Les fraises

De petites bombes de vitamine C

Les fraises font partie des fruits d’été préférés des Suisses. Fraîchement cueillies, elles sont un régal – et particulièrement saines.

Oranges et citrons figurent bien en évidence sur les boîtes de comprimés effervescents, car ils sont considérés comme de véritables bombes de vitamine C. Pourtant, un autre fruit en contient au moins autant: la fraise.

Pratiquement pas de calories…

Droguiste et diététicienne, Simone Eschler trouve aussi de nombreux avantages à ce fruit d’été: «Les fraises sont particulièrement goûteuses quand elles viennent d’être cueillies. Mais elles ne sont pas seulement savoureuses, elles sont aussi riches en polyphénols, des substances végétales secondaires.» Ces polyphénols soutiennent différents processus dans le corps et renforcent le système immunitaire, inhibent les inflammations dans les cellules, ce qui pourrait avoir une influence positive sur les valeurs sanguines. De plus, les fraises affichent une teneur élevée en acide folique.

Autre argument en faveur des fraises: elles contiennent peu de calories. «Elles sont presque constituées de 90 % d’eau, ce qui fait qu’on peut s’en délecter sans avoir mauvaise conscience», assure Simone Eschler. La fraise est toutefois un fruit d’été qui contient nettement plus de nutriments quand il est de saison.

Sondage

Mangez-vous cinq portions de fruits et légumes par jour?

Veuillez patienter...

… mais beaucoup de goût!

On trouve désormais aussi de délicieuses fraises congelées en droguerie, puisque les clients ne sont pas prêts à renoncer à ces petits fruits même en hiver. On peut les ajouter à du muesli ou à un yaourt ou simplement les savourer, comme un en-cas goûteux. C’est la première solution pour profiter des fraises même en hiver. L’autre consiste à les réduire en purée sitôt cueillies et à les congeler ainsi. Les fruits les moins beaux peuvent être cuisinés en compote ou en confiture.

Pratiquement rien, sinon les allergies alimentaires, ne s’oppose à la dégustation des douces fraises. Consommées en trop grandes quantités, elles pourraient tout au plus avoir un effet laxatif. Mais une portion quotidienne, à savoir 7 à 8 fraises ou 125 grammes, ne pose pas problème. En saison, il n’est généralement pas nécessaire de les sucrer. Mais les personnes qui les préfèrent encore plus douces peuvent recourir au xylitol, un édulcorant produit à partir de l’écorce de bouleau et qui n’a pratiquement aucune influence sur la glycémie. Simone Eschler se réjouit déjà de retourner cueillir elle-même des fraises dans une plantation voisine. «Comme c’est un plaisir, c’est deux fois plus sain.»

Auteure: Denise Muchenberger
Traduction: Claudia Spätig
Rédaction: Marie-Noëlle Hofmann
Contrôle scientifique: Elisabeth von Grünigen-Huber, droguiste ES, responsable du département Politique et branche de l’Association suisse des droguistes
Sources
  • Tribune du droguiste

  • Simone Eschler, droguiste et diététicienne