Faire travailler le périnée

Si un muscle n’est pas utilisé, il s’affaiblit et n’est plus capable de travailler comme il faut. Il n’en va pas autrement pour le périnée.

Comme tous les muscles, le périnée peut très bien s’entraîner. Mais il y a cependant une différence entre le travail du périnée et celui traditionnel des muscles. Comme ce plancher musculaire particulier n’est pas apparent, il faut d’abord apprendre à le sentir. C’est pour cette raison que beaucoup de gens trouvent le travail de la musculature de cette zone difficile. Cela peut aussi sembler bizarre, parce qu’il s’agit de muscles sis à l’intérieur du corps donc cachés. On ne peut commencer avec l’entraînement de la structure musculaire qu’une fois qu’on sent vraiment le périnée. «La principale condition pour réussir un entraînement de cette zone est la capacité de sentir le périnée et de contracter et de relâcher exclusivement cette zone», peut-on ainsi lire dans de nombreux guides.

Les exercices pour l’entraînement du périnée sont aussi appelés exercices de Kegel, du nom de leur inventeur, le gynécologue Arnold H. Kegel (1894–1981). L’objectif est de contracter et de relâcher la musculature du périnée activement en étant conscient de ce travail et d’ainsi la renforcer.

Des études prouvent les effets

Des études prouvent que l’incontinence d’effort peut être considérablement atténuée grâce à un programme spécifique d’entraînement du périnée. Une autre étude confirme la thèse que l’entraînement du périnée a des effets positifs sur la capacité d’orgasme de la femme. En outre, Arnold Kegel a examiné en 1952 déjà le traitement systématique de l’éjaculation précoce chez l’homme à l’aide de l’entraînement du périnée et en a documenté les succès.

Exercices

Les principaux exercices de base sont simples et doivent être exécutés comme suit:

  • Contracter lentement les muscles du périnée comme si on voulait retenir un jet d’urine. Cette image sert uniquement à la représentation, il faut éviter de stopper le flux d’urine durant la miction. Ce n’est pas bon pour la vessie.

  • La contraction doit toujours intervenir en alternance avec le relâchement (chacun quelques secondes). Mais ne contracter ni les muscles fessiers, ni les jambes. Il faut faire l’exercice lentement et en le sentant bien, ainsi on sentira rapidement la position du périnée.

  • «Faire l’ascenseur avec le vagin»: Imaginez que vous avez un ascenseur dans le vagin qui monte lentement deux étages et s’arrête à chaque étage. Redescendre ensuite lentement au rez-de-chaussée. Etage par étage.

On trouve de nombreux livres et explications sur internet pour des exercices du périnée. Toutefois, il faudrait idéalement commencer dans un groupe ou se faire expliquer les exercices comme il faut par une physiothérapeute ou une sage-femme. Sitôt que les exercices sont familiers, on peut facilement s’entraîner toujours et partout: en attendant le bus, lors d’une conférence ennuyeuse, devant la télévision. Idéalement toute la vie.

Photo: © pixabay.com
Auteure et rédaction: Katharina Rederer
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann