De la douceur pour les oreilles

Pour bien s’occuper de ses oreilles, mieux vaut procéder avec précaution. D’autant qu’elles se nettoient parfaitement bien elles-mêmes!

Les oreilles peuvent parfaitement s’occuper d’elles-mêmes. Elles se nettoient pratiquement automatiquement car la peau du conduit auditif croît en direction du pavillon auriculaire, ce qui repousse le cérumen, les peaux mortes et les petits poils à l'extérieur. Il n’est donc pas nécessaire de les nettoyer manuellement.

Cotons-tiges pour le pavillon

Les personnes qui tiennent malgré tout à laver leurs oreilles devraient se contenter de passer une lavette humide sur les oreilles et leur pavillon et réserver les cotons-tiges au nettoyage du pavillon de l’oreille. En effet, ces bâtonnets peuvent provoquer des lésions cutanées et donc des inflammations s’ils sont maniés trop brusquement. Attention: éviter absolument d’introduire les cotons-tiges dans le canal auditif car ils risquent de blesser la membrane du tympan.

Si la membrane du tympan est intacte, on peut se nettoyer les oreilles sous la douche en dirigeant le jet (à faible débit) vers l’oreille. Une fois que l’eau a pénétré dans le conduit auditif, il suffit de pencher la tête sur le côté pour la laisser s’écouler. Terminer en essuyant soigneusement les oreilles.

Les bougies auriculaires

L’utilisation des bougies auriculaires pour éliminer le cérumen est plutôt une question de bien-être personnel. Pour procéder, il faut se coucher sur le côté et introduire la bougie verticalement sans exercer de pression dans le canal auditif. Ceci fait, on peut allumer la bougie. En se consumant, la bougie exerce une légère dépression ce qui est censé stimuler la régulation de la pression dans l’oreille moyenne et les cavités annexes. Attention: la plus grande prudence est de mise car la flamme et la cire brûlante peuvent provoquer de sérieuses blessures.

Enfin, il est conseillé de consulter un médecin si des douleurs auriculaires durent plus de deux jours.

Sondage

Vous protégez-vous les oreilles lors d'un concert?

Veuillez patienter...
Auteures: Franziska Linder et Katharina Rederer
Rédaction: Franziska Linder
Traduction: Claudia Spätig
Source
  • «Tribune du droguiste»