Pourquoi le sexe est si sain

Le sexe n’est pas seulement une source de plaisir mais également un élixir de santé et de jouvence. Des études, très sérieuses ou plus frivoles, le démontrent.

Les conclusions d’une étude de l’Université de Bristol (GB) peuvent se résumer en une phrase: les personnes qui font souvent l’amour jouissent d’une meilleure santé que les autres. Cette étude, qui a duré 10 ans, a porté sur 1000 sujets mâles, âgés de 45 à 59 ans. Et le résultat est sans appel: le sexe est un élixir de santé. Il permettrait même de réduire les risques d’infarctus et d’attaque cérébrale. Dommage que l’étude se soit limitée aux hommes. Il semble cependant que ses conclusions puissent aussi s’appliquer aux femmes. Car il existe d’autres valeurs empiriques qui démontrent que les ébats amoureux ne font pas seulement du bien au moral mais également au corps. Et puis, tout ne doit pas toujours être prouvé scientifiquement, non?

Durant les relations sexuelles, le corps sécrète des endorphines, appelées hormones du bonheur. Ces hormones ne nous plongent pas seulement dans un état de pure félicité, elles agissent aussi contre le stress et l’anxiété. Par ailleurs, comme l’a constaté le neurologue américain James Couch de l’Université d’Oklahoma, à Oklahoma City, la dopamine, un neurotransmetteur, semble inhiber toutes les sensations de stress pendant deux bonnes heures. Outre l’hormone du bonheur, le corps sécrète également de l’ocytocine, considérée comme l’hormone de la confiance et de l’amour. Elle rend somnolent et permet un prompt endormissement. En plus de favoriser le sommeil, elle semble aussi pouvoir inhiber les effets de l’hormone du stress, à savoir le cortisol.

L’activité sexuelle contribue en outre à détendre les muscles contractés et à favoriser le relâchement du plancher pelvien – ce qui peut influer positivement sur les tensions dorsales. Par ailleurs, le cocktail hormonal (ocytocine, prolactine et sérotonine) libéré après l’orgasme agit notamment comme un analgésique. Enfin, d’autres substances sécrétées par le corps, aux effets proches des opiacés, peuvent sensiblement atténuer les douleurs articulaires, les crampes menstruelles ainsi que les migraines. Des études auraient même démontré que la perception de la douleur peut diminuer de 70 % après les relations sexuelles.

L’amour est le meilleur remède

Neurobiologistes, spécialistes de l’immunité et autres scientifiques du monde entier ont encore découvert d’autres arguments qui plaident en faveur d’une activité sexuelle régulière.

Une activité sexuelle régulière fouette le système hormonal et renforce le système immunitaire. Un constat que l’on doit à deux experts américains du système hormonal, Janice Kiecolt-Glaser et Ronald Glaser de l’Université d’Ohio à Columbus. Ils ont étudié pendant plusieurs années l’évolution du taux d’hormones du stress et les processus de guérison des plaies chez 90 couples dans différentes situations. Il en est ressorti que le stress péjore significativement le processus de cicatrisation, lequel est nettement meilleur chez les personnes détendues et heureuses.

Sondage

Croyez-vous que le sexe est bon pour la santé?

Veuillez patienter...
  • Les ébats amoureux préviennent les refroidissements. Une découverte signée Carl J. Charnetsk et Francis Brennau, psychologues à l’Université Wilkens, en Pennsylvanie. A raison d’une ou deux fois par semaine, les rapports sexuels entraînent une élévation de la production d’immunoglobulines. Ces anticorps assurent une protection efficace contre le rhume et d’autres infections grippales.

  • Les baisers, comme d’ailleurs toutes les autres relations intimes, permettent d’échanger des milliers de germes, ce qui a un effet positif sur les défenses immunitaires et correspond en quelque sorte à une vaccination. Une étude réalisée à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) a démontré que le nombre des globules blancs (leucocytes), qui luttent contre les agents pathogènes, est deux fois plus élevé après un orgasme. Les chercheurs en ont déduit que le sexe renforce le système immunitaire.

  • Les personnes qui pratiquent régulièrement présentent des capacités de concentration et de mémorisation supérieures à celles des personnes abstinentes ou peu actives. On suppose que les relations sexuelles stimulent l’activité cérébrale, ce qui améliore les résultats.

  • Faire l’amour pendant une demi-heure permettrait de brûler 350 calories, ce qui correspond à 40 minutes de course. Avec un avantage supplémentaire pour Monsieur: pendant l’amour, la production d’hormones masculines augmente, ce qui semble améliorer la décomposition des graisses et la formation des muscles.

  • L’activité sexuelle stimule les sécrétions d’œstrogènes. Cette hormone féminine améliore les capacités de régénération des cellules et favorise la formation du collagène. Ce qui préserve la beauté de la peau.

  • L’amour rajeunit l’apparence des couples (fidèles). C’est en tout cas ce qu’affirme David Weeks, qui travaille à l’hôpital Royal d’Edimbourg, en Ecosse, au terme d’une étude de 16 ans portant sur la vie sexuelle de 3500 personnes âgées 18 à 102 ans. Son constat: seuls 25 % de l’apparence (et donc des signes extérieurs de jeunesse) sont dus aux gènes, tout le reste dépend du comportement et donc de la fréquence des relations sexuelles. Les couples qui ont affirmé avoir au moins trois relations sexuelles par semaine semblaient avoir 10 ans de moins que ceux qui pratiquaient plus rarement. Mais ce constat n’est pas valable pour les partenaires volages: le sexe est uniquement un anti-âge efficace pour les couples fidèles.

  • Les personnes qui n’ont pas de partenaire ne doivent pas pour autant renoncer aux effets bénéfiques de l’amour. En effet, des études scientifiques ont démontré que la masturbation a aussi des effets positifs sur la santé.

  • Les chercheurs recommandent de pratiquer deux à quatre fois par semaine. Pour que les hormones puissent déployer tous leurs effets – et que les jeux érotiques soient aboutis –, les ébats devraient au moins durer 20 minutes. Mais attention: ne vous laissez pas stresser par ces recommandations! Sinon tous les effets bénéfiques des relations sexuelles, même plus rares ou plus brèves, s’évanouiront.

  • Malgré la longue liste des effets bénéfiques du sexe, bien des gens ne ressentent aucun désir sexuel. Il existe heureusement des solutions: de l’entraînement du plancher pelvien à la thérapie sexuelle en passant par les aphrodisiaques disponibles en droguerie.

Photo: © ASD
Auteure et rédaction: Katharina Rederer
Traduction: Claudia Spätig