Adieu le rhume des foins

Chaque année, c’est la même histoire: nez qui pique, yeux qui coulent et toux? La désensibilisation permet de réduire d'année en année les troubles liés au rhume des foins.

– En cas de rhume des foins, le système immunitaire lutte contre une substance inoffensive, la protéine du pollen. Les personnes touchées doivent tout à coup éternuer, leur nez coule et leurs yeux pleurent. Il est certes possible de traiter ou de prévenir les symptômes aigus mais de nombreuses personnes allergiques aimeraient complètement supprimer les troubles liés au rhume des foins. Cela peut être possible grâce à une désensibilisation, aussi appelée hyposensibilisation ou immunothérapie spécifique.

Habituer l’organisme aux allergènes

Ce traitement se réalise à l’aide de la médecine naturelle ou en médecine académique, chez un médecin. Manfred Meier, droguiste ES: «Avec la désensibilisation, on tente d’apprendre progressivement au corps à tolérer à nouveau cette substance». L’allergène, la substance qui provoque une réaction allergique du corps, est administrée à doses infimes. Les quantités deviennent de plus en plus importantes à mesure que le traitement avance. Au final, le corps s’habitue peu à peu au contact avec la substance et parvient à la supporter sans déclencher de réaction allergique.

Durée du traitement très variable

La durée du traitement est très variable d’un individu à l’autre, «en règle générale de trois à cinq ans», précise le droguiste. Si l’on opte pour une désensibilisation à l’aide de la médecine naturelle et que l’on suit le traitement de manière conséquente, on peut attendre une nette amélioration des troubles la deuxième année déjà. Le corps réagit d’année en année moins fortement aux pollens. «Le rhume des foins n’est plus un souci pour nombre de mes clients qui ont fait cela.» Ou les symptômes sont encore là mais nettement amoindris.

Pensez au traitement à temps!

Le traitement de désensibilisation naturelle commence généralement deux mois avant la période de floraison. Pour la majorité des personnes allergiques, cela signifie qu’il faut penser à la prochaine saison des pollens en hiver déjà. C’est difficile pour beaucoup: «Comme il n’y a pas de symptômes avant la période de floraison, le traitement est souvent oublié», explique le droguiste. Mais pour qu’il réussisse, il doit être suivi de manière sérieuse.

Les méthodes de désensibilisation naturelles

Une hyposensibilisation naturelle est sans douleur et facile à intégrer dans le quotidien. Généralement, on prend des comprimés ou on utilise des gouttes ou des sprays. Les naturopathes combinent souvent entre eux des remèdes homéopathiques, des sprays spagyriques et des sels minéraux et les adaptent individuellement aux personnes concernées. Apprenez-en davantage sur les possibilités de la médecine complémentaire:

Spagyrie

Les sprays spagyriques sont des remèdes naturels appréciés dans la lutte contre le rhume des foins. Ils soulagent les troubles aigus, les préviennent ou désensibilisent. Les droguistes préparent le médicament après discussion avec la personne concernée. «Les symptômes sont importants pour trouver le mélange idéal mais la personnalité de l’individu joue aussi un rôle», explique le droguiste Manfred Meier. Les sprays spagyriques contre les allergies aux pollens contiennent souvent de la propolis, de la rose, de l’anémone pulsatile, de même que des essences pour le système immunitaire comme l’éleuthérocoque et le gingembre.

Homéopathie classique

Il est possible de traiter le rhume des foins avec l’homéopathie. Pour faire une désensibilisation, il vaut mieux consulter un homéopathe qui préparera un mélange individualisé. En droguerie, vous trouverez plutôt des mélanges homéopathiques qui «luttent contre les symptômes aigus du rhume des foins que des produits de désensibilisation», précise le droguiste Manfred Meier.

Thérapie Spenglersan

«Le traitement homéopathique Spenglersan soutient le système immunitaire et a fait ses preuves comme méthode de désensibilisation», explique le droguiste Manfred Meier. Le spray contient des agents pathogènes et entraîne ainsi les défenses immunitaires du corps.

Vous pouvez utiliser le produit en prévention ou dans les phases aiguës en interne avec un spray nasal ou buccal ou en externe, pour désensibiliser. Le droguiste Manfred Meier recommande de sprayer le médicament dans le pli du coude. «Là, il pénètre rapidement dans la peau et parvient ainsi dans le système sanguin.»

Sels de Schüssler

Les sels de Schüssler ne permettent pas à proprement parler de désensibiliser, explique le droguiste Manfred Meier. Mais les droguistes les combinent souvent avec une hyposensibilisation, par exemple pour détoxiner le corps, stimuler l’élimination et renforcer les muqueuses.

L’acupuncture et l’apithérapie sont d’autres méthodes pour se libérer des allergies au pollen. L’acupuncture utilise de fines aiguilles. L’apithérapie a recours à des produits de la ruche. Par exemple, le miel, la gelée royale, la propolis et le pollen des fleurs. «Ceux-ci sont censés renforcer le système immunitaire», ajoute Manfred Meier.

Dosage et effets secondaires

Les dosages des remèdes naturels diffèrent en fonction de l’âge et des troubles. Et tous les traitements n’agissent pas de la même manière chez tout le monde. «Parfois, il faut plusieurs essais avant de trouver la bonne thérapie», précise Manfred Meier. Il est en outre important de savoir que des effets indésirables peuvent aussi apparaître avec les méthodes naturelles. Par exemple des réactions cutanées, des gonflements, des démangeaisons ou une fatigue générale. C’est cependant rarement le cas.

Du côté de la médecine académique

Il est aussi possible d’opter pour une désensibilisation proposée par la médecine académique. Ce traitement consiste à injecter à intervalles réguliers des doses infimes d’allergène dans le bras. En plus de ce traitement connu sous-cutané, il existe également un traitement sublingual. Il se fait via la bouche à l’aide de gouttes ou de comprimés.

Sondage

Comment traitez-vous votre rhume des foins?

Veuillez patienter...
Auteure: Vanessa Naef
Traduction et rédaction: Marie-Noëlle Hofmann
Sources