Système immunitaire

Le fonctionnement de nos défenses

60 milliards de cellules immunitaires veillent à ce que nous restions en bonne santé. Un regard dans les coulisses de ce processus fascinant.

Des milliers de substances nocives comme des bactéries, des virus et des poisons parviennent dans notre corps par l'air inspiré, l’eau, l’alimentation ou des blessures. L’organisme prend des mesures d’urgence pour que nous ne tombions pas malades.

Un système immunitaire bien rôdé fonctionne en permanence. Mais on ne remarque pas la plupart des tâches qu’il réalise. Les chercheurs supposent que plus de 90 % des infections passent inaperçues (nous ne tombons pas malades). C’est seulement quand le système immunitaire doit mener une lutte particulièrement acharnée contre des agents pathogènes qu’il essaie de les désactiver avec par exemple de la fièvre, un rhume ou de la toux.

Si nous tombons malades, les défenses immunitaires font de leur mieux. Les mécanismes du système immunitaire sont toutefois très complexes. Découvrez comment il fonctionne:

Origine des cellules immunitaires

Le corps humain dispose d’environ 60 milliards de cellules immunitaires pour se défendre contre les substances nocives. On les appelle les globules blancs ou leucocytes. Chaque jour, un homme en bonne santé en produit 15 milliards, ce qui correspond à environ trois cuillères à café.

Les leucocytes se forment dans la moelle épinière et mûrissent dans le thymus (sous le sternum). De là, ils passent dans le sang. Nombre de ces cellules immunitaires sont rassemblées aux portes d’entrée du corps humain. Par exemple dans la peau, les muqueuses de la bouche et du nez ou encore dans les voies urinaires et le tube digestif. On en trouve d’autres par exemple dans la rate et les ganglions.

Familles de cellules

Les défenses immunitaires se composent d’environ douze familles de cellules. Parmi lesquelles les macrophages, les cellules B et les cellules T qui aident à éliminer les agents pathogènes. Les cellules immunitaires patrouillent dans le corps par les vaisseaux sanguins. A l’aide de signaux, elles s’informent les unes les autres de la situation immunitaire. Un système immunitaire fonctionnant correctement peut faire la différence entre des composants endogènes ou d’autres dangereux et exogènes. Il n’attaque donc que ce qui est nocif et étranger.

Anticorps et immunité

Les anticorps ou immunoglobulines jouent un rôle important dans le système immunitaire. Ce sont des protéines formées par les cellules B. La future mère donne déjà quelques anticorps au fœtus et le nourrisson en reçoit aussi par le lait maternel.

Les anticorps ont une forme de Y. Les deux bras de la lettre sont variables. Ils peuvent reconnaître et capturer des substances étrangères comme des virus et des bactéries, des antigènes. Ils fonctionnent comme une pièce de puzzle qui s’emboîte dans l’antigène. Si un anticorps marque un antigène, les macrophages débarquent et le détruisent.

Pendant ce processus de défense, un autre pas important se produit. Certaines cellules B se conduisent comme des cellules mémoire. Dès que l’antigène est attaché à l’anticorps, la cellule B se divise en de nombreuses cellules. Quelques-unes des nouvelles enregistrent les informations sur l’hôte indésirable et deviennent des cellules mémoire. Elles restent présentes dans le corps pour toujours et permettent l’immunité contre de nouvelles infections avec le même agent pathogène. C’est pour cette raison qu’une personne ne devrait en principe contracter la rubéole qu’une seule fois dans sa vie, par exemple.

On peut se faire vacciner contre de nombreuses maladies. Le corps reçoit alors par exemple des particules virales inactives. Le système immunitaire y réagit et forme des anticorps. Ceux-ci protégeront plus tard le corps des mêmes agents pathogènes. La grippe pose un problème car les souches de virus mutent en permanence. Il faut donc un nouveau vaccin chaque année.

Hygiène et allergies

Il est extrêmement important que les enfants soient confrontés à des agents pathogènes. Des études l’ont montré: le système immunitaire a besoin d’entraînement pour pouvoir se développer correctement. Etre dehors dans la nature et entrer en contact avec d’autres personnes, des animaux ou encore de la saleté sont autant de facteurs qui semblent propices à cet entraînement.

Mais beaucoup de gens dans nos pays ont une trop grande obsession de l’hygiène. Selon des spécialistes, un excès d’hygiène peut faire partie des déclencheurs d’une allergie. En cas d’allergie, le système immunitaire réagit à des substances normalement inoffensives comme des acariens, des pollens ou des poils de chat. Il essaie de protéger la personne concernée de ces substances faussement nocives par des éternuements, des larmes et d’autres symptômes d’allergie.

Maladies auto-immunes

Le système immunitaire joue un rôle central en cas de maladie auto-immune comme la sclérose en plaques, le rhumatisme ou le diabète. Le corps s’autodétruit. Pour des raisons en partie inexpliquées, l’immunité de la personne concernée classe des tissus endogènes comme étrangers et dangereux et lutte contre eux. Les spécialistes présument que les gènes en sont responsables mais que des influences environnementales et des infections précédentes peuvent aussi jouer un rôle.

Les personnes qui vivent dans les pays industrialisés sont davantage concernées par les maladies auto-immunes – principalement les femmes âgées de 20 à 40 ans.

Flore intestinale

Une flore intestinale en bonne santé est particulièrement importante pour le bon fonctionnement du système immunitaire. Les spécialistes appellent flore intestinale tous les micro-organismes comme les bactéries et les champignons qui colonisent la muqueuse intestinale. Ils sont des milliards. Parmi leurs tâches principales, ils doivent entraîner le système immunitaire. En outre, quelque 70 % des cellules immunitaires se trouvent dans la muqueuse intestinale.

Les personnes qui sont souvent malades devraient booster leurs intestins. Les droguistes vous conseilleront pour y parvenir.

Mode de vie

Le bon fonctionnement du système immunitaire dépend entre autres du mode de vie. Les raisons d’un affaiblissement du système immunitaire peuvent par exemple être des influences environnementales, un manque de mouvement ou de sommeil, mais aussi une alimentation déséquilibrée et le stress ou encore la prise de médicaments.

Voici dix conseils pour renforcer son système immunitaire et ainsi se protéger des maladies infectieuses.

Auteure: Vanessa Naef
Traduction et rédaction: Marie-Noëlle Hofmann
Contrôle scientifique: Dr phil. nat. Anita Finger Weber
Sources
  • Brochure de l’Association suisse des droguistes «Des défenses au top», 2012

  • Dossier spécialisé de l’Association suisse des droguistes «L’intestin», 2018

  • Classeur droguiste CFC «Biologie humaine 1/2» de Gregor Kreyenbühl, 2012

  • Magazin Beobachter