Problèmes de prostate

Les hommes n’aiment pas parler de leurs problèmes de prostate. Ces troubles ne devraient toutefois pas être tabous puisqu’ils concernent pratiquement un homme sur deux.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes: environ la moitié des hommes de plus de 50 ans présentent des problèmes de prostate. Les hommes touchés connaissent trop bien ces désagréments caractéristiques: de fréquentes et pénibles envies d’uriner transforment le passage aux toilettes en une vraie torture. Pourtant la plupart des hommes souffrent en silence et en secret.

Un énorme tabou

«Seul un tiers des hommes concernés demandent conseil dans un commerce spécialisé», confirme Raffael Gmünder de la droguerie Spisergass à Saint-Gall. Le tabou est énorme. «Ce n’est pas vraiment étonnant. Le principe selon lequel un homme ne doit pas montrer ses faiblesses est solidement ancré chez beaucoup dès la plus tendre enfance», explique le droguiste diplômé. Compréhensible aussi que ce ne soit pas du goût de tout le monde de s’ouvrir de ses maux à un spécialiste; à plus forte raison s’il s’agit d'une maladie relevant de la sphère intime. Pourtant comme pour de nombreuses autres maladies, il ne sert à rien de temporiser avec la prostate. Au contraire, trop attendre complique encore le traitement. «Alors qu’il est possible de soulager, voire même d’éliminer de légers troubles au stade primaire avec des remèdes à base de plantes de la droguerie. Remèdes dont l’efficacité a du reste été prouvée par des études. Les hommes doivent donc à tout prix prendre les premiers symptômes d’irritation de la vessie au sérieux et nous faire confiance». Raffael Gmünder en appelle ainsi à ses alter ego masculins et ajoute: «Je conseille aux hommes de prendre exemple sur les femmes à ce sujet. Pour elles, il est naturel de parler des troubles liés à la ménopause. Les hommes aussi devraient être plus courageux quand il s’agit de leur santé et mieux écouter leur propre corps.»

Troubles de la prostate

Votre prostate est-elle en ordre? Vous le vérifierez grâce à notre test en ligne.

Photo: © birgitH / pixelio.de

La grandeur et la forme d’une châtaigne sont normales

Mais qu’est-ce donc cette prostate qui complique tellement la vie de nombreux hommes? Et quelles sont ses fonctions? La prostate (du latin prostare = être à la tête, saillir) est une glande ronde et ferme de la grandeur et de la forme d’une châtaigne. Elle se trouve juste sous la vessie. L’urètre traverse la prostate qui l’entoure comme un anneau. Elle fait partie des organes génitaux de l’homme et est responsable de la mobilité des spermatozoïdes et de la production du sperme. Elle produit environ deux tiers du liquide séminal.

Sondage

Seriez-vous gêné de devoir aller faire un examen pour la prostate chez un urologue?

Veuillez patienter...

La prostate atteint la grosseur d’une pêche

Même si la prostate est un petit organe caché, elle peut être touchée par plusieurs maladies. L’affection de loin la plus fréquente chez les plus de 50 ans – communément admise comme la maladie masculine la plus répandue – est une croissance bénigne. La prostate peut alors atteindre la grosseur d’une pêche. Le terme médical pour désigner ce trouble est l’hyperplasie bénigne de la prostate (du latin benignus = bénin, bienveillant; et du grec hyperplasie = taille démesurée). Ce phénomène provoque des symptômes qui se résument en trois stades. Au premier stade, les douleurs sont insignifiantes et peuvent être soulagées par les plantes médicinales et les produits naturels disponibles en droguerie. Si les douleurs augmentent, il faut consulter un médecin. Un traitement médicamenteux suffit souvent. Si les médicaments ne sont plus efficaces, une intervention chirurgicale est nécessaire.

Les stades de la maladie et leurs symptômes

Premier stade

Au premier stade, la croissance de la glande rétrécit l’urètre ce qui entrave le flux d’urine. Comme la vessie doit extraire l’urine malgré une résistance accrue, cela produit des irritations de la vessie lors de la miction.

Symptômes: début difficile de la vidange de la vessie, jet d’urine faible, besoin d’uriner fréquent souvent à intervalles de quelques minutes aussi bien le jour que la nuit; la vidange exige une forte pression; gouttelettes après la miction.

Stade avancé

A un stade avancé, la vessie s’épuise progressivement à cause du surcroît de travail et elle ne parvient plus à se vider complètement. De l’urine stagne dans la vessie.

Symptômes: La sensation de vessie pleine avec un constant besoin d’uriner est typique de ce stade. L’urine qui stagne peut provoquer des infections de la vessie ou la formation de calculs urinaires.

Dernier stade

Dans le dernier stade d’hyperplasie bénigne de la prostate, l’accumulation d’urine dans la vessie peut être si importante qu’elle atteint les deux reins. Les conséquences peuvent en être des dégâts irrémédiables aux reins ou même une défaillance de la fonction rénale.

Symptômes: Il y a un danger de rétention d’urine; l’homme atteint ne peut plus éliminer l’eau.

Facteur de risque: l’âge

«Tout homme dès 50 ans est un patient à risque car l’âge, ou plus précisément la modification de l’équilibre hormonal liée à l’âge, est le principal facteur de risque d’hyperplasie bénigne de la prostate», explique le droguiste Raffael Gmünder. «La dihydrotestostérone, forme de la testostérone transformée dans la prostate, joue un rôle essentiel. Un autre facteur est la prédisposition héréditaire.» En revanche, les allégations selon lesquelles les hommes sexuellement actifs souffrent plus fréquemment de troubles de la prostate sont fausses, de même que ces derniers ont des conséquences sur la puissance sexuelle.

Les principales mesures préventives

Un examen préventif est recommandé aux hommes dès 50 ans et même dès 45 ans pour les hommes ayant des antécédents familiaux. L’examen joue un rôle essentiel, particulièrement concernant le cancer de la prostate, le grossissement malin de la prostate. Le cancer de la prostate se développe sans provoquer de douleurs.

Photos: © pixabay.com
Auteure: Menta Scheiwiler
Rédaction: Didier Buchmann
Traduction: Claudia Spätig
Source
  • «Tribune du droguiste»