Des petits grammes indispensables

Calcium, fer, sodium: les sels minéraux sont indispensables. Une alimentation équilibrée devrait suffire à leur apport. Mais en cas de carence, les sels de Schüssler aident à renforcer l’organisme.

Chez l’homme moderne, l’organisme est soumis à des sollicitations de plus en plus nombreuses. Stress au travail, repas pris sur le pouce, pas de temps pour faire de l’exercice: un tel mode de vie peut déséquilibrer les fonctions de notre corps. Des symptômes tels que la fatigue, des troubles de la concentration ou une insécurité intérieure peuvent alors se manifester. Le médecin allemand Wilhelm Heinrich Schüssler (1821-1898) interprétait ces signaux comme les premiers signes de carences en sels minéraux. Selon sa théorie, il serait possible de pallier ce manque par la prise de sels minéraux biochimiques (propres au corps) – d’où le terme de sels de Schüssler.

Pourquoi avons-nous besoin des sels minéraux?

Sans les sels minéraux, notre organisme cesserait de fonctionner. Le calcium est par exemple indispensable à la structure de notre corps. Le squelette d’un adulte contient environ un kilo de calcium. Le fer est un sel minéral essentiel à la formation du sang et au métabolisme cellulaire. Quant au sodium, nombreux sont les nutriments qui, sans lui, n’atteindraient jamais leur but dans le corps humain.

Pour rester en bonne santé, nous avons besoin de quantités bien définies de chaque sel minéral: environ un à deux grammes par jour de sodium, chlore, potassium, phosphate, calcium et magnésium, ainsi que jusqu’à cinq milligrammes de fer, zinc, cuivre, iode, fluor et sélénium. Un adulte élimine en moyenne 15 à 20 grammes de sels minéraux par jour – une perte qui doit s’équilibrer par l’apport alimentaire. Les sels minéraux sont des substances vitales que le corps n’est pas en mesure de produire par lui-même.

Bon à savoir

Contrairement aux vitamines, les sels minéraux restent intacts après avoir subi la plupart des modes de cuisson. Mais ils peuvent se répandre dans l’eau après avoir été longuement bouillis; il convient donc de réutiliser l’eau de cuisson des légumes par exemple sous forme de soupe.

Photo: © ASD
Auteure et rédaction: Antoinette Prince
Source
  • «Tribune du droguiste»