Sommeil

Les cycles du sommeil

Le sommeil est important car il permet au corps de se reposer et de se régénérer. Il est composé de différentes phases: endormissement, léger, profond et paradoxal.

Une personne en bonne santé connaît quatre à cinq cycles de sommeil par nuit. «Un cycle dure en moyenne quelque 90 minutes», précise Daniela Janssen, somnologue et psychothérapeute au centre pour la médecine du sommeil Hirslanden à Zurich. Chaque cycle se compose de plusieurs phases: phase d’endormissement, sommeil léger, sommeil profond et la première phase de sommeil paradoxal.

Etat éveillé: la tension musculaire est importante.

Phase d’endormissement: la respiration et le pouls sont plus réguliers, les muscles se détendent lentement. «Durant la phase d’endormissement, des visions peuvent apparaître mais on ne rêve pas des histoires entières durant cette phase», explique Daniela Janssen. En outre, c'est le moment où les myoclonies d’endormissement peuvent apparaître. «On suppose que le corps tressaille lors de l’endormissement car les cellules nerveuses se déchargent.»

Sommeil léger: la respiration et les battements du cœur se ralentissent. La conscience est déconnectée, les muscles détendus et les yeux ne bougent presque plus. «C'est durant cette phase que l'on peut grincer des dents ou parler pendant son sommeil», explique Daniela Janssen.

Sommeil profond: la pression sanguine baisse, les battements du cœur sont plus lents, la température du corps est la plus basse. «Cette phase de régénération sert avant tout de récupération physique. C’est là qu’on se réveille le moins vite», ajoute Daniela Janssen. C'est durant la phase de sommeil profond qu'ont lieu les crises de somnambulisme, et ce principalement durant la première moitié de la nuit. C'est aussi durant cette phase qu'ont lieu les terreurs nocturnes, un phénomène normal lié au développement qui concerne principalement les enfants. L’enfant crie ou se débat et a peur. Bien qu’il ait les yeux ouverts, il n’est pas réactif et les parents ont de la peine à le calmer. Les terreurs nocturnes sont toutefois sans danger et font partie des troubles du sommeil de l’enfance les plus fréquents. «La terreur nocturne n'est pas grave et fait partie des troubles du sommeil les plus courants de l'enfant», précise la somnologue.

Sommeil paradoxal: le cerveau est fortement irrigué, extrêmement actif, et ressemble à l’état de veille. Les yeux bougent très rapidement mais les autres muscles sont comme paralysés. La respiration est irrégulière, le pouls et la tension varient. «Dans cette phase de sommeil, ce sont avant tout le système nerveux et le psychisme qui se régénèrent», explique Daniela Janssen. «Durant le sommeil paradoxal, on rêve beaucoup, on assimile les impressions sensorielles et les informations émotionnelles.» C’est une phase qui se caractérise par des mouvements oculaires rapides d’où son nom anglais Rapid Eye Movement ou REM. «Le sommeil paradoxal commence environ 70 minutes après l’endormissement.»

Tous les cycles sont différents

Les cycles se modifient au cours de la nuit. «Le sommeil profond a lieu surtout pendant la première partie de la nuit et le sommeil paradoxal devient à chaque cycle plus long et peut atteindre jusqu’à une heure. Plus longtemps une personne dort, plus elle connaît de phases de sommeil paradoxal et plus elle rêve», précise Daniela Janssen.

Auteure: Vanessa Naef
Traduction et rédaction: Marie-Noëlle Hofmann
Sources
  • Daniela Janssen, somnologue et psychothérapeute au centre pour la médecine du sommeil Hirslanden à Zurich

  • Brochure «Schlaf fürs Gehirn», Université Berne, 2019

  • Documentation Netflix «Explained: Unser Kopf» von Ezra Klein mit Vox Media, 2019

  • www.schlaf-wach-epilepsie-zentrum.insel.ch/de/der-gesunde-schlaf/