Troubles du sommeil et réveils

Les personnes qui dorment mal sont très nombreuses. La faute à différentes maladies, mais aussi à l’âge ou à la puberté.

Les troubles du sommeil sont très répandus, tout comme les problèmes de somnolence pendant la journée. Ils touchent près d’un quart de la population suisse, comme le montrent les chiffres de la dernière enquête suisse sur la santé. Pour simplifier, les médecins du sommeil divisent les troubles du rythme veille-sommeil en quatre catégories, comme l’explique le Prof. Dr méd. Johannes Mathis, responsable du centre interdisciplinaire sommeil-veille à l’hôpital de l’Ile, à Berne: sommeil réduit, sommeil prolongé, sommeil décalé ou sommeil altéré.

Réduit

Le sommeil réduit

Les personnes dont la durée du sommeil est réduite ne peuvent pas s’endormir ou dormir d’une traite ou alors elles se réveillent trop tôt. C’est le trouble du sommeil le plus fréquent, près de 10 % des gens en souffrent tellement qu’ils doivent prendre des médicaments. Les causes vont de la dépression à des problèmes psychosociaux en passant par les effets secondaires de médicaments et différentes maladies comme le syndrome des jambes sans repos.

Prolongé

Le sommeil prolongé

Les problèmes de sommeil prolongé ou excessif sont aussi fréquents. Les personnes concernées ont besoin de dormir plus que les quatre à dix heures habituelles. Elles sont souvent très somnolentes pendant la journée, même lorsqu’elles sont actives, comme au travail ou au volant. Ce besoin accru de sommeil peut être provoqué par l’apnée du sommeil, la narcolepsie, certaines formes de dépression, la maladie de Parkinson, une attaque cérébrale, etc.

Décalé

Le sommeil décalé

Le problème du sommeil décalé touche particulièrement les personnes âgées et les jeunes pendant la puberté. Chez les seniors, l’horloge interne est décalée. Ils vont se coucher très tôt, souvent en raison d’un manque de contacts sociaux, et se relèvent aussi très tôt. Chez les jeunes de 15 à 25 ans, le sommeil se décale dans l’autre sens: ils ne s’endorment qu’aux petites heures du matin et pourraient par contre rester debout très longtemps le soir – ce qui n’est évidemment pas toujours possible en raison de l’école ou du travail. Tout cela conduit à un manque de sommeil et à de la somnolence diurne.

Altéré

Le sommeil altéré ou perturbé

Le sommeil altéré ou perturbé comprend différentes affections, comme le somnambulisme, les crises d’épilepsie, le bruxisme ou les troubles du comportement en sommeil paradoxal. Le trouble du comportement en sommeil paradoxal se caractérise par une reprise du tonus musculaire pendant la phase de rêve, ce qui n’est habituellement pas le cas. Les personnes qui en souffrent peuvent vraiment vivre leurs rêves et passer à l’acte, comme saisir une arme et même tirer si elles rêvent d’un cambrioleur. Ce trouble peut être un symptôme précoce de différentes maladies, comme celle de Parkinson ou la démence. En cas de somnambulisme, une partie du cerveau dort tandis que l’autre est éveillée. Les personnes concernées peuvent bouger sans s’en rendre compte. Ce qui peut provoquer des accidents, comme des chutes dans les escaliers. Elles ne peuvent généralement pas se souvenir de ce qu’elles ont fait, ou seulement très vaguement.

Auteure et rédaction: Bettina Epper
Traduction: Claudia Spätig
Source
  • «Tribune du droguiste»