Les vertus curatives des essences d'arbres

Les essences d’arbres agissent sur le corps et l’esprit. Les teintures-mères disponibles en droguerie sont fabriquées à partir des feuilles des arbres.

La naturopathe et auteure Doris Richter s’est intéressée aux forces de guérison des arbres il y a plus de 25 ans, après avoir constaté que l’homéopathie classique évoquait constamment la puissance des arbres. «J’ai finalement décidé d’étudier tous les arbres séparément et d’inventorier leurs vertus curatives.»

La fabrication

«Pour les teintures-mères, nous utilisons les feuilles d’un arbre car elles contiennent toutes les informations essentielles de l’arbre et régulent le flux des liquides», explique Doris Richter. Les feuilles sont plongées dans un mélange d’eau de source et d’alcool et cela lors d’une phase lunaire précise et en présence d’une constellation astrale particulière. Après trois jours, la teinture-mère de la feuille d’arbre est prête. Elle est ensuite diluée selon une méthode homéopathique et dynamisée. «Nous produisons des teintures-mères de 26 arbres différents, en provenance du monde entier.»

Aide contre de nombreux troubles

Vous pouvez acheter les dilutions en droguerie, notamment sous forme de gouttes ou de sprays spagyriques. Pour trouver la bonne essence d’arbre, il s’agit d’abord de déterminer les troubles dont souffre la personne. «Nous proposons pour cela un questionnaire-arbre. Ainsi, le pin calme les peurs existentielles et l’olivier soulage en cas d’épuisement. Nous traitons les troubles cardiovasculaires avec l’élixir de frêne, les problèmes rénaux avec celui de bouleau et l’insuffisance veineuse avec le châtaignier», détaille Doris Richter.

Et les arbres n’aident pas seulement en cas de peurs ou de troubles organiques: «Le poirier atténue la jalousie et le cerisier aide à surmonter les sentiments de culpabilité.» Mais malgré toute leur puissance, les arbres ne peuvent pas tout: les personnes concernées peuvent aussi se pencher sur leurs angoisses ou les soucis auxquels elles sont confrontées et entamer éventuellement une thérapie d’accompagnement ou faire à appel à un coaching, autant de démarches qui peuvent être un pas dans la bonne direction.

Utilisation simple

Les essences devraient être prises deux à trois fois par jour. «Lorsqu’elles mettent les gouttes sur la langue, les personnes concernées ressentent déjà une certaine détente après dix minutes. Car les essences agissent directement sur notre système neurologique. Il faut imaginer un grand arbre vigoureux qui pousse dans la nature. Tout doit bien circuler pour qu’il puisse croître et se développer sainement. Les essences agissent donc sur notre corps et notre esprit de manière à dissiper les blocages et à rétablir partout un flux régulier.»

Doris Richter conseille de prendre ces élixirs pendant au moins deux à trois semaines. Pour les phases aiguës, avec des symptômes fréquents, elle recommande le spray d’urgence qu’elle a conçu avec un botaniste. Il suffit de le vaporiser directement dans la bouche dès l’apparition des premiers symptômes. N’hésitez pas à demander à votre droguiste afin d’utiliser correctement les essences d’arbres.

Photo: Dorothea Jacob/pixelio.de
Auteure: Denise Muchenberger
Rédaction: Bettina Epper
Traduction: Claudia Spätig
Source
  • «Tribune du droguiste»