Le pouvoir des compléments alimentaires

Certains troubles dans le corps peuvent être traités par une supplémentation en substances vitales. Il s'agit d'une thérapie propre au corps et centrée sur les causes.

Le besoin en substances vitales est propre à chacun et a tendance à augmenter en raison des exigences élevées dans notre société de performance. Il est difficile de garantir un approvisionnement suffisant en micronutriments par l’alimentation quotidienne dans de nombreuses situations et phases de notre vie. Ainsi, une alimentation qui contient trop peu de produits complets, de fruits à coques et de légumes peut conduire à un manque de magnésium qui pourra s’exprimer par des contractures musculaires, de l’épuisement et une certaine irritabilité.

Suppléments

Dans des situations de carence, il faut alors avoir recours aux suppléments en substances vitales. Un exemple: une supplémentation en vitamine B6 pourra venir en aide à une personne qui souffre fréquemment d’infections. Cela améliorera le fonctionnement des cellules immunitaires et régulera ainsi les capacités de résistance du corps contre les infections.

Les études les plus récentes ont en outre démontré qu’à un dosage élevé, certains micronutriments pouvaient engendrer des effets supplémentaires qui ne seraient pas atteints avec un dosage bas. Ainsi, la niacine (vitamine B3) joue un rôle important pour l’obtention d’énergie dans les cellules. Mais à haute dose, elle aide aussi à la régulation du taux de cholestérol.

Une question de dosage

Mais attention, il s’agit de doser ni trop peu, ni trop; même si des effets secondaires indésirables sont plutôt rares en comparaison avec les médicaments. Pourtant, de nombreuses personnes nourrissent des doutes à l’égard des suppléments en substances vitales, comme le constate fréquemment Denise Egli, experte en substances vitales de Rheineck (SG), lors de ses consultations. Si elle compose un programme de micronutriments et recommande une prise sur au moins six mois, elle se heurte au scepticisme de ses patients car les substances vitales sont assimilées à des médicaments et une prise sur une longue période n'est pas très bien perçue.

A tort. La principale différence réside dans le fait que les médicaments sont des substances extérieures au corps alors que les substances vitales sont des substances propres au corps, à savoir physiologiques, que le corps connaît et auxquelles il fait confiance, explique la spécialiste. Les micronutriments, ou les suppléments en substances vitales, sont prévus pour pallier les causes d’une situation de carences et ramener le corps à l'équilibre. C’est un processus lent et progressif, raison pour laquelle la prise est plus longue que pour certains médicaments.

Auteure et rédaction: Katharina Rederer
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann
Sources
  • Denise Egli, droguiste CFC et conseillère en micronutriments diplômée

  • Lothar Burgerstein: «Burgersteins Handbuch Nährstoffe», Karl Haug Verlag, 2007