvez-vous votre café?

Veuillez patienter...

Café et appareil gastro-intestinal

Les médecins recommandent souvent aux personnes qui souffrent d’irritation gastrique et de brûlures d’estomac de renoncer à la consommation de café ou en tout cas de la réduire fortement. D’innombrables études scientifiques se sont déjà penchées sur la question de savoir si ce conseil était judicieux ou non. Une étude autrichienne a annoncé en 2007 que le café filtre était plus digeste que l’expresso pour les personnes souffrant de problèmes gastriques. Peu auparavant, une autre étude avait prouvé exactement le contraire.

Les personnes concernées rapportent souvent qu’elles supportent mieux l’expresso. Cela pourrait être dû au fait que l’expresso se prépare plus rapidement que le café filtre. En outre, le café expresso est fait à base de grains pauvres en acides qui sont torréfiés à plus haute température que les grains de café traditionnels. Il a ainsi une teneur réduite de 70 % en acide chlorogénique qui irrite l’estomac. Dans le café filtre en revanche, l’eau coule très longtemps à travers le café en poudre, les substances amères et irritantes se dissolvent. C’est pourquoi le café filtre contient aussi plus de caféine que l’expresso.

Café et ostéoporose

Les personnes qui souffrent d’ostéoporose devraient faire preuve de modération en ce qui concerne la consommation de café. Le café peut en effet affaiblir les os et même ainsi favoriser l’ostéoporose. Le café réduit la récupération du calcium dans les reins pour plusieurs heures et le corps élimine ainsi davantage de calcium avec l’urine. Pour maintenir stable la teneur en calcium dans le sang, le corps puise du calcium dans la substance osseuse et les os deviennent ainsi cassants.

Café et calculs biliaires

De nombreuses personnes qui souffrent de calculs biliaires ne supportent pas le café mais il n’est cependant pas interdit d’en boire quand on a ce problème. Le café peut même aider. Des scientifiques des Etats-Unis ont découvert dans une étude (Health Professionals Follow-Up Study) portant sur 46'000 hommes que ceux qui buvaient plus de 4 tasses de café par jour avaient un risque réduit de 45 % de souffrir de calculs biliaires. Dans une autre étude, des chercheurs ont observé 80'000 femmes pendant 20 ans. Ils sont arrivés à un résultat similaire. Celles qui buvaient quatre tasses de café par jour avaient un risque réduit de 25 % de souffrir de calculs biliaires par rapport à celles qui ne buvaient pas du tout de café. La science suppose que le café a un effet favorisant la bile, qu’il régule la sécrétion de celle-ci par la vésicule biliaire et renforce la contraction de la vésicule biliaire.

Café et foie

Les personnes qui souffrent de fibrose du foie (augmentation de la part de tissus conjonctifs dans le foie) et qui boivent régulièrement du café peuvent ralentir le cours de la maladie. Il existe différentes études dont une datant de 2010 dans laquelle les chercheurs ont découvert grâce à des biopsies du foie que la fibrose évolue plus lentement chez les patients souffrant d’hépatite buvant du café que chez ceux qui n'en consomment pas. Une autre étude avec 238 personnes souffrant d’une hépatite C montre que plus de trois tasses par jour ont un effet positif sur la fibrose. La caféine en est probablement responsable là aussi. Elle inhibe une protéine qui participe à l’apparition de la fibrose.

Café et reins

Le café déshydrate. C’est ce que pensent de nombreuses personnes mais c’est faux. Cette fausse croyance est apparue parce que la caféine inhibe une hormone de l’hypophyse et signale ainsi aux reins qu’il faut éliminer davantage de liquide. Mais il s’agit seulement de 1,17 ml par mg de caféine. Quelqu’un qui ne boit jamais de café et qui prendrait d’un coup 300 mg de caféine (environ 4 tasses de café) verrait ainsi ses reins produire davantage d’urine à court terme. Les personnes qui sont habituées au café devraient boire une dose supplémentaire de 300 mg donc plus de quatre tasses de café.

Noir ou au lait?

Le café est donc tout à fait sain. Des scientifiques de Graz en Autriche ont cependant découvert que ses multiples effets favorables sur la santé se déployaient uniquement quand il était bu noir. Le café noir dope l’autophagie. C’est une sorte de programme d’autodigestion qui nettoie et détoxifie les cellules. Les protéines animales qu’on trouve dans le lait, par exemple, inhibent ce processus.

Auteure et rédaction: Bettina Epper
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann
Sources
  • Karen Nieber, «Schwarz und stark. Wie Kaffee die Gesundheit fördert», S. Hirzel Verlag, 2013

  • kaffee-wirkungen.de

  • Deutscher Kaffeeverband

  • Österreichischer Kaffee- und Tee-Verband