La période avant la ménopause

Les premiers signes de l’arrivée de la ménopause apparaissent souvent des années avant les dernières règles. Cette phase de transition est appelée périménopause.

La ménopause est définie «comme la disparition définitive de l’ovulation et de la menstruation chez la femme», comme l’explique la médecin chef et directrice du centre de la ménopause à l‘Hôpital de l’Île à Berne, le Dr med. Petra Stute. Elle survient spontanément (ménopause naturelle) ou en raison d’une opération, d’un traitement par rayons, d’une chimiothérapie ou d’une hormonothérapie. En médecine, on parle alors de ménopause «iatrogénique ou induite».

Test sur la ménopause

Etes-vous concernée par la ménopause? Faites le test!

Photo: © S.G.S. / pixelio.de

La ménopause est qualifiée de naturelle quand il n’y a plus eu de règles pendant un laps de temps de douze mois et qu’il n’y a aucune autre raison à cette absence de saignements que les changements hormonaux naturels dus à l’âge. Dans les pays occidentaux, la ménopause survient en moyenne à l’âge de 51 ans. Les grandes fumeuses font exception car elles sont souvent ménopausées deux ans plus tôt que les non-fumeuses. Il est intéressant de constater que «malgré l’augmentation de l’espérance de vie, le moment de l’apparition naturelle de la ménopause n’a pas énormément varié ces derniers siècles», explique Petra Stute. Ainsi, une femme peut espérer vivre aujourd’hui environ un tiers de sa vie après la ménopause.

Evolution lente

En matière de ménopause, on parle aussi de périménopause, de ménopause précoce et de postménopause. Que signifient ces termes?

Périménopause

Périménopause

Les premiers signes de l’arrivée de la ménopause apparaissent souvent des années avant les dernières règles. Cette phase de transition ménopausique est appelée périménopause. Elle peut durer six ans ou plus et se termine un an après les derniers saignements. «Les modifications périménopausiques et les troubles typiques de cette période surviennent en raison des variations des taux hormonaux», explique la gynécologue. Pendant la périménopause, les œstrogènes – les principales hormones sexuelles féminines – diminuent petit à petit: «Mais on ne peut pas évaluer comment.» Cela signifie que les taux peuvent même être provisoirement plus élevés que les années précédentes. Troubles du cycle et des règles, bouffées de chaleur, sécheresse vaginale, troubles du sommeil et variations de l’humeur sont autant de signes typiques de la périménopause. Important à savoir: «Durant la périménopause, une femme peut toujours tomber enceinte, même si la fertilité est dans l’ensemble très faible», explique Petra Stute. «Si l’on ne désire pas une grossesse, mieux vaut utiliser un moyen de contraception jusqu’à ce que la ménopause soit atteinte.»

Ménopause précoce

Ménopause précoce

Si la ménopause apparaît avant l’âge de 40 ans, on parle de ménopause précoce ou prématurée. L’apparition d’une ménopause précoce peut être d’origine génétique ou induite par une maladie. Les femmes qui ont une ménopause précoce d’origine génétique vivent la périménopause avec les mêmes symptômes que les femmes ayant une ménopause normale: «Mais au contraire des femmes qui ont une ménopause naturelle, les femmes ayant une ménopause précoce vivent plus longtemps avec un taux d’œstrogènes bas», explique Petra Stute, «et elles sont donc davantage exposées à certains problèmes de santé dans la suite de leur vie comme l’ostéoporose ou les maladies cardiovasculaires.» La spécialiste indique par ailleurs que la ménopause précoce peut provoquer une situation de stress psychique, si par exemple on avait encore pensé avoir des enfants ou si la fertilité est fortement liée à la féminité et à l’attractivité sexuelle».

Postménopause

Postménopause

Le terme postménopause se rapporte à toutes les années après la ménopause, indépendamment du fait qu’elle soit naturelle ou induite par une maladie.

Sondage

Pourriez-vous suivre une thérapie hormonale en cas de troubles dus à la ménopause.

Veuillez patienter...
Photo: © pixabay.com
Auteure et rédaction: Katharina Rederer
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann
Source
  • Centre de la ménopause, Hôpital de l’Île, Dr med. Petra Stute