Toujours remettre au lendemain

Certaines personnes ne peuvent s’empêcher de remettre au lendemain ce qu’elles devraient faire le jour-même. Même si ces reports peuvent avoir de sérieuses conséquences.

Un téléphone à faire depuis longtemps, s'attaquer à la déclaration d'impôts, attacher le tas de vieux journaux, ranger son bureau, nettoyer ses chaussures... Aucune de ces tâches ne paraît à priori insurmontable. Et pourtant, on les repousse jour après jour au lendemain. Cela arrive à tout le monde et ça nous énerve souvent.

Grosses conséquences

«Repousser les choses n’est pas toujours grave et il ne faut pas immédiatement chercher à modifier son comportement», assure Sylvia Kohli, directrice du «Büro für klare Verhältnisse» (Bureau pour des situations claires) à Berne, qui aide les gens à mettre de l'ordre dans leur vie et à reprendre en main toutes les choses laissées en plan. « Ce n’est que lorsqu’on commence à en souffrir qu’il convient d’agir», ajoute-t-elle. La souffrance apparaît généralement quand quelqu'un est préoccupé et bloqué par ce qu'il devrait faire.

«Repousser sans cesse les choses peut devenir problématique par exemple lorsque cela oblige la personne à payer une amende alors qu’elle n’en a pas les moyens», remarque Ruth Joss. Elle dirige un cabinet d’ergothérapie à Berne et conseille entre autres des gens qui souffrent de procrastination chronique. L'ergothérapeute donne un autre exemple: si un chômeur n'arrive pas à écrire des postulations et qu’il est en conséquence privé des allocations auxquelles il a droit, «c’est catastrophique». Dans son cabinet, les gens parviennent à se concentrer et à écrire leurs postulations, «quelque chose qu’ils ne pourraient pas faire à la maison.» Un simple changement d’air peut permettre à quelqu’un d’agir enfin et de se concentrer.

Complètement bloqué

Mais qu’est-ce qui se cache donc derrière la procrastination avérée? «Les gens qui en souffrent sont bloqués», dit Ruth Joss. Elle a d’ailleurs créé le terme de «blocage d’exécution» pour décrire ce phénomène – un terme que les professionnels bernois utilisent de plus en plus, le préférant à l’usuelle «procrastination». «Procrastination vient du latin et signifie littéralement remettre à demain. Si on effectue vraiment la chose le lendemain, alors ce n’est pas grave». Mais le problème est plus profond avec les gens qui souffrent de procrastination. Ils ne remettent pas au lendemain mais à la Saint-Glinglin. «Le point problématique n’est pas le fait de repousser une chose, mais le blocage. Or le blocage est invisible, totalement absurde», poursuit Ruth Joss. «Ce n’est pas comme si les personnes qui présentent ce type de blocages ne savaient pas comment faire toutes ces choses du quotidien.» Elles ont plutôt de la peine à s’obliger à exécuter des tâches qui doivent être accomplies mais qui ne leur procurent manifestement pas beaucoup de plaisir.

Une bonne nouvelle pour les procrastinateurs: il existe des moyens de casser de tels blocages. Il s’agit avant tout de redevenir maître de ses actes au lieu de se laisser complètement déborder par les choses à faire.

Sondage

Que faites-vous quand votre liste de choses à faire s'allonge encore et toujours.

Veuillez patienter...
Photo: © ASD
Auteure: Ann Kugler
Rédaction: Katharina Rederer
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann
Sources
  • «Tribune du droguiste»

  • Monica R. Basco: Schluss mit Prokrastinieren. Wie Sie heute beginnen, mit dem Aufschieben aufzuhören, Verlag Hans Huber, 2012

  • Werner Tiki Küstenmacher et Lothar J. Seifert: Simplifiez-vous la vie - Maison, bureau, argent et temps, J'ai lu, 2007

  • Karen Kingston: Le guide feng shui de la maison, J'ai lu, 2010