Médecine anthroposophique

1. Définition

La médecine anthroposophique est un concept de diagnostic et de thérapie qui a été développé dès 1921. Cette médecine holistique est actuellement pratiquée dans plus de 60 pays. Le terme anthroposophie est formé de deux racines grecques «anthropos» (l’homme) et «sophia» (la sagesse).

2. Philosophie

La médecine anthroposophique se situe dans la continuité de la médecine conventionnelle, en y introduisant des éléments d’ordre spirituel. Elle relie la médecine académique, basée sur les sciences naturelles expérimentales, à l’enseignement anthroposophique de Rudolf Steiner. Ita Wegman, femme médecin hollandaise, est la cofondatrice de la médecine anthroposophique.

Le patient et son traitement individuel occupent une place centrale dans la thérapie anthroposophique qui estime que toutes les maladies sont l’expression du psychisme et de l’esprit. Les anthroposophes considèrent la maladie comme une chance. Pour la vaincre, le corps, l’esprit et le spirituel doivent apprendre à développer de nouvelles forces. Pour y parvenir, le corps doit lentement accomplir un processus de guérison. Au niveau thérapeutique, la médecine anthroposophique utilise des préparations naturelles pour stimuler les forces naturelles d’autoguérison de l’organisme. Le choix du remède dépend du type et de la gravité de la maladie, de l’âge et de l’état des forces du patient. Les anthroposophes rejettent la vision incomplète de l’homme proposée par les sciences naturelles expérimentales, arguant que la médecine académique conventionnelle ne peut pas tenir compte de la vie spirituelle de l’être humain. L’approche anthroposophique dépasse les considérations physiques et de santé. Il s'agit de convictions philosophiques et du mode de vie qui va avec.

Les anthroposophes expliquent le développement de la maladie en se basant sur le concept des quatre éléments constitutifs de l’être humain:

  • Le corps physique

  • Le corps éthérique (vitalité de l'homme)

  • Le corps astral (aspects spirituels)

  • Le moi (capacité de penser, conscience de l'homme et perception de lui-même)

Les interactions de ces quatre éléments forment trois systèmes physiologiques dans le corps:

  • le système neuro-sensoriel (dont le centre est le crâne)

  • le système rythmique (dont le centre est la poitrine)

  • le système métabolique (dont le centre est dans l’abdomen et les membres)

Ces systèmes physiologiques correspondent à trois éléments spirituels:

  • Le système neuro-sensoriel s’apparente à la pensée.

  • Le système rythmique s’apparente aux sentiments.

  • Le système métabolique s’apparente à la volonté.

Les maladies sont répertoriées en catégories, en fonction de l’élément constituant dominant:

  • Processus d’ordre sclérosé (corps physique)

  • Processus d’ordre tumoral (corps éthérique)

  • Processus d’ordre inflammatoire (corps astral)

  • Processus en relation avec la paralysie (moi)

Lien utile

Téléchargement

Le guide de la Fédération de la médecine complémentaire (Fedmedcom) est très utile pour choisir une thérapie.

Guide des médecines complémentaires (Fedmedcom) à télécharger (pdf)

3. Crédibilité du concept

Pour les non-initiés, le fondement de l’anthroposophie peut paraître difficilement compréhensible ou troublant. La considération spirituelle de tous les éléments de la vie comprend la croyance au suprasensible, aux rythmes cosmiques et terrestres ainsi qu’aux principes spirituels. Les interactions possibles entre les états somatique, psychique et spirituel font en revanche partie des connaissances médicales établies. Il en va de même de la demande anthroposophique de prendre en considération les variations de rythme quotidien et l’évolution du malade pendant le traitement. En outre, le principe holistique de l'anthroposophie accorde une grande place à la pédagogie, l'art et l'agriculture (par exemple les produits Demeter)

4. Preuves d’efficacité

La médecine anthroposophique n'est généralement pas reconnue du point de vue scientifique. Cela provient entre autres du fait que de nombreux anthroposophes rejettent les études scientifiques car la médecine anthroposophique, complexe et individualisée ne s’intègre en principe pas dans les schémas des études contrôlées. Pour le médecin anthroposophe, la réaction du patient est essentielle pour évaluer l'efficacité ou non d'un traitement. Depuis la décision du Conseil fédéral de réintégrer provisoirement la médecine anthroposophique dans le catalogue des prestations remboursées par l'assurance de base (voir aussi point 10), les associations spécialisées travaillent à préparer des preuves d'efficacité.

5. Applications

Le traitement anthroposophique se base sur différents piliers:

Le traitement médicamenteux: Les médicaments anthroposophiques sont élaborés à base de substances végétales, animales ou minérales. Les substances minérales typiques sont par exemple le calcium, le soufre et le quartz. Parmi les plantes médicinales les plus connues, on peut citer l’arnica, la gentiane jaune et la chélidoine. Les métaux les plus utilisés sont l’or, l’argent, le fer et l’étain. Enfin, les substances animales les plus fréquentes sont le venin d’insectes et les extraits d’organes de mammifères. Les substances sont préparées selon un processus qui n’est pas connu de la pharmacie traditionnelle. Pourtant, ce n’est qu’au terme de ce processus que les substances initiales deviennent des médicaments, dans le sens anthroposophique. Alors que la médecine conventionnelle se contente de tuer les germes pathogènes, de réprimer les maladies et de remplacer les substances manquantes, la médecine anthroposophique va plus loin. Ses médicaments et thérapies doivent permettre à l’organisme – dans la mesure du possible et si cela fait sens – de venir par lui-même à bout de la maladie.

Les remèdes sont administrés sous différentes formes:

  • En usage externe: spray nasal, gouttes pour les yeux, émulsions, gels, essences, huiles, pâtes, poudres, teintures et pommades.

  • En usage interne: dilutions homéopathiques, gouttes, granules, poudres, comprimés, capsules, suppositoires, tisanes ou suppositoires vaginaux.

  • En injection ou inhalation: dilutions stériles, ampoules.

Le régime nutritionnel: Le traitement passe par une alimentation ovo-lacto-végétarienne individualisée. Les ovo-lacto-végétariens peuvent consommer des œufs et des produits laitiers.

Les thérapies artistiques: La situation de vie est exprimée par la peinture, le modelage, la musique, l’eurythmie, ainsi que par des discussions avec des thérapeutes anthroposophiques. Ces thérapies visent à stimuler le patient.

6. Autotraitement

La thérapie anthroposophique principale comprend un concept complexe et holistique. Certaines méthodes conviennent cependant pour l’autotraitement ou comme mesures complémentaires, pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Notamment en cas d’affections cutanées, de maladies du système digestif, de problèmes psychiques ainsi que comme traitement d’accompagnement du cancer (usage parfois controversé) et dans la pédiatrie. Quelques entreprises suisses se sont spécialisées dans la fabrication de remède, d’aliments et de produits cosmétiques anthroposophiques. Ces produits, et les conseils spécialisés qui les accompagnent, sont disponibles en droguerie.

7. Les thérapeutes et leur formation

La Société anthroposophique et son école (Allgemeine Anthroposophische Gemeinschaft und Freie Hochschule für Geisteswissenschaft) sont établies au Gœtheanum, à Dornach. Il existe trois cliniques anthroposophiques en Suisse: la clinique Ita Wegman (depuis 1921), la Lukasklinik spécialisée dans le traitement des tumeurs (depuis 1963), les deux à Arlesheim, ainsi que l’hôpital Paracelsus à Richterswil (depuis 1994).

8. Le traitement et son déroulement

Le traitement agit sur différents plans (corporel, psychique, spirituel). Des médicaments spécialement sélectionnés doivent permettre de rétablir l’équilibre de l’organisme. Les thérapies artistiques complémentaires, comme la peinture, le modelage ou la musique ainsi que les bains permettent d’activer le processus de guérison. Un régime particulier, essentiellement composé d’aliments végétaux, complète la thérapie anthroposophique.

9. Limites et risques

Aucun effet secondaire n’est connu dans le cadre d’une utilisation correcte. Les contre-indications et les interactions se rapportent aux principes actifs des différents médicaments et sont toujours mentionnées sur la notice d’emballage. Les femmes enceintes devraient consulter leur gynécologue avant d’entreprendre un traitement anthroposophique. Les médicaments anthroposophiques contiennent, entre autres, des métaux comme le plomb et le mercure. Pris sur une longue durée et sous forme concentrée, ces métaux peuvent être néfastes à l’organisme. Enfin de nombreux médicaments anthroposophiques liquides contiennent de l’alcool.

10. Remboursé par la caisse-maladie?

Depuis le 1er janvier 2012, cinq thérapies de médecines complémentaires (l'homéopathie, la médecine anthroposophique, la thérapie neurale, la médecine traditionnelle chinoise et la phytothérapie) sont à nouveau remboursées dans le cadre de l'assurance de base, pour autant qu'il s'agisse de thérapeutes reconnus. Cette décision du Conseil fédéral est valable jusqu’à fin 2017. Cela afin de laisser le temps aux organisations concernées de prouver l’efficacité des méthodes. Pour plus d'informations, renseignez-vous directement auprès de votre caisse.

Source: Rudolf Steiner, «Das Wesen des Menschen. Auszug aus Theosophie», Rudolf-Steiner-Verlag
Auteures et rédaction: Nadja Mühlemann et Vanessa Naef
Rédaction: Katharina Rederer
Traduction: Claudia Spätig