Acides gras sains avec modération

Longtemps, les acides gras insaturés ont été considérés comme la panacée contre les maladies de civilisation. Mais le monde scientifique n’est plus aussi euphorique.

Les personnes qui mangent régulièrement du poisson ou des fruits de mer sont plus rarement victimes de crises cardiaques ou d’attaques cérébrales que les autres. Cette thèse a longtemps été considérée comme certaine. Mais le milieu scientifique la remet de plus en plus en cause. Diverses études ont montré qu’il n’y a pas de lien direct entre la consommation d’acides gras essentiels, comme les oméga 3 et les oméga 6, et les maladies cardiovasculaires. Les populations, comme les Inuits au Grœnland, en Alaska et au Canada, ont une alimentation sensiblement plus riche en poisson que les Européens, et pourtant les attaques cérébrales y sont plus nombreuses et l’espérance de vie plus réduite, 10 ans de moins en moyenne.

Plus qu’assez de graisse

Le Dr rer. nat. Susanne Cichon, de l’Institut Dr Jacob pour la recherche dans le domaine de la médecine complémentaire, de Heidesheim (D), déconseille toute consommation supplémentaire ou excessive d’acides gras. «Nous consommons déjà bien assez de graisse – le risque d’excès est bien plus élevé que celui de carence.» En Allemagne, par exemple, les matières grasses représentent 36 % de l’énergie apportée par l’alimentation. Or, dans le cadre d’une alimentation saine, les matières grasses ne devraient représenter que 10 %, voire au maximum 30 %, des apports énergétiques.

Susanne Cichon réfute aussi la théorie qui vante les bienfaits des poissons. Pour prouver que consommer quantité d’acides gras oméga 3 n’est pas en soi bénéfique à la santé, elle cite les habitants d’Okinawa, qui mangent peu de poisson et ont malgré toute une très longue espérance de vie. Cette île japonaise est d’ailleurs surnommée l’«île des centenaires». Pour Susanne Cichon, leur longévité exceptionnelle s’explique simplement: «Le poisson contient généralement beaucoup de substances toxiques et, grâce à leur régime alimentaire, ils en absorbent peu. Leur alimentation basée sur des produits végétaux leur apporte en outre de nombreux nutriments antioxydants, lesquels, en lien avec les acides gras essentiels, sont importants pour l’organisme.»

Les acides gras insaturés peuvent aussi nuire

Sous nos latitudes, la plupart des gens avalent trop d’acides gras oméga 6. Les spécialistes estiment qu’il y a environ 15 fois plus d’acides gras oméga 6 que d’oméga 3 dans l’alimentation occidentale. Or pour avoir une alimentation saine et équilibrée, la nutritionniste spécialiste des sciences naturelles considère que le rapport devrait être de 5:1 au maximum ou, mieux, de 2:1. Autrefois, la Société suisse de nutrition (SSN) conseillait un rapport de 5:1, aujourd’hui, elle écrit que «un rapport conseillé n’est pas fondé scientifiquement».

Veiller à la quantité

Globalement, le risque de souffrir de carences en acides gras est plutôt minime, constate Susanne Cichon. Une étude vient d’ailleurs de démontrer que même les végétariens et les végétaliens qui ne prennent pas de compléments alimentaires ne sont pas carencés. Le corps peut apparemment très bien fabriquer les acides gras eicosapentaénoïque (EPA) et docosahexaénoïque (DHA) à partir de l’acide alpha-linolénique (ALA) qui se trouve dans les plantes.

La Société suisse de nutrition recommande (en % de l’apport quotidien d’énergie):

Acides gras oméga 3

  • Femmes enceintes et qui allaitent: 0,5

  • Adultes: 0,5

  • Adolescents: 0,5

  • Enfants dès 4 ans: 0,5

  • Enfants de 1 à 4 ans: 0,5

  • Nourrissons de 4 à 12 mois: 0,5

  • Nourrissons jusqu’à 4 mois: 0,5

Acides gras oméga 6

  • Femmes enceintes et qui allaitent: 2,5

  • Adultes: 2,5

  • Adolescents: 2,5

  • Enfants dès 4 ans: 2,5

  • Enfants de 1 à 4 ans: 3

  • Nourrissons de 4 à 12 mois: 3,5

  • Nourrissons jusqu’à 4 mois: 4

Auteures: Anania Hostettler et Bettina Epper
Rédaction: Bettina Epper
Traduction: Claudia Spätig
Sources
  • «d-inside»

  • Société suisse de nutrition (SSN)

  • Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV)