Garder le cap

A l'occasion d'un jeûne, bien des gens examinent de près leur mode de vie. La motivation est alors souvent particulièrement grande de changer son alimentation. Et iI y a de bonnes raisons à cela.

Le jeûne est l'occasion de s'interroger sur ses habitudes alimentaires. Et il serait idéal de pouvoir intégrer les résultats positifs du jeûne dans son quotidien.

  • La redécouverte de la faim et de la satiété: Les personnes qui mangent en permanence ne connaissent plus la sensation de légère faim et ne se sentent souvent pas bien. Après un jeûne, elles apprennent à accorder à leur organisme des pauses entre les repas.

  • Les sens en éveil: Durant le jeûne, les sens sont aiguisés et les sensations plus intenses. Les goûts, notamment le sel et le sucre sont renforcés; la saveur des herbes aromatiques est redécouverte et utilisée pour assaisonner le bouillon et réduire la consommation de sel. Les sucreries perdent de leur attrait.

  • De nouveaux critères: Les sens renforcés, le choix des aliments au terme d'un jeûne se fait selon d'autres critères. Le goût, l'arôme et la couleur des fruits et légumes prennent une plus grande valeur.

  • L'envie de bouger: Les personnes qui suivent un jeûne découvrent que leur corps, privé de nourriture, peut puiser de l'énergie dans ses réserves de graisse. Bien qu'elles ne mangent rien, elles se sentent en forme. C'est une expérience déterminante pour beaucoup de personnes. Celles qui accumulent facilement les graisses, en particulier, sont souvent motivées au terme d'un jeûne à réduire non seulement leur consommation de matières grasses mais également à se mettre à un sport d'endurance pour éliminer les graisses stockées. Pratiquer régulièrement de l'exercice active en outre le métabolisme et favorise le bien-être général.

Prêt pour le jeûne?

Vous n'êtes pas sûr qu'une cure de jeûne soit indiquée pour vous? Découvrez-le en faisant notre test.

Sondage

Vaut-il la peine de jeûner?

Veuillez patienter...
Auteure: Christa Friedli Müller
Rédaction: Katharina Rederer
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann
Source
  • «Tribune du droguiste»