Zone intime: de bonnes odeurs

Les femmes traquent les mauvaises odeurs, plus encore dans leur intimité. Mais des soins trop agressifs peuvent perturber la flore vaginale et favoriser les infections et les mauvaises odeurs.

Il fut un temps où l’on prenait un bain par semaine et l'on se contentait de faire une toilette de chat entre deux. Mais ces temps sont révolus. De nos jours, l’obsession de l’hygiène et le culte du corps touchent aussi les parties intimes de notre corps.

Des lavages et des douches trop fréquents, peut-être même avec des gels douche ou savons inappropriés, peuvent provoquer des lésions de la peau très sensible de la zone génitale. Conséquence: le manteau protecteur acide naturel de la flore vaginale se modifie. Au lieu du parfum frais attendu, ces soins excessifs peuvent engendrer une odeur désagréable, «exactement ce qu’on visait justement à empêcher. De plus, la perturbation de la flore vaginale laisse aussi la porte ouverte aux bactéries et aux champignons», explique la droguiste Marlis Cremer. En particulier en cas de sécheresse vaginale.

Des odeurs désagréables

Concernant les odeurs désagréables dans la région intime, Marlis Cremer estime qu’il faut différencier entre apparition d’odeurs «normales» et «pathologiques». Si la femme perçoit une odeur de poisson, elle devrait consulter son gynécologue, conseille la droguiste. «C’est toujours un signe de maladie». Les autres odeurs sont imputables à une insuffisance ou à un excès de soins.

Analyser les pertes

Pour ce qui est des pertes, il s’agit de respecter quelques règles: «Des pertes floconneuses indiquent souvent la présence d’une mycose, alors que des pertes jaunes signalent l’apparition de pus, Des pertes rouges enfin peuvent être le signe d’une inflammation ou d’une modification de la muqueuse», explique la droguiste. Un écoulement léger incolore, inodore, vitreux et glaireux est en revanche normal et même utile «car il maintient le vagin humide et le protège ainsi de l’intrusion des bactéries et des champignons».

Une chose encore pour terminer: du smegma peut se former chez les femmes aussi. Ce mélange de sécrétion de sébum, de cellules mortes et de bactéries s’accumule dans les plis de la peau entre les lèvres internes et externes de la vulve, ainsi qu’autour du clitoris. Le smegma doit aussi être éliminé complètement mais en douceur.

Acide lactique pour le milieu vaginal

Il existe différents moyens de prévenir la formation d’odeurs désagréables, explique Marlies Cremer. Elle pense notamment au yaourt nature et aux gouttes de capucine, par exemple, qui contribuent à reconstituer le milieu vaginal déséquilibré. Pour le yaourt, il faut en enduire un tampon, que l’on introduit dans le vagin et qu'on laisse agir pendant 15 minutes. A répéter plusieurs fois par jour. On peut aussi recommander une cure de gel d’acide lactique.

Sondage

Croyez-vous que le sexe est bon pour la santé?

Veuillez patienter...
Auteure: Silvia Stähli-Schönthaler et Vanessa Naef
Traduction et rédaction: Marie-Noëlle Hofmann
Source
  • «Tribune du droguiste»