Le cœur: le centre de la vie

Sans le cœur, rien ne fonctionnerait dans le corps humain. C’est notre organe le plus important. S’il s’arrête, nous mourons.

Le cœur est un muscle, une pompe qui assure le transport du sang qui circule dans les vaisseaux sanguins dans tout le corps. Il est composé de deux parties séparées par le septum cardiaque, une épaisse membrane musculeuse. Ces deux parties se divisent elles-mêmes en deux cavités, supérieures et inférieures, à savoir les oreillettes et les ventricules.

Transport d’oxygène

La partie gauche du cœur reçoit le sang riche en oxygène qui vient des poumons et l’envoie via l’aorte, l’artère principale, dans tout le corps. Le côté droit recueille pour sa part le sang pauvre en oxygène qui arrive de la veine cave et l’envoie, via l’artère pulmonaire, dans les poumons où il est éliminé durant le processus d’échange gazeux. Ces deux réseaux de circulation du sang sont respectivement appelés circulation générale et circulation pulmonaire.

Le cœur comporte quatre valves, les valves auriculo-ventriculaires (tricuspide et mitrale) et les valves sigmoïdes (aortique et pulmonaire). Ne s’ouvrant que dans un sens, elles empêchent le sang de refluer et l’oblige à circuler dans la bonne direction: de l’oreillette au ventricule puis du ventricule aux artères.

Ce qui fait du bien au cœur

Hanspeter Michel, droguiste dipl. ES, a réuni pour vous de précieux conseils pour garder un cœur sain:

  • Bouger régulièrement – de préférence au grand air. Cela stimule la circulation sanguine et soulage le cœur.

  • Atteindre un poids idéal, pour que le système cardiovasculaire ne soit pas constamment surchargé. Il faudrait donc adopter une alimentation équilibrée et riche en fibres et boire suffisamment tout en évitant les mets très salés et gras. Car une consommation excessive de sel peut provoquer de l’hypertension. Rien n’empêche d’ailleurs de boire un verre de vin rouge tous les jours: les oligo-proanthocyanidines (OPC) qu’il renferme protègent également le cœur.

  • L’aubépine régule la pression, qu’elle soit trop élevée ou trop basse, stimule la circulation sanguine dans les vaisseaux coronaires – et donc améliore l’oxygénation du cœur – et agit contre les arythmies cardiaques et, plus généralement, contre l’insuffisance cardiaque.

  • Le gui, les feuilles d’olivier et la racine de rauvolfia serpentina abaissent l’hypertension légère (hypertension artérielle essentielle), le romarin et l’hysope stabilisent l’hypotension.

  • L’ail et l’huile de saumon améliorent la circulation dans les capillaires et la fluidité sanguine.

  • En cas de suspicion d’hypertension: mesurer régulièrement la tension tous les matins avant le petit-déjeuner. Inscrire éventuellement les résultats dans un «journal de la tension» afin de pouvoir les transmettre ultérieurement pour information au médecin traitant.

Cycle et fréquence cardiaques

Le cœur dispose d’un système formé de cellules spécialisées qui déterminent le rythme des contractions cardiaques et permettent une conduction rapide de l’excitation électrique dans le cœur. Cette excitation part d’une structure appelée nœud sinusal, lequel se trouve dans la paroi de l’oreillette droite. Formé d’un tissu musculaire particulier, il fait office de «pacemaker» cardiaque.

Le bruit du battement du cœur contre la paroi thoracique, appelé bruit de contraction, survient justement lors de la contraction des ventricules. Ce battement est perceptible sur la gauche de la partie inférieure de la poitrine. La fréquence et le rythme des contractions cardiaques peuvent aussi être mesurés avec le pouls. Le pouls est une pression qui survient quand le sang est envoyé par le cœur dans les artères.

Auteure: Ann Schärer
Rédaction: Bettina Epper
Traduction: Claudia Spätig
Source
  • «Tribune du droguiste»