Comment éviter de transpirer

Avoir les mains moites ou sentir sous les bras peut être pénible. Des problèmes qui ne concernent pas tout le monde car la formation de l’odeur dépend de plusieurs facteurs.

Transpirer est en principe quelque chose de très sain. Ce que confirme la droguiste Susanna Nagel: «Des substances toxiques sont éliminées du corps par les glandes sudoripares. En outre, ces dernières gardent intact le manteau acide du corps». Mais une transpiration excessive peut rapidement devenir un problème.

Des plantes contre la transpiration

Susanna Nagel sait d’expérience à quel point c’est désagréable de sentir tout à coup la sueur commencer à couler: «Depuis que je suis dans la ménopause, j’ai souvent des bouffées de chaleur.» En trouver les causes est déjà un premier pas. Et faire quelque chose est le suivant. «Quand j’ai d’importantes bouffées de chaleur, je prends une préparation à la sauge.» La plante a des effets régulateurs sur les glandes sudoripares. Elle peut être prise en gouttes, en comprimés ou comme spray spagyrique.

Pour Susanna Nagel, c’est un spray à base de bourgeons frais qui a été efficace. Giclé dans la bouche pendant les phases aiguës, ce spray régule la chaleur et rafraîchit. «En outre, je fais attention à mon alimentation, particulièrement en été. J’évite le café et les repas épicés. Les deux favorisent la transpiration.» Le melon en revanche régule la chaleur interne et la tisane de menthe peut aussi avoir un effet bienfaisant, surtout si elle est consommée froide. Autre conseil: se mouiller l’intérieur des poignets avec de l’eau froide ou porter des bandeaux antitranspiration mouillés.

Pas toujours une odeur forte

Susanna Nagel s’intéresse depuis de nombreuses années déjà au thème de la transpiration et elle y est toujours confrontée en droguerie. Mains humides, odeur de transpiration désagréable ou bouffées de chaleur sont autant de troubles dont ses clients disent souffrir. «Généralement, je commence par demander s’ils prennent des médicaments ou s’ils souffrent d’une maladie du métabolisme et comment ils se portent de manière générale.» Le surpoids peut également être à l’origine d’une forte transpiration.

Ensuite, la droguiste cherche à savoir où le client transpire le plus, aux mains, aux pieds, sous les bras ou sur les tempes – et si la transpiration sent mauvais ou non. A noter que la formation d’odeur diffère en fonction de l’origine de la personne, explique Susanne Nagel: «Nous avons deux types de glandes sudoripares: d’une part les glandes sudoripares eccrines qui sont réparties sur tout le corps. Et d’autre part les glandes apocrines présentes surtout dans les zones pileuses comme les aisselles ou la zone intime en tant que glandes odoripares.» Plus la couleur de la peau est foncée, plus la personne a des glandes sudoripares apocrines. Le nombre de ces glandes apocrines influence l’odeur de la sueur: «Si l’on mange en outre des plats très épicés et que les épices sont éliminées par la peau, on dégage ensuite une odeur corporelle très intense.»

Sondage

Qu'est-ce que vous trouvez le plus désagréable: transpirer ou frissonner?

Veuillez patienter...

La chlorophylle neutralise les odeurs

La prise de comprimés de chlorophylle peut aider dans de tels cas: «Ils neutralisent les odeurs et peuvent être pris trois fois par jour – à chaque fois après le repas.» En application interne, on peut utiliser de la spagyrie qui régule ou des préparations homéopathiques. Et les sels de Schüssler nos 8 et 5 aident aussi à réguler la formation de sueur et donc l’odeur corporelle. En cas de forte transpiration, une désacidification du corps avec une cure basique peut aussi être très efficace.

Et pour les personnes qui transpirent en raison du stress, des plantes comme la passiflore ou la mélisse peuvent aussi être utiles. «Ces essences ont des effets apaisants et relaxants.» Et si l’on est détendu, on transpire automatiquement moins, cela semble aller de soi.

Auteure: Denise Muchenberger
Traduction et rédaction: Marie-Noëlle Hofmann
Sources
  • Susanne Nagel, droguiste ES

  • «Tribune du droguiste»