Iridiologie: coup d’œil sur les yeux

L’iridologie consiste à rechercher dans les yeux des signes d’allergies, de maladies héréditaires ou de troubles du métabolisme.

L’iridiologie consiste à observer les yeux pour obtenir des informations sur l’état de santé de la personne. Claudia Haus, droguiste ES, la considère comme un système de détection précoce. «Lorsque nous examinons l’œil avec un microscope spécial et analysons l’iris, la pupille et la surface blanche, nous pouvons en déduire certaines tendances.» Les taches, les lignes et les plis visibles dans l’œil peuvent signaler une hyperacidité de l’organisme, par exemple, des problèmes gastro-intestinaux ou encore une faiblesse du tissu conjonctif. Les états d’épuisement, de stress ou d’angoisse peuvent aussi se refléter dans les yeux.

Claudia Haus travaille toujours selon une approche holistique: «Quand je reçois un client pour un diagnostic d’iridologie, je regarde toujours son apparence générale.» Si quelqu’un boite en grimpant les escaliers qui mènent à son cabinet, Claudia Haus en tient donc compte dans son évaluation de l’état général de la personne. Mais elle se garde bien de poser un diagnostic médical. «Si je découvre des incohérences ou des signes de maladie grave, j’envoie toujours la personne concernée chez un spécialiste ou un médecin spécialisé.»

Les yeux reflètent les émotions

Toute personne qui veut faire une séance ne devrait pas porter de lentilles de contact. La droguiste commence par demander à la personne si elle soupçonne un trouble quelconque, présente des premiers symptômes ou souffre d’une maladie héréditaire. «Je me renseigne aussi sur le ressenti qu’elle a de son bien-être général, car la psychosomatique joue un rôle important.» Pour elle, l’œil ne peut pas tricher. «C’est un organe qui reflète les émotions. La colère, la peur, le bonheur ou l’indifférence modifient l’expression du regard.» C’est pourquoi elle a toujours de la peine quand une personne a le regard vide. «Cela indique déjà un certain abattement. Et je suis très touchée quand les yeux ont perdu tout éclat.»

Iridologie

Il y a trois catégories principales de constitution. Selon l’iridologie, la couleur des yeux permet de déduire la constitution de la personne.

  • constitution lymphatique (se rapporte à la lymphe ou aux organes lymphatiques): iris bleu ou gris

  • constitution hématogène (se rapporte au sang): iris brun

  • constitution mixte (la plus fréquente): iris brun-vert ou brun

L’iridologie utilise les points ou les taches blanches sur l’iris, le relâchement des fibres ainsi que la forme et la grandeur de la pupille à certains endroits pour en déduire l’état de santé de la personne. Il n’existe toutefois pas d’études scientifiques, au sens de la médecine académique, pour attester de l’efficacité de cette méthode.

L’analyse

Une fois les questions principales réglées lors du premier entretien, Claudia Haus examine les deux yeux, l’un après l’autre, à l’aide d’un microscope spécial. Elle étudie ensuite la topographie de l’iris avec son «patient». «Il est important d’expliquer de manière compréhensible comment l’œil est structuré et où des taches ou des points pourraient indiquer certains déséquilibres.»

Les yeux sont d’abord répartis en trois catégories distinctes en fonction des constitutions, puis selon différentes diathèses (prédispositions aux maladies d’un système d’organe spécifique). Ces dernières peuvent indiquer une hyperacidité, un trouble du métabolisme ou même une allergie. «Nous analysons également la grandeur et la forme des pupilles.» De même que la partie blanche, à côté de l’iris. La présence de nombreux petits vaisseaux sanguins peut par exemple signaler une allergie.

La droguiste déconseille absolument de chercher soi-même sur internet l’éventuelle signification de certains points ou modifications de l’iris – et de les considérer comme des signes annonciateurs d’une grave maladie. «Il vaut vraiment mieux consulter un naturopathe reconnu, titulaire d’un diplôme.»

Auteure: Denise Muchenberger
Traduction: Claudia Spätig
Rédaction: Marie-Noëlle Hofmann
Sources
  • Claudia Haus, droguiste ES

  • «Tribune du droguiste»