8. Le traitement et son déroulement

Après une anamnèse détaillée – pour mettre en évidence d’éventuelles maladies et déterminer exactement les troubles en présence – le thérapeute définit le plan du traitement. Chaque séance dure en moyenne une heure et son déroulement dépend du problème lymphatique et sanitaire ainsi que de la situation individuelle du patient. Le nombre et la fréquence des séances dépendent également du tableau clinique et de l’avancée du processus de guérison.

Le patient s’allonge confortablement sur la table de massage. Pour être parfaitement à l’aise pendant le traitement, il ne doit pas avoir froid et peut donc être recouvert d’une couverture. La séance de DLM commence toujours par le cou. Le thérapeute commence par «ouvrir» le terminus, autrement dit l’endroit où le système lymphatique rejoint le système veineux, avant de passer au ventre – lorsque c’est possible. Il traite ensuite les membres en allant de la zone proximale (proche du corps) à la zone distale (éloignée du corps). Il avance ainsi à chaque mouvement un peu plus vers l’extrémité du membre – traitant au passage d’éventuelles cicatrices. Après le traitement, le patient devrait rester couché et se reposer un moment. Les effets du DLM se manifestent encore un moment après le traitement, continuant ainsi d’activer le système. Durant cette période, il faudrait veiller à bien hydrater le corps. Boire de préférence de l’eau, des jus dilués ou du thé. En général, l’activation du système lymphatique induit aussi une augmentation de la miction.

9. Limites et risques

Le drainage lymphatique manuel ne doit pas être pratiqué sur les personnes souffrant d’insuffisance cardiaque, en cas d’inflammation aiguë provoquée par des germes pathogènes (par ex. bactéries, champignons, virus), d’hyperthyroïdie, de thrombose veineuse profonde ou de statut tumoral indéterminé.

10. Conseils pratiques

Pour que le traitement soit vraiment efficace, il faut que la peau soit en parfait état et que les vaisseaux lymphatiques soient intacts. Autrement dit, les extrémités traitées ne doivent pas être blessées par quoi que ce soit: aiguilles d’acupuncture, injections, prises de sang, piqûres d’insectes, brûlures, gelures… Eviter également de se blesser en portant de lourdes charges. Enfin, les patients devraient éviter tout surmenage avant et après le traitement, se nourrir sainement et surélever aussi souvent que possible le membre traité.

11. Remboursé par la caisse-maladie?

Beaucoup de caisses-maladie contribuent aux frais de traitement dans le cadre de l'assurance complémentaire, pour autant qu'il s'agisse de thérapeutes reconnus. Pour plus d'informations, renseignez-vous directement auprès de votre caisse.

Source: lymphdrainage-verband.ch avec les explications de Renate Wyss, responsable des relations publiques. 
Rédaction: Franziska Linder, Katharina Rederer
Traduction: Claudia Spätig

La droguerie la plus proche de chez vous.

DrogoSearch