Les quatre éléments en droguerie

Le principe de la théorie des quatre éléments se retrouve dans de nombreux traitements et thérapies. En droguerie aussi de nombreuses applications se basent sur le savoir antique de la théorie des humeurs.

La théorie des humeurs définit quatre caractères, le colérique, le mélancolique, le flegmatique et le sanguin. Ce sont des schémas, en réalité, chaque individu possède toujours plusieurs tempéraments en lui. Cela a un lien avec le tempérament inné mais aussi avec les différentes phases de vie. «Les enfants et les adolescents sont en général plutôt sanguins puis ils deviennent colériques ou flegmatiques à l’âge adulte. Enfin, les gens ont tendance à devenir plus mélancoliques avec l’âge», explique Karin Widmer, naturopathe.

D’un point de vue thérapeutique, il faut donc toujours veiller à ce que le tempérament dominant ne déborde pas. L’objectif: canaliser et tempérer. Cela peut aussi bien se faire dans les situations de crise que préventivement.

Sondage

Sanguin, flegmatique, mélancolique, colérique: est-il important de connaître les différents caractères?

Veuillez patienter...

Reprise dans d'autres thérapies

Alexander Paepke, droguiste dipl. ES, se réfère souvent aux principes des quatre éléments pour conseiller ses clients.

  • En particulier dans la spagyrie. Car selon l’enseignement de Paracelse, toutes les choses matérielles sont non seulement constituées des quatre éléments que sont le feu, la terre, l’eau et l’air mais se basent aussi sur les trois principes philosophiques suivants: sel/corps, soufre/âme et mercure/esprit. Or ce sont justement les trois principes alchimiques qui servent de base à la spagyrie. «En spagyrie, l’enseignement des quatre éléments aide à mieux comprendre la survenue et le déroulement des maladies et donc à mieux les soigner», explique Alexander Paepke.

  • La théorie des quatre éléments peut aussi s’avérer très utile dans les traitements avec les sels de Schüssler. Cette thérapie vise à compenser les carences en sels minéraux et donc à agir sur les déséquilibres qui en résultent. «La théorie des humeurs peut se révéler une aide précieuse pour découvrir le pourquoi de la carence. En effet, mieux on arrive à déterminer les faiblesses des organes, justement grâce à la théorie des humeurs, mieux on pourra choisir le sel approprié», assure le droguiste.

  • L’homéopathie se base certes sur le principe de Samuel Hahnemann «Similia similibus currentur» (le semblable soigne son semblable), mais de nombreux naturopathes et droguistes s’appuient sur la théorie des humeurs pour affiner le choix du bon médicament.

  • La médecine anthroposophique se base elle aussi sur un concept de quatre éléments constitutifs de l’être humain (corps physique, corps éthérique, corps astral et moi). Elle vise aussi à conserver ou restaurer l’équilibre entre ces différents éléments par un mode de vie sain. On peut ainsi considérer que Rudolf Steiner, le père de l’anthroposophie, a en quelque sorte développé une variante personnelle de la théorie des humeurs qui se concentre plus sur le mental, le spirituel, que sur le matériel.

  • L’ayurvéda, médecine traditionnelle originaire d’Inde, et tout son aspect diététique tient aussi compte du tempérament de la personne et des rythmes naturels pour choisir les aliments et les épices. Les épices sont particulièrement efficaces sur les humeurs et peuvent donc aider à retrouver l’équilibre intérieur. En Europe, c’est surtout Hildegarde de Bingen qui a popularisé la nutrition basée sur les quatre éléments. Elle s’est particulièrement concentrée sur les substances amères, qui sont attribuées à l’élément terre.

  • La médecine traditionnelle chinoise (MTC) se base sur la théorie des cinq éléments. Elle étudie les lois qui régissent nos vies. Les cinq éléments de la MTC, à savoir le bois, le feu, le métal, l’eau et la terre, découlent tous de la nature. Leurs caractéristiques servent à établir des liens entre la terre, l’homme et le ciel. L’idée de base, à savoir que l’homme, qui est intégré à la nature, ne peut être en santé que lorsque son corps et son esprit sont en équilibre, est la même que celle de la théorie européenne des humeurs.

Photo: © ms baer / pixelio.de
Auteure: Ann Kugler
Rédaction: Katharina Rederer
Traduction: Claudia Spätig
Sources
  • «Tribune du droguiste»

  • Christian Heimüller et Andreas Beutel: «Schüssler-Salze. Typgerechte Behandlung nach den vier Elementen», Südwest-Verlag, 2011

  • Christina Casagrande: «Praxis Spagyrik. Nach Alexander von Bernus», Haug Verlag, 2011