Vous êtes des parents, pas des copains!

Avis de tempête, la puberté pointe son nez. Il est temps de dire adieu à l’idylle parents-enfants et de se préparer à affronter les conflits.

Telle une catastrophe naturelle, elle peut tout dévaster sur son passage. Ou alors elle peut se faire tout en douceur, comme une averse d’été. La puberté démarre entre 11 et 16 ans, lorsque les hormones s’éveillent, provoquant tumultes en cascade… Le résultat n’est pas de tout repos.

Tandis que les adorables chambres d’enfants se transforment en cavernes à moitié moisies, le salon devient une zone ouverte de combat dans de nombreux foyers. Un phénomène qui peut toucher toutes les familles, que l’enfance précédant cette phase ait été harmonieuse ou pas. En ces temps de turbulence, pour préserver un minimum de paix familiale, il faut savoir raison garder, respecter les limites fixées et surtout parler, discuter et faire des compromis.

Provoquer la discussion

Bruno Dinner, enseignant et auteur, sait bien qu’il n’existe pas de recette brevetée pour «affronter» les ados. Une chose est sûre: «Les parents n’ont pas le droit de laisser les liens avec leurs enfants se rompre», martèle-t-il. Les parents doivent provoquer sciemment les discussions. La rébellion adolescente fait partie intégrante du processus visant à se détacher des géniteurs – elle est donc nécessaire. «Ce qui ne signifie pas que les parents peuvent tout laisser passer à leur enfant», ajoute-t-il. L’important, c’est que les parents aient conscience du caractère normal de l’esprit de rébellion de leur progéniture. Leur tâche consiste à fixer sans cesse de nouvelles règles en s’adaptant aux nouvelles situations. Plus facile à dire qu’à faire.

Quelques principes de base

  • Fixez des limites claires. Le non-respect des règles doit entraîner des conséquences.

  • Laissez les jeunes exprimer leur colère, leur peur, leur tristesse et leur frustration.

  • Vous êtes des parents, pas des copains. Montrez de l’intérêt pour les thèmes qui les préoccupent.

  • Laissez votre enfant trébucher de temps en temps au lieu de dégager la voie en lui ôtant tous les obstacles possibles.

  • Faites des compliments à vos enfants. Pas en permanence et sans raison (les enfants le remarquent tout de suite), mais quand vous le pensez sincèrement.

  • Montrez à vos ados que vous êtes fiers d’eux.

  • Après un échec, donnez une nouvelle chance à votre enfant. Les déboires, les flops et les ratés font partie de l’adolescence.

  • Prenez parti, mais sachez aussi lâcher du lest.

  • Montrez-vous compréhensif face aux changements constants des sentiments de votre enfant. Compatissez, mais sachez garder les idées claires.

  • Placez-vous dans la perspective de votre ado, mais évitez d’argumenter en vous référant à votre propre jeunesse. Les temps changent.

  • Soyez un modèle pour votre enfant et prenez-le au sérieux.

  • Si votre enfant est prêt à traverser des murs la tête la première, vous devez être le mur qui tient, soutient et maintient.

  • En matière de sorties, si votre ado respecte les règles établies, vous pouvez gentiment lâcher du lest en lui permettant de rentrer un peu plus tard.

  • Amassez tout le savoir nécessaire.

Enfin, ne vous inquiétez pas si la puberté se passe en douceur: les ados ne partent pas tous en vrille à la moindre contrariété, ils ne cherchent pas tous à transgresser les règles. Rester «normal» pendant l’adolescence, c’est aussi normal!

La bonne nouvelle

Si le chaos règne en permanence dans le cocon familial, certes, ce n’est pas très agréable, mais cela prouve une chose: les liens familiaux sont inamovibles et donc plus résistants que ceux qui régissent les autres relations humaines. Les ados qui savent qu’on les aime osent aussi se montrer sous leur plus mauvais jour. Ils savent que leurs parents continueront à les soutenir quoi qu’il arrive.

Cela dit, efforcez-vous de ne pas perdre le contrôle et de surmonter les difficultés – et n’hésitez pas à demander de l’aide s’il le faut, par exemple auprès d’un centre de consultation.

Sondage

Comment avez-vous vécu la puberté de votre adolescent?

Veuillez patienter...
Photo: © pixabay.com
Auteures: Christa Friedli Müller et Katharina Rederer
Rédaction: Katharina Rederer
Traduction: Daphné Grekos
Sources
  • «Tribune du droguiste»

  • Bruno Dinner: «Pubertierende verstehen lernen!», Typotron Verlag, 2001

  • Sarah Renold: «Achtung, Teenager! – Jugendliche verstehen, fördern, fordern», Beobachter-Buchverlag, 2009