Quand les genoux annoncent le temps

Tiraillement dans les genoux ou lancées dans la tête: bien des gens affirment ressentir ces symptômes quand le temps change. Illusion ou réalité?

– La météosensibilité n’apparaît pas sans raison. Selon le Prof. Dr Hans Richner (voir interview ci-dessous), plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de ces douleurs, comme des douleurs articulaires ou des maux de tête. Les relations suivantes ont été démontrées scientifiquement:

Ensemble des effets thermiques

L’ensemble des effets thermiques est l’interaction de la température, de l’humidité, du rayonnement et du vent. Tous ces paramètres influencent le bilan énergétique de notre organisme, autrement dit l’énergie que le corps doit utiliser pour maintenir sa température. Soumis à des situations extrêmes, le corps peut souffrir de stress de chaleur ou de froid. Ce phénomène est en tout cas connu depuis l’été 2003: 60 000 personnes étaient mortes prématurément en Europe à cause de la canicule – souffrant notamment de déshydratation. Quant au stress de froid, il provoque hyperthermie et gelures. Mais l’organisme réagit bien avant que sa survie ne soit menacée. Il semblerait notamment que le froid entraîne une augmentation des infarctus, des hémorragies cérébrales et des crises ou maladies rhumatismales. Il existe certes des hypothèses et des théories pour expliquer ces réactions. Mais on ne connaît exactement que les origines et les effets de différents facteurs. Il s’agit d’une part de la température, de l’humidité, du rayonnement et du vent en ce qui concerne le physique et d’autre part des habits, de l’adaptation et du bilan énergétique du point de vue biologique. Intuitivement, nous sommes tous conscients de ces relations et nous nous en servons naturellement. Des exemples:

  • Quand la température est trop élevée, nous nous éventons.

  • Quand il gèle dehors, nous nous mettons à l’abri.

  • Sous les tropiques (40 °C, 90 % d’humidité), nous frôlons le collapsus, en revanche, au sauna (90 °C, 10 % d’humidité), nous nous sentons bien.

L’ensemble des effets thermiques peut être à l’origine de douleurs articulaires.

Météosensibilité

Le Prof. Dr Hans Richner est chargé de cours à l’institut de l’atmosphère et du climat de l’EPF de Zurich. Dans l’interview qu’il nous a accordée, il explique quels sont les rapports entre l’organisme et le temps.

Monsieur Richner, les personnes qui se disent météosensibles sont-elles des simulatrices?

Prof. Dr Hans Richner: Même s’il y a peut-être des simulateurs parmi les personnes météosensibles, je peux clairement répondre non à cette question. Toutefois, les douleurs ne sont souvent pas dues aux changements de temps mais à d’autres influences environnementales. Il est intéressant de constater que des personnes différentes imputent parfois des douleurs similaires à des conditions météorologiques totalement différentes.

Quels sont les principaux symptômes de météosensibilité?

Dans un sondage que nous avons mené dans les années 70, les maux de tête figuraient en tête de liste (12 %). Suivaient ensuite les douleurs musculaires (6,3 %), les bourdonnements d’oreilles (3,7 %) et les douleurs articulaires (3 %). Fait intéressant: il n’a pas été possible d’établir une relation entre l’apparition des maux de tête et un paramètre météorologique ou une situation atmosphérique quelconque.

Les femmes sont-elles plus sensibles aux changements météo que les hommes?

Dans le sondage susmentionné, le taux de réponses positives était environ 10 % plus élevé chez les femmes que chez les hommes.

Quel est le temps idéal pour les articulations?

Une chose est sûre: les personnes concernées connaissent parfaitement les conditions météorologiques qui leur conviennent. Mais il est quasi impossible d’expliquer cela scientifiquement. D’autant que, comme je l’ai déjà dit, différentes personnes peuvent réagir de manière totalement différente aux mêmes conditions. Pour des raisons physiologiques, on pourrait dire qu’un temps chaud et sec est meilleur qu’un temps froid et humide. Notamment parce que les pertes de chaleur sont moins importantes quand il fait chaud et sec. Toutefois, les pertes de chaleur peuvent aussi être réduites par le port de vêtements adaptés ou de bandages.

La météosensibilité a-t-elle aussi de bons côtés?

Bien sûr! Le temps agit sur notre bien-être selon des mécanismes scientifiquement prouvés et en influence naturellement aussi notre psychisme. Même s’il peut y avoir des différences individuelles, la plupart des gens se sentent mieux lorsque le soleil brille que lorsqu’il fait gris. Il ne faut cependant pas oublier que le temps n’est qu’un des très nombreux facteurs, comme les vêtements, l’alimentation, le bruit, la santé, etc., qui influencent notre bien-être.

Quel est votre conseil d’expert pour améliorer le bien-être des personnes météosensibles?

Faites ce qui vous fait du bien! Vous êtes votre propre expert en ce qui concerne votre bien-être. Peu importe que cela soit justifié scientifiquement ou pas.

Concentrations polliniques et réactions allergiques

Dans ce cas, la météo ne joue qu’un rôle secondaire en ce sens qu’elle influence la floraison des plantes. Les principaux responsables des réactions allergiques sont évidemment les pollens. En Suisse, c’est Météosuisse qui, pour des raisons pratiques, se charge de surveiller les concentrations polliniques et de faire des prévisions régionales en comparant la situation météorologique et le degré de maturité des pollens. C’est en revanche l’aérobiologie qui étudie les effets des pollens sur l’organisme.On parle à juste titre des caprices de la météo. En effet, le temps n’en fait qu’à sa tête. Peu importe que cela nous plaise ou pas. Une chose est sûre: selon les statistiques, la moitié des gens sondés se déclarent météosensibles.

Formation d’ozone et maladies des voies respiratoires

Dans ce cas aussi, la météo ne joue qu’un rôle secondaire. Pour que l’ozone puisse se former à proximité du sol, il faut qu’il y ait de l’oxyde d’azote (provenant essentiellement des gaz d’échappement des automobiles) et/ou des composés organiques volatils (vapeurs de solvants ou de benzine). S’il y a peu ou pas de vent, la concentration de ces polluants augmente considérablement. En outre, un rayonnement solaire important provoque des réactions chimiques complexes qui aboutissent à la formation d’ozone. L’ozone est un gaz très réactif, très oxydant, qui agresse particulièrement les voies respiratoires.

Sondage

Que faites-vous pour maintenir vos articulations en forme?

Veuillez patienter...

Rayonnement UV intensif et lésions cutanées

Paradoxalement, la couche d’ozone située à environ 20 km d’altitude est très utile: elle fait en quelque sorte office de lunettes de soleil naturelles de la terre en absorbant les rayons ultraviolets. Certains polluants atmosphériques détruisent cette couche d’ozone, provoquant une intensification du rayonnement UV à la surface de la terre. Il faut toutefois préciser que l’intensité du rayonnement UV au sol dépend aussi de l’humidité de l’air et des nuages. Les prévisions météorologiques permettent donc de prévoir l’intensité du rayonnement UV. Elles sont devenues très importantes car ces indésirables rayons UV peuvent provoquer des cancers de la peau.

Au milieu du siècle dernier, de nombreuses publications ont fait état d’études statistiques aboutissant à un nombre incalculable de prétendues relations entre des phénomènes météorologiques ou des situations atmosphériques (que l’on peut classer dans différentes catégories) et des réactions physiopathologiques. Ces résultats étaient souvent contradictoires. Pratiquement aucune de ces études n’auraient pu être reproduites par d’autres chercheurs. Dans tous les cas, les effets induits par les conditions météorologiques sont minimes et, dans beaucoup de cas, on peut considérer qu’ils sont dus au hasard. Des liens de cause à effet n’ont été prouvés scientifiquement que dans les quatre cas mentionnés ci-dessus!

Il est important de constater que les analyses statistiques n’ont jamais pu démontrer que le temps puisse être à l’origine de troubles quelconques!

Exemple: En comparant la quantité de glace à la framboise vendue avec la fréquence des coups de soleil, on peut sans aucun doute établir un rapport statistique. Personne n’oserait pour autant affirmer que manger de la glace à la framboise provoque des coups de soleil.

Si des groupes de chercheurs, indépendants les uns des autres, parviennent aux mêmes conclusions statistiques, on peut forger une hypothèse concernant un éventuel mécanisme de cause à effet. Cette hypothèse doit ensuite être vérifiée par d’autres expériences. Ce n’est que si l’on obtient des résultats incontestables que l’on peut enfin formuler une théorie à partir de ladite hypothèse.

Soyez plus fort que la météosensibilité

Auteur et Rédaction: Didier Buchmann
Traduction: Claudia Spätig