Les fumeurs adolescents

Les jeunes se mettent souvent à fumer à cause du stress, de l’ennui ou simplement pour paraître cool. Pris au piège de la dépendance, la plupart souhaiteraient rapidement arrêter. Mais comment?

Les jeunes savent bien que le plaisir de fumer va de pair avec des risques pour la santé. Mais la curiosité triomphe souvent sur la raison, au plus tard dès qu’ils se mettent à sortir. «Oh, une ou deux cigarettes, c’est pas si grave», se disent souvent les ados avant d’attraper une cigarette et un briquet. Mais si fumer devient davantage qu’une transgression ou un petit écart occasionnel, le piège se referme très vite et la dépendance apparaît. Rapidement, le corps a besoin de nicotine et fumer une cigarette se transforme en nécessité et en habitude. Fumer permet en outre de s’occuper en cas d’ennui ou de gérer le stress.

Toujours moins de jeunes fumeurs

Depuis quelques années, le nombre de jeunes fumeurs baisse. Après avoir augmenté entre 1986 et 1998, la consommation au moins hebdomadaire de cigarettes chez les adolescents a atteint son maximum entre 1998 et 2002 avec environ un quart des jeunes filles et des jeunes garçons qui fumaient. Elle a nettement reculé entre 2002 et 2006, a stagné entre 2006 et 2010 et a à nouveau baissé nettement entre 2010 et 2014. 6,6 % des jeunes garçons et 6,4 % des jeunes filles fument tous les jours. Une bonne moitié d'entre eux fume au maximum cinq cigarettes par jour. Un tiers des garçons fumeurs et un cinquième des filles fumeuses consomment de 6 à 10 cigarettes par jour. Finalement, un cinquième d'entre eux fume plus de 10 cigarettes par jour mais presque personne plus d'un paquet.

Une question de poids

De nombreuses jeunes filles et femmes utilisent la cigarette pour contrôler leur poids. Elles comptent sur les effets coupe-faim de la nicotine. Une cigarette vite allumée vise à stopper l’apparition de la sensation de faim. En outre, la nicotine augmente les dépenses énergétiques du corps. Mais d’un autre côté, la consommation du tabac a une influence néfaste sur la santé. Garder une alimentation saine et faire régulièrement du sport est donc un moyen bien plus sain de contrôler son poids.

Sevrage difficile

Beaucoup de jeunes veulent arrêter de fumer. Mais ce n’est pas une entreprise facile à mener. La méthode choisie pour se sevrer du tabac est importante chez les jeunes comme chez leurs aînés. Mais chez les adolescents, l’environnement joue un rôle tout aussi important. Si les parents fument ou si un adolescent ne peut être accepté dans le groupe que s’il fume, il lui est beaucoup plus difficile de sortir de sa dépendance à la nicotine. Toutes les interdictions et les morales ne serviront alors à rien. Un travail de persuasion est bien plus efficace. Ainsi, les amis non-fumeurs peuvent par exemple attirer l’attention du jeune sur les coûts de la cigarette. Si un fumeur en consomme chaque jour un paquet, il voit s’envoler en fumée durant sa vie environ 70'000 francs. La peur de sentir le tabac froid peut aussi inciter certains jeunes à envisager un avenir sans fumée. Et pour les femmes, un autre argument pourra les convaincre: fumer provoque un vieillissement prématuré de la peau.

Sondage

Après combien de tentatives avez-vous réussi à arrêter de fumer?

Veuillez patienter...
Photo: © pixabay.com
Auteur et rédaction: Didier Buchmann
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann
Sources
  • Monitorage sur le tabac Suisse

  • Association suisse pour la prévention du tabagisme (AT-Suisse)

  • rauchstoppzentrum.ch