Prévenir les troubles auditifs

Les oreilles peuvent supporter bien des nuisances. Mais pour conserver une ouïe fine jusqu’à un âge avancé, mieux vaut ne pas les exposer à des niveaux sonores trop élevés.

Dans la vie quotidienne, nous sommes pour ainsi dire constamment exposés à des bruits divers. Or lorsque les nuisances sonores sont trop fortes ou durent trop longtemps, elles peuvent provoquer de sérieuses lésions de l’ouïe. Les cellules cillées de l’oreille interne s’usent prématurément et ne peuvent plus se régénérer.

L’oreille a une très grande sensibilité et son meilleur niveau de performance se situe entre 40 et 60 décibels (dB). La limite de l’audition – soit le son le moins fort encore perceptible – se situe vers 0 dB et le seuil de la douleur vers 125 dB – ou plus bas chez certaines personnes. De par sa nature, l’oreille est moins sensible aux sons bas qu’aux sons aigus.

De la musique plein les oreilles

Bien des gens sont exposés à d’importantes charges sonores en raison de leur profession – dans le bâtiment ou la musique. En général, les employeurs sont aujourd’hui sensibilisés au problème et respectent les directives de la Suva en matière de protection de l’ouïe.

Les lecteurs MP3 représentent un danger fort sournois. Ils génèrent souvent un niveau sonore trop élevé dans les écouteurs. La musique actuelle est conditionnée de manière à exploiter pleinement la technologie numérique et donc à retentir fortement. Conséquence: elle dépasse souvent les valeurs sonores obtenues lors des tests, avec les appareils limités à 100 dB. A noter que les écouteurs actuels peuvent encore augmenter la charge des décibels.

Un niveau raisonnable pour écouter de la musique avec un lecteur MP3 se situe vers 80 dB. Une étude de la Suva a d’ailleurs révélé que la plupart des jeunes respectent cette recommandation. Mais près de 7 % des sondés écoutent de la musique si longtemps et à un volume si élevé avec leur lecteur MP3 qu'ils mettent leur ouïe en danger. Le danger ne dépend pas seulement du niveau sonore mais aussi de la durée de l’écoute et du style de musique. En effet, les vieux tubes d’antan et la musique classique sont moins dangereux pour l’ouïe que la musique rock ou pop actuelle.

Entendez-vous bien?

Votre ouïe fonctionne-t-elle encore correctement? Faites le test!

Un concert live atteint en moyenne un volume sonore de 100 dB, ce qui n’est pas problématique pour une durée de deux heures. Si l’exposition est plus longue, il convient de ménager des pauses et de porter des bouchons de protection. Par ailleurs, il vaut la peine d’écouter ses oreilles: des sifflements ou des bruits bizarres sont des signaux d’alarme qui indiquent que les oreilles ont besoin d’un peu de calme.

Surdité et acouphènes

Près de 1,3 million des près de 8 millions d’habitants que compte la Suisse souffrent de problèmes auditifs. Il est intéressant de savoir que le nombre des lésions auditives provoquées par les bruits industriels diminue alors que celui des cas provoqués par le bruit durant les loisirs augmente parallèlement. Dans bien des cas, les appareils auditifs peuvent améliorer sensiblement le confort auditif des personnes malentendantes. Et si ces appareils étaient assez visibles et massifs autrefois, les progrès technologiques ont permis de développer des appareils confortables et discrets. A tel point qu’ils peuvent presque passer pour des accessoires de mode. Les innovations technologiques ont aussi permis d’établir des liaisons audio sans fil entre les appareils auditifs et les téléphones portables, les téléviseurs ou encore les fameux lecteurs MP3.

Il est plus difficile de soulager les personnes qui souffrent d’acouphènes, ces sifflements dans l’oreille. Comme il n’existe pas de source objective à ces bruits, on ne peut tout simplement pas les éliminer. Les acouphènes peuvent être provoqués par différentes choses: la présence de corps étrangers dans le canal auditif, une inflammation de l’oreille, une infection, un traumatisme auditif ou encore un accident de plongée. Le traitement varie en fonction de l’origine du trouble et peut donc aller de la stimulation acoustique à la stimulation cérébrale électrique ou magnétique en passant par une thérapie comportementale.

Les sifflements ou les bruits bizarres sont souvent passagers. Mais s’ils ne disparaissent pas après 12 heures, il est conseillé de consulter un oto-rhino-laryngologiste.

Sondage

Vous protégez-vous les oreilles lors d'un concert?

Veuillez patienter...
Auteure et rédaction: Franziska Linder
Traduction: Claudia Spätig
Sources
  • «Tribune du droguiste»

  • suva.ch

  • «Musique et troubles de l’ouïe», Suva, 2008