Rhume des foins

Symptômes

Brûlures, rougeurs et larmoiements oculaires. Ecoulements, obstruction ou congestion du nez. Eternuements à répétition. Voire problèmes respiratoires dans les cas les plus sévères. Non traité, un rhume des foins peut même à long terme évoluer en asthme chronique.

Ce que vous pouvez faire

  • Ne pas aérer ou seulement rapidement le matin. Puis garder les fenêtres fermées toute la journée.

  • Aérer après une bonne pluie. L'eau de pluie fait retomber à terre les pollens qui sont dans l'air, ce qui soulage passagèrement les personnes allergiques.

  • Ne pas laisser les habits portés le jour dans la chambre à coucher pendant la nuit. Changer souvent d'habits.

  • Lors de fortes concentrations de pollens, se laver les cheveux tous les soirs pour éliminer les particules qui s'y sont déposées.

  • Porter de grandes lunettes de soleil, si possible fermées sur le côté.

  • Utiliser un aspirateur avec filtre.

  • Les pollens sont plus nombreux le matin tôt: repousser les promenades et les activités sportives au soir. Il est aussi déconseillé de déguster le brunch dominical dans le jardin.

  • Des compresses fraîches soulagent les yeux irrités.

  • Utiliser des solutions salines physiologiques pour rincer le nez et éliminer les pollens.

  • En traitement et en prévention: comprimés de calcium, spray nasal et/ou collyre. Demandez conseil à votre droguiste.

  • Les remèdes homéopathiques sont aussi efficaces, mais le traitement doit commencer en hiver, autrement dit avant le début de la saison pollinique. En complément, on peut prendre des capsules à l'huile de cumin noir (ou nigelle).

  • Certains patients réagissent bien aux traitements d'acupuncture.

  • En cas d'urgence, prendre un antihistaminique, principe actif contre les allergies, sous forme de comprimé.

Causes et origines

Les rhinites allergiques sont déclenchées par les pollens (poussière constituée de grains microscopiques libérés par certains végétaux) d’arbres, d’arbustes, de graminées et de céréales. Le rhume des foins, comme toutes les allergies, est une réaction excessive de l’organisme à une substance inoffensive en soi appelée allergène. Le système immunitaire «classe» cette substance dans la catégorie des substances dangereuses et produit des antigènes – il réagit donc comme s’il devait combattre une maladie. Les éternuements servent à expulser les pollens de l’organisme et les larmes à les évacuer à grand renfort de liquide. Les allergies les plus fréquentes sont les allergies aux pollens des graminées et aux pollens d’arbres. Trois quarts des personnes allergiques sont sensibles à ces deux types de pollens. La plupart des personnes allergiques réagissent à l’une des 12 plantes les plus allergisantes. Il est donc parfaitement possible d’identifier assez rapidement la plante qui provoque l’allergie. Essayer en vaut en tout cas la peine – car cela permet de prendre ensuite les mesures qui s’imposent!

Côté prévention

  • Eviter tout contact avec tous les facteurs qui déclenchent l'allergie serait certainement la méthode la plus efficace. Mais durant la période de floraison, on respire naturellement 4000 à 8000 pollens par jour. Or 40 à 50 pollens suffisent déjà à provoquer des réactions, comme des éternuements à répétition ou des brûlures oculaires, chez les personnes allergiques.

  • L'hyposensibilisation, aussi appelée désensibilisation ou immunothérapie spécifique, est une méthode controversée pour se débarrasser durablement du rhume des foins. La méthode consiste à habituer le corps à la substance qui provoque l'allergie. On administre donc d'abord d'infimes doses d'allergène au patient puis on les augmente progressivement. Le traitement dure deux ou trois ans et n'est pas vraiment donné. Certains médecins tiennent cette méthode en grande estime, d'autres la jugent potentiellement dangereuse.

  • Les mesures techniques de prévention comme l'installation de grilles à pollens aux fenêtres ne présentent, elles, aucun danger.

  • Fermer les vitres de la voiture et ne pas enclencher le système de ventilation. Les personnes très allergiques obligées d'utiliser la voiture ont tout intérêt à installer un filtre à pollens dans le système de ventilation.

  • Les concentrations de pollens sont plus faibles à la mer et à la montagne. Les personnes fortement allergiques privilégieront donc ces destinations pour leurs vacances.

Les conseils de la droguerie

Le calcium hautement dosé soulage en cas de troubles aigus. Un gramme de calcium par jour aide l'organisme à stabiliser l'activité des mastocytes, empêchant la libération excessive d'histamine (la substance responsable des troubles). Les symptômes s'atténuent aussitôt.

Les sels de Schüssler s'utilisent avec succès en complément d'autres thérapies – qu'elles soient prophylactiques ou traitent les crises aiguës. En prévention, on utilise le trio allergie, comprenant le n° 2 (Calcium phosphoricum), le n° 6 (Kalium sulfuricum) et le n° 10 (Natrium sulfuricum). En cas de crise aiguë, on utilise le n° 3, Ferrum phosphoricum – connu pour apaiser les inflammations – en combinaison avec le n° 8 (Natrium chloratum), qui régule l’équilibre hydrique de l’organisme.

Auteures: Katharina Rederer et Dr sc. nat. Julia Burgener
Traduction: Laurence Strasser
Rédaction: Marie-Noëlle Hofmann
Source
  • Lukas Zogg, droguiste ES