Acupressure

Du latin acus (aiguille) et premere (presser), l’acupressure correspond au shiatsu japonais et est issue à la fois de la médecine traditionnelle chinoise et de la médecine japonaise. Traduit littéralement, le shiatsu signifie « pression du doigt ». Tout comme pour l’acupuncture, cette thérapie utilise certains points placés sur les méridiens. On suppose que l’acupressure est l’ancêtre de l’acupuncture. Ces derniers temps, on utilise certaines formes simplifiées ou adaptées de l’acupressure (acupressure en tapotant, techniques de libération émotionnelle) en psychothérapie et, en cas de cris d’angoisses et de troubles psychiques, sous forme de stratégies d’aide au patient.

Domaines d’application

L’acupressure convient à la prévention, mais aussi aux maladies et troubles de gravité légère ou moyenne. Elle traite essentiellement les tensions, l’induration, les raideurs, les douleurs et les troubles de la sensibilité touchant les muscles, les tendons, les articulations et les nerfs. On constate aussi de bons résultats en cas de troubles physiques ou psychiques (maux de tête, tensions, nausées, nervosité, mal des transports, troubles du sommeil, troubles menstruels, etc.).

Source
  • Association suisse de naturopathie (NVS)