L'échinacée renforce le système immunitaire

L’échinacée, aussi appelée rudbeckie rouge, soutient le système immunitaire. Cette plante peut donc protéger de la grippe et des refroidissements.

Le réceptacle en forme de hérisson de l’échinacée est occupé par des pointes piquantes ressemblant à un système de défense. Et cette apparence n’est pas trompeuse. D’ailleurs, se fiant à son aspect, les Indiens d’Amérique utilisaient déjà cette plante médicinale pour prévenir les maladies. Ils l’utilisaient également pour le soin des plaies car elle aidait idéalement à guérir les blessures que les hommes s’étaient faites à la chasse. Ils pressaient la fleur et versaient le jus sur la plaie. Ce liquide prévenait les inflammations et les blessures cicatrisaient donc sans problème.

Mieux vaut prévenir que guérir

L’échinacée augmente l’activité de phagocytose des cellules du système immunitaire. Ce qui signifie que les phagocytes qui circulent dans le sang peuvent éliminer un plus grand nombre de germes pathogènes. Cela permet de prévenir quantité d’infections. L’échinacée s’utilise de moult manières. Les gouttes et les pastilles sont particulièrement appréciées. Ces préparations standardisées prêtes à l’emploi contiennent souvent des principes actifs à la fois des fleurs et des racines. Pour être efficaces, les tisanes doivent être préparées à partir de fleurs fraîches. Mais même dans ce cas, la teneur en principes actifs est trop variable pour garantir un résultat optimal.

L’important est d’utiliser le produit par phases. L’idéal est de le prendre pendant la semaine et d’interrompre le traitement pendant le week-end. Cela évite que le système immunitaire ne se repose sur ses lauriers. Durant les pauses, il doit assumer lui-même les tâches de l’échinacée. Précisons qu’à l’arrêt d’un traitement à base d’échinacée, le corps n’est pas dépassé par la situation, mais au contraire parfaitement à même d’exécuter son travail.

Controverses scientifiques

L’efficacité médicale de l’échinacée est controversée. Des études menées dans le monde entier aboutissent en effet à des résultats différents. Mais les expériences sur le terrain et les témoignages sont positifs. L’échinacée doit être utilisée avec prudence chez les petits enfants car il est important qu’ils puissent développer leur propre système immunitaire. Et pour ce faire, il est indispensable qu’ils surmontent un certain nombre de maladies. Les personnes qui souffrent de tuberculose, de sclérose en plaque, d’infection au VIH ou d’autres maladies auto-immunes devraient opter pour un autre type de préparation et demander conseil à leur droguiste.

Photo: © Constanze Matthes / pixelio.de
Auteure: Nicole Blatter
Rédaction: Bettina Epper
Traduction: Claudia Spätig
Source
  • «Tribune du droguiste»