Le changement d’heure perturbe le sommeil

Le changement d’heure en automne et au printemps perturbe nombre de gens. Ils dorment mal et souffrent de maux de tête. Une droguiste nous explique comment agir pour en minimiser les effets.

Environ un quart de la population mondiale doit année après année avancer les montres d’une heure au printemps et les reculer d’une heure en automne. C’est en 1916 que l’heure d’été a été introduite en Europe. Les premiers pays à l’adopter ont été l’Allemagne, la Grande-Bretagne et l’Autriche-Hongrie. En Allemagne, elle a été supprimée en 1919 au début de la République de Weimar avant d’être réintroduite en 1940 pendant la Deuxième guerre mondiale pour des raisons économiques. C’est à cette période que le Conseil fédéral l’a adoptée en Suisse pour réaliser des économies d'énergie. Le résultat ne correspondant pas aux attentes, il a stoppé l'exercice en 1943.

Pas d'économies d'énergie

L’actuelle heure d’été a été adoptée par la plupart des pays européens jusque dans les années 1980 et la Suisse l’a réintroduite en 1981. L’idée d’avoir à côté de l’heure «normale» (actuelle heure d’hiver) une heure d’été était d’économiser de l’énergie. Comme il fait plus longtemps jour le soir en été, on espérait ainsi utiliser moins de courant. Mais les effets ont été très faibles. L’Office allemand de l’environnement a calculé: «Nous n’économisons pas d’énergie en avançant et en reculant les montres. Certes, les gens allument moins souvent la lumière le soir mais ils chauffent davantage le matin au printemps et en automne – et les deux choses se compensent.»

Horloge interne détraquée

Le changement d’heure a des effets relativement importants sur la santé. Il perturbe de nombreuses personnes. Certaines souffrent d’une sorte de mini-jetlag: elles ont des difficultés à s’endormir, sont fatiguées et souffrent de maux de tête.

Des chercheurs ont découvert que les conséquences sur la santé du changement d’heure sont plus importantes qu’on le pensait jusqu’à présent. Cela tient au fait qu’il perturbe l’horloge interne humaine et, partant, tout le corps. Normalement, l’horloge interne s’adapte au rythme de 24 heures de l’environnement avec l’aide de la lumière du jour. Et cela de manière extraordinairement précise. Comme une équipe de chercheurs de l’Université Ludwig-Maximilian de Munich l’a découvert, les habitudes de sommeil s’adaptent même au décalage en temps du crépuscule entre l’est et l’ouest d’un fuseau horaire. Mais cette adaptation est sensiblement perturbée par le changement d’heure.

Les conseils de la droguiste

Le changement d’heure est plus simple si vous vous y préparez bien. Eliane Schweizer, droguiste, donne quelques conseils pratiques:

  • Dormez suffisamment.

  • Gardez un rythme quotidien régulier, levez-vous donc toujours à la même heure.

  • Passez beaucoup de temps à l’extérieur pendant la journée et bougez suffisamment.

  • Ne prenez pas de somnifères et renoncez également à l’alcool.

  • Veillez à avoir une température agréable dans la chambre à coucher, idéalement entre 17 et 20 degrés. Le corps ne doit ni se réchauffer ni se refroidir avec de telles températures.

  • Dormez dans une pièce sombre, le cas échéant, un masque de sommeil peut aussi aider.

Plus de difficultés pour les couche-tard

Les chercheurs munichois ont interrogé environ 55'000 personnes et mené une étude expérimentale. Ils ont constaté que l’adaptation à l’heure d’hiver en automne posait peu de problème. C’est dû au fait que l’horloge interne a naturellement un rythme de 25 heures et supporte donc bien une heure de plus.

L’adaptation à l’heure d’été au printemps, quand il manque une heure, est bien plus difficile. Les oiseaux de nuit qui se couchent tard et dorment longtemps le matin ont davantage de difficultés. Pas étonnant: quand le réveil sonne à 7 heures du matin à l’heure d’été, il est 6 heures seulement selon l’heure d’hiver et le corps n’est pas prêt à se lever. Son taux de mélatonine, une hormone qui favorise le sommeil, est encore très élevé. En outre, la pression et la fréquence du pouls sont en mode sommeil. Le message du corps est clair: surtout ne pas se lever maintenant! Le soir, ces mêmes personnes ne sont absolument pas fatiguées à 22 heures car il est 21 heures pour leur horloge interne.

Mais tout rentre dans l'ordre après quelques jours déjà pour la plupart des gens.

Les aides de la droguerie

Vous trouverez en droguerie de nombreux produits efficaces, notamment contre les troubles du sommeil ou la fatigue. Trois recommandations de la droguiste Eliane Schweizer:

  • Les sels de Schüssler no 5 Kalium phosphoricum et no 25 Aurum chloratum natronatum, éventuellement combinés au no 7 Magnesium phosphoricum. «Commencez à prendre ces sels environ une semaine avant le changement d’heure et continuez pendant encore six à dix jours après. Idéalement, dissolvez dix tablettes des nos 5 et 7, ainsi que quatre comprimés du no 25 dans l’eau et buvez ce mélange tout au long de la journée. Diminuez un peu les doses vers la fin de la cure, jusqu’à arrêt complet.»

  • Remèdes homéopathiques contre l’insomnie: Anamirta cocculus D12 aide contre la fatigue et peut aussi être utilisé en cas de mal des transports, d’épuisement, de malaise, ainsi que de troubles du repos nocturne. Si vous dormez la journée et que vous ne pouvez pas dormir la nuit, Zincum metallicum D12 est le bon choix. Prenez en alternance 4 à 6 globules des deux médicaments environ cinq fois par jour. Commencez le jour après le changement d’heure. Quand les symptômes s’améliorent, réduisez progressivement le nombre de globules, prenez-en donc toujours moins, jusqu’à ce que ça ne soit plus nécessaire.

  • Tisane: on trouve en droguerie différents mélanges de tisanes pour le sommeil et les nerfs. Ils contiennent souvent de la valériane, de la mélisse et du houblon.

Photo: © ASD
Auteure et rédaction: Bettina Epper
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann
Sources
  • étude de l’Université Ludwig-Maximilian de Munich, «Jede Zeitumstellung bringt innere Uhr durcheinander», 2007

  • étude de l’institut Karolinska à Stockholm, « Shifts to and from Daylight Saving Time and Incidence of Myocardial Infarction », 2007

  • Ruediger Dahlke, «Schlaf, die bessere Hälfte des Lebens. Sleeping Wellness für moderne Menschen», Integral Verlag, 2005

  • Gerhard Leibold, «Schlafstörungen. Ursachen, Vorbeugen, ganzheitliche Therapie», Joop Verlag bei Oesch Verlag, 2001

  • Prof. Dr Jürgen Zulley, «Mein Buch vom guten Schlaf», Verlag Zabert Sandmann, 2005

  • zeitumstellung.com