Lait pour les bébés

Si vous n’allaitez pas

Le lait maternel est l’aliment idéal pour les nourrissons. Mais si la mère ne peut pas allaiter, ou seulement en partie, il existe des produits lactés adaptés aux besoins des nouveaux-nés.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande l’allaitement exclusif des enfants jusqu’au sixième mois. Cela dit, une femme qui a recours au biberon peut tout à fait lui apporter aussi un bon sentiment de sécurité.

Produits lactés adaptés

Les premiers aliments (laits de type A) sont inspirés du lait maternel. Le nom de ces produits comporte en général les mentions «pré», «start» ou «initial». Les laits de type A ne contiennent que du lactose comme hydrate de carbone et sont aussi liquides que le lait maternel. Grâce à sa composition, le lait de type A est idéal pour compléter l’allaitement.

Les aliments de suite (laits de type B) sont reconnaissables au chiffre 1; ils contiennent, en plus du lactose, une très faible quantité d’amidon. Cela épaissit le lait et le rend plus rassasiant que les premiers laits. Cette variante permet certes de diminuer le nombre des biberons à préparer, mais augmente le risque de suralimenter l’enfant.

Les produits marqués du chiffre 2 ne doivent pas être administrés avant le 7e mois. Ils constituent une bonne alternative au lait de vache, lequel ne doit être introduit dans l’alimentation sous une forme non diluée qu’après une année.

Lait initial hypoallergénique

Les enfants susceptibles de développer des allergies devraient être nourris dès le départ à base d’aliments hypoallergéniques (aliments HA). Il est important que les parents donnent toujours le même type de lait HA. A noter que les spécialistes ne sont cependant pas tous d’avis que l’alimentation HA joue effectivement un rôle de protection contre les allergies. Une chose est sûre: le risque de développer une allergie avec ces produits est moins élevé qu’avec d’autres laits pour nourrissons.

Sondage

Comment nourrissez-vous votre bébé?

Veuillez patienter...
Auteure: Jacqueline Graber
Traduction et rédaction: Marie-Noëlle Hofmann
Source
  • «Tribune du droguiste»