Traiter la phase aiguë

Picotements, yeux enflés, éternuements: vous n’en pouvez plus. Une réponse s’impose. La droguerie dispose d’une gamme de produits, naturels ou allopathiques, qui peuvent soulager les crises aiguës.

– Pour traiter le rhume des foins et son cortège de réactions inflammatoires, tant la médecine naturelle que les produits de l’industrie peuvent apporter un réel soulagement.

Médicaments naturels

  • Les gouttes homéopathiques pour les yeux calment les muqueuses et réduisent les démangeaisons et la sensation de sécheresse.

  • Lorsque le nez coule et qu'on éternue souvent et violemment, les produits spagyriques et homéopathiques personnalisés peuvent sensiblement atténuer les troubles. Ils calmeront les muqueuses irritées. De plus, l'utilisation d'un spray permettra de former un film protecteur sur la muqueuse nasale et d'empêcher ainsi les irritants de provoquer des réactions allergiques. Ces remèdes agissent en douceur et sans effets secondaires. Ils conviennent bien aux enfants et aux personnes âgées.

  • Les sels de Schüssler donnent aussi de bons résultats. L’idéal est la combinaison de Natrium chloratum et de Ferrum phosphoricum (en cas de crise aiguë, un comprimé tous les quarts d’heure). Compléter avec un comprimé de Magnesium phosphoricum tous les quarts d’heure en cas d’éternuements fréquents.

  • La médecine orthomoléculaire a démontré que la vitamine C en quantité modérée peut réduire la sécrétion d'histamine, responsable du déclenchement des réactions allergiques.

  • Le zinc a également le pouvoir de freiner la sécrétion d'histamine et contribue ainsi à combattre les réactions allergiques. Quant à la prise préventive de calcium, on présume qu'il a un effet stabilisateur sur les tissus cellulaires, ce qui réduit la sécrétion d'histamine et, par conséquent, les réactions allergiques.

Tous les remèdes cités ne présentent pratiquement aucun effet secondaire indésirable et peuvent être administrés sans autre à des enfants ou des personnes âgées.

Et les antihistaminiques?

Les comprimés, les collyres et sprays pour le nez ou les yeux contenant des antihistaminiques atténuent rapidement les symptômes aigus. Mais dans le cas des comprimés par exemple, leurs principes actifs peuvent provoquer des sensations de fatigue désagréables pour de nombreux patients. De plus, les antihistaminiques ne sont pas appropriés pour un traitement de longue durée. Autrement dit, ils soulagent les symptômes, mais les troubles réapparaissent chaque année avec la même intensité.

Prévenir en douceur

Bien que le rhume des foins soit un problème très répandu, la majorité des personnes concernées ne vient en droguerie que lorsque les symptômes deviennent pénibles. Il serait judicieux d’agir bien avant et d’entreprendre une désensibilisation, afin de renforcer le système immunitaire et voir arriver la saison des pollens sans appréhension.

Sondage

Comment traitez-vous votre rhume des foins?

Veuillez patienter...
Photo: © S. Hofschlaeger / pixelio.de
Auteures: Petra Gutmann, Katharina Rederer
Rédaction: Antoinette Prince
Sources