Allaitement et protection solaire

Les substances utilisées comme filtre UV peuvent passer dans le lait maternel. Mais l’Office fédéral de la santé publique nie toute mise en danger de la santé du nourrisson.

Des études ont montré que des substances issues des produits de protection solaire passaient à travers la peau pour finir dans l’organisme. On en a aussi trouvé des traces dans le lait maternel. Il s’agit de substances qui agissent comme filtres UV.

Comme le précise l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur son site internet, «les concentrations décelées sont toutefois si infimes qu’un risque pour la santé du nourrisson semble improbable en l’état actuel des connaissances». L’OFSP conclut: «Les avantages de l’allaitement pendant les six premiers mois de vie et la protection de la mère contre les coups de soleil l’emportent de loin sur les risques possibles des filtres UV dans le lait maternel.» Et bien se protéger du soleil est vraiment important: la Suisse fait partie des dix pays ayant le taux le plus élevé de cancers de la peau dus au soleil.

Sondage

Vous sentez-vous à l'aise avec les soins de bébé?

Veuillez patienter...

Une bonne protection est donc absolument nécessaire. Cela signifie que pour atteindre un haut niveau de protection, les produits solaires doivent présenter une efficacité suffisante contre les rayons UVB et les UVA. Pour se faire, il existe des filtres UV organiques (ou chimiques) et des filtres minéraux (ou physiques). Ils sont souvent associés pour garantir une large protection. Il faut en outre respecter les règles de protection solaire usuelles.

Chercher l’ombre

Durant la grossesse et l’allaitement, il convient en outre de ne s’exposer au soleil qu’avec mesure afin d’utiliser aussi peu de crème solaire que possible. Et les petits enfants de moins d’un an doivent éviter le soleil et rester à l’ombre.

Photo: © pixabay.com
Auteure et rédaction: Katharina Rederer
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann
Source
  • Office fédéral de la santé publique (OFSP)