Le progrès nous fait-il perdre le sommeil?

Une heure environ avant de tomber dans les bras de Morphée, le corps cherche à ralentir le rythme. Si le cerveau est stimulé à ce moment-là par la télévision ou l'ordinateur, le risque de souffrir de troubles du sommeil augmente.

Les appareils électroniques maintiennent le cerveau artificiellement en activité; celui-ci va alors donner au corps des signaux d'éveil. La lumière vive des écrans renforce encore cet effet stimulant. La sécrétion de mélatonine, l'hormone du sommeil, s'en trouve bloquée ou du moins retardée.

Quelque 1500 citoyens américains ont été interrogés sur la qualité de leur sommeil et leurs habitudes en la matière dans une étude réalisée en 2011 par la National Sleep Foundation à Washington D.C. Pas moins de 60 % des participants ont affirmé souffrir de troubles du sommeil et se sentir non reposés au matin. L'étude montre aussi que 95 % des personnes utilisent un appareil électronique avant d'aller dormir. Les chercheurs admettent un lien entre l'utilisation d'un ordinateur, d'un smartphone, de la télévision, etc. et la diminution de la qualité du sommeil.

Manque chronique de sommeil

Charles Czeisler de l'Ecole de médecine de Harvard (Boston, Massachusetts) qualifie de particulièrement alarmant le fait que les jeunes de 13 à 18 ans dorment en moyenne 1,5 à 2 heures de moins par nuit qu'il y a encore quelque 100 ans. De nombreux adolescents indiquent qu'ils utilisent en plus des médias interactifs avant d'aller dormir. «Les jeunes ont aujourd'hui un déficit de quelque cinquante heures de sommeil par mois», souligne le chercheur.

Selon lui, le manque de sommeil observé aux Etats-Unis conduit à une diminution des performances au travail et sur la route et se répercute aussi sur la vie familiale, le bien-être, la vie sentimentale et la santé. Durant la journée, la sensation de fatigue est compensée par la consommation de boissons à base de caféine: l'Américain consomme en moyenne chaque jour trois boissons de 354 ml de café, thé noir, coca-cola ou boissons énergisantes.

En conclusion, Charles Czeisler émet le conseil suivant au sujet des appareils électroniques: «A bannir de la chambre à coucher!»

Photo: © pixabay.com
Auteure et rédaction: Katharina Rederer
Traduction: Laurence Strasser