Les bons gestes pour se détendre

Lorsque vos muscles font mal, vous pouvez les soulager avec vos mains. Les automassages atténuent les tensions modérées et ont même des effets positifs sur les organes internes.

Le toucher est puissant: il stimule agréablement les organes sensoriels de la peau. Ce qui agit sur les quelque 3000 récepteurs au centimètre carré qu'elle possède. Le fin réseau des fibres nerveuses transmet ces signaux de contact à tout le corps. Cela favorise la sécrétion d'hormones du bien-être tout en réduisant les angoisses, le stress et les tensions et pourrait même améliorer les capacités d'apprentissage et renforcer le système immunitaire. Les massages agissent aussi positivement sur la circulation sanguine, les organes internes et le système lymphatique. L'idéal est naturellement de pouvoir s'allonger dans une atmosphère détendue et de laisser son partenaire ou un masseur professionnel travailler. Mais lorsqu'on n'a ni partenaire ni thérapeute sous la main, un automassage fait parfaitement l'affaire, assure Irene von Dach, masseuse médicale qui exerce dans son propre cabinet, à Berne.

Les bons gestes

Les personnes qui restent assises de longues heures sans bouger ou celles qui doivent inlassablement répéter les mêmes gestes, «frottent ou malaxent automatiquement leurs muscles tendus ou passent leurs mains sur leurs tempes quand elles ont mal à la tête», constate Irene von Dach. Qu'il s'agisse d'un massage du visage ou d'un massage du ventre ou du dos, la masseuse recommande d'utiliser les techniques manuelles suivantes:

  • Faire des cercles avec la paume ou le dos des mains ou encore avec les doigts sur la zone tendue. Cette technique s'utilise en cas de mauvaise circulation sanguine et de tensions musculaires.

  • Bien huiler les mains et pétrir les muscles comme de la pâte.

  • Tapoter la peau légèrement et en rythme avec la paume des mains, bien à plat. Pour améliorer la circulation sanguine et détendre les muscles.

  • Terminer chaque massage par un effleurement en direction du cœur. La peau semble alors plus fraîche et on se sent détendu et revigoré.

Doser la pression

La pression joue aussi un rôle important lorsqu'on se masse soi-même. «On appuie généralement de telle sorte que cela reste agréable», constate Irene von Dach. Néanmoins, il est bon de pouvoir adapter la pression en fonction des tensions. Spécialisée dans les domaines de la santé et du wellness, l'auteure Valeria Füchtner définit trois degrés de pression: d'abord une pression douce comme sur un interrupteur, puis une pression moyenne comme sur un tube de dentifrice, enfin une pression plus forte, comme pour pétrir de la pâte.

Contre-indications

Tant que l'automassage ne provoque pas de douleurs, que la pression est relaxante et apaisante, c'est que l'on a tout juste. La prudence s'impose en revanche en cas de maladies comme la fièvre, l'hypertension, les troubles cardiovasculaires, les inflammations aiguës, le diabète et les maladies infectieuses, ainsi que durant la grossesse. L'automassage ne remplace d'ailleurs pas un diagnostic médical en cas de douleurs persistantes.

Photo: © ASD
Auteure: Christa Friedli Müller
Rédaction: Franziska Linder
Traduction: Claudia Spätig
Sources
  • «Tribune du droguiste»

  • Valeria Füchtner: «Heilende Selbstmassage. Alltagsbeschwerden einfach wegmassieren», BLV Verlag, 2006

  • Gabriele Hoffmann: «Fussreflexzonenmassage. Wohltuende Massagen mit sanftem Fingerdruck», Südwest Verlag, 2009