Sucre: une question de dosage

Du point de vue des scientifiques, une chose est sûre: trop de sucre nuit à l'organisme. Voici ce que vous devriez donc savoir sur cette douce tentation.

Le lien entre une consommation excessive de sucre et des risques pour la santé tels que les caries, le surpoids et le diabète de type 2 est indéniable. Il est donc bon de savoir que les fruits mûrs possèdent le plus grand pouvoir sucrant qui soit sans risques pour la santé à long terme. Même les alternatives au sucre raffiné que l'on trouve en droguerie doivent être consommées avec modération. Une règle qui n'est pas toujours facile à tenir car de nombreux produits prêts à l'emploi contiennent beaucoup de sucre caché.

Restreindre sa consommation

De façon générale, il en va de même concernant le sucre et les édulcorants que dans bien d'autres domaines: il n'y a aucun inconvénient à les consommer, tant qu'on garde la mesure. Si vous renoncez toutefois à consommer du sucre pendant plusieurs jours, vous remarquerez ensuite qu'un mets très légèrement sucré n'est pas moins savoureux que lorsque vous y ajoutiez davantage de sucre. Chez les bébés et les enfants en bas âge, mieux vaut renoncer totalement au sucre et aux édulcorants.

Que disent les statistiques?

Selon la Société suisse de nutrition, les femmes entre 25 et 51 ans dont les besoins énergétiques s'élèvent à 2300 calories par jour en moyenne devraient se contenter de 57,5 grammes de sucre par jour, contre 72,5 grammes pour les hommes dans la même tranche d'âge. Or la réalité est bien différente: les Suisses consomment pas moins de 137 grammes de sucre par jour et par habitant, soit cinquante kilos environ par année – et ces proportions sont souvent plus élevées encore chez les jeunes et les enfants.

Auteurs: Flavia Kunz, Didier Buchmann
Rédaction: Didier Buchmann
Traduction: Laurence Strasser
Sources
  • «Tribune du droguiste»

  • «d-inside»

  • Société suisse de nutrition