Les douleurs fantômes et psychogènes

D’étranges douleurs

Si on se coupe le doigt, on sait pourquoi on a mal. Ceux qui souffrent de douleurs fantômes ou psychogènes ignorent souvent la cause de leur douleur. Cela complique le traitement.

Les personnes qui ont perdu un bras ou une jambe ressentent souvent de fortes douleurs provenant de leur membre amputé. Ces douleurs fantômes apparaissent dans plus de la moitié de tous les cas d’amputation d’un membre. Mais d’autres parties manquantes, comme un sein, la langue ou le nez, peuvent aussi se faire douloureuses. De récentes recherches ont montré que les douleurs fantômes sont en lien avec des modifications de l’organisation cérébrale, comme d’ailleurs toutes les douleurs chroniques. Certains scientifiques supposent cependant que les douleurs fantômes sont essentiellement provoquées par des défauts des stimuli provenant du système nerveux périphérique.

Traitement

Les douleurs fantômes sont souvent traitées avec des médicaments qui agissent sur le système nerveux central. Mais les traitements sont rarement couronnés de succès. Des résultats positifs ont cependant été obtenus avec des principes actifs et des médicaments (antidépresseurs, opioïdes) qui modifient l’excitabilité du cerveau. S’il y a des changements dans le moignon, des injections ou des procédures de stimulation locales peuvent aider. Le biofeedback peut aussi être utile. Sont en revanche négatives, et même dangereuses, toutes les tentatives visant à supprimer la douleur par une nouvelle amputation.

Sondage

Que faites-vous contre les douleurs?

Veuillez patienter...

Douleurs psychogènes / psychalgies

Les problèmes psychiques, liés à une perte, une séparation, une dépression, des angoisses ou une importante surcharge de stress peuvent déclencher des douleurs. Or même si ces douleurs surviennent à la place d’autre chose, elles sont bien réelles et surtout pas imaginaires. En général, les traitements «classiques» avec des médicaments ou même des opérations ne servent à rien et peuvent même les intensifier. Les personnes concernées ont plutôt besoin d’une méthode de soin qui, en plus du traitement de la douleur, inclut aussi une psychothérapie.

Auteure: Bettina Epper
Traduction: Claudia Spätig
Rédaction: Marie-Noëlle Hofmann
Contrôle scientifique: Dr phil. nat. Anita Finger Weber
Sources
  • Monika Specht-Tomann, Andreas Sander-Kiesling: «Schmerz. Ganzheitliche Wege zu mehr Lebensqualität», Verlag Hans Huber, 2014

  • Société allemande de la douleur

  • Cornelia Fischer-Börold: «Schmerz», Schlütersche Verlagsgesellschaft, 2006

  • David Butler, Lorimer Moseley: «Schmerzen verstehen», Springer-Verlag, 2016

  • theepochtimes.com