La BPCO – une maladie typique de fumeur

Quelque 400 000 personnes souffrent en Suisse de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Une maladie incurable qui est généralement causée par la fumée. Une détection précoce s’impose!

– La broncho-pneumopathie chronique obstructive est une maladie pulmonaire qui se développe insidieusement et passe généralement inaperçue pendant longtemps. Elle peut en principe toucher tout le monde. Mais la maladie est le plus souvent découverte chez des fumeurs âgés de 40 à 55 ans. La BPCO présente des symptômes typiques: expectorations, toux et dyspnée.

Expectoration

Des poumons malades produisent davantage de sécrétions que des poumons sains. Les substances toxiques inhalées au fil des années immobilisent ou détruisent les cils vibratiles des voies respiratoires et ils ne peuvent plus acheminer le mucus hors des poumons. Ce mucus visqueux doit être évacué par la toux.

Toux

Les personnes touchées par la BPCO toussent avant tout le matin. Elles se sont généralement habituées à ces toux quotidiennes et cela ne les dérange plus outre mesure. Elles ne se rendent chez le médecin que si elles souffrent d’un refroidissement ou d’une infection des voies respiratoires.

Dyspnée

La dyspnée est la pire conséquence de la BPCO. Les sécrétions visqueuses et l’inflammation chronique resserrent les voies respiratoires (obstruction) et on a l’impression de respirer comme à travers une paille. Si la personne concernée souffre d’un emphysème des poumons – une dilatation exagérée des poumons – l’absorption par le sang de l’oxygène de l’air inspiré est encore plus difficile. En conséquence, les personnes concernées supportent moins d’efforts physiques: si la dyspnée n’apparaît d’abord que lors d’efforts intenses, les problèmes respiratoires peuvent apparaître déjà au repos lorsque la maladie est avancée.

Test de la fonction pulmonaire

Si les fumeurs de plus de 45 ans ressentent ces symptômes, le diagnostic de BPCO est vraisemblable. Mais il faut consulter au médecin pour exclure de l’asthme. Un examen physique, l’écoute des poumons et l’interprétation des radiographies peuvent contribuer à établir le diagnostic supposé de BPCO.

La principale méthode pour le diagnostic est toutefois le test de la fonction pulmonaire (spirométrie). Il peut se faire simplement, sans douleurs et en quelques minutes. La spirométrie mesure comment quelqu’un peut respirer et révèle des maladies pulmonaires obstructives comme la BPCO. Des lèvres ou les bouts des doigts bleus peuvent indiquer un sous-approvisionnement du corps en oxygène en raison de la BPCO. Dans ce cas, il est conseillé de consulter un pneumologue pour qu’il procède à un examen sanguin pour mesurer l’oxygène et le gaz carbonique.

Traitement de la BPCO

La BPCO est pratiquement toujours provoquée par l’inhalation de substances toxiques sur une longue période. Ses symptômes typiques apparaissent lorsque cette charge continue endommage les muqueuses des voies respiratoires et les alvéoles pulmonaires. La BPCO n’est pas curable. C’est pourquoi une détection précoce de la maladie est très importante pour limiter les troubles. La première mesure pour les fumeurs est d’arrêter de fumer immédiatement. C’est le seul moyen qui permet de stopper une destruction des poumons.

En outre, des médicaments bronchodilatateurs permettent de soulager les douleurs et la détresse respiratoire en cas d’effort physique. Ils doivent généralement être inhalés une ou plusieurs fois par jour. Ce traitement aide à améliorer la fonction respiratoire et les performances et accroît ainsi la qualité de vie. A des stades avancés, l’inflammation dans les bronches est traitée avec des préparations à base de cortisone à inhaler. En cas de BPCO avancée avec un manque d’oxygène durable, les personnes concernées ont besoin d’un traitement à l’oxygène à domicile. Les patients reçoivent de l’oxygène liquide au moins 16 heures par jour par un masque respiratoire à partir d’un concentrateur ou d’un réservoir. Dans les cas particulièrement graves, une intervention chirurgicale peut être nécessaire, voire même une transplantation des poumons.

Sondage

Après combien de tentatives avez-vous réussi à arrêter de fumer?

Veuillez patienter...
Photo: © pixabay.com
Rédaction: Didier Buchmann
Traduction: Marie-Noëlle Hofmann
Source
  • Ligue pulmonaire